Rechercher
Rechercher

À La Une - Irak

Volte-face de Washington, qui rend hommage à l'armée irakienne après l'avoir critiquée

Biden réaffirme "le soutien des États-Unis au combat du gouvernement de Bagdad contre" l'EI.

Alors que l'EI s'est emparé le 17 mai de la ville clé de Ramadi, le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter avait regretté que l'armée irakienne n'ait "pas montré la volonté de se battre". AFP / AHMAD AL-RUBAYE

La Maison Blanche a tenté d'apaiser lundi les tensions avec Bagdad, après les critiques portées par le secrétaire à la Défense sur l'armée irakienne, accusée d'un "manque de volonté" face aux jihadistes de l’État islamique (EI).

En Syrie, les combats se sont poursuivis autour de Palmyre après sa conquête par l'EI, qui a exécuté plus de 200 soldats et civils dans le centre du pays ces derniers jours selon une ONG. Alors que l'EI s'est emparé le 17 mai de la ville clé de Ramadi, le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter avait regretté dimanche sur CNN que l'armée irakienne n'ait "pas montré de volonté de se battre". "Je suis surpris par ce qu'il a dit (...) Je suis sûr qu'il a reçu des informations inexactes", avait rapidement réagi le Premier ministre irakien Haïdar al-Abadi sur la BBC.

Face à cette polémique, le vice-président américain Joe Biden a téléphoné lundi à M. Abadi pour rendre hommage à l'armée irakienne, reconnaissant "le courage et l'énorme sacrifice de (ses) soldats" face au groupe jihadiste, selon la Maison Blanche. Il a aussi réaffirmé "le soutien des États-Unis au combat du gouvernement irakien contre" l'EI. La chute de Ramadi, chef-lieu de la province d'al-Anbar situé à une centaine de kilomètres à l'ouest de Bagdad, a soulevé des questions sur la stratégie non seulement du gouvernement Abadi mais aussi de son allié américain.

 

(Lire aussi : Après Ramadi et Palmyre, Bagdad et Damas ?, l'analyse d'Anthony Samrani)

 

Les États-Unis "n'ont rien fait"
Plus de 3.000 raids aériens de la coalition internationale menée par Washington n'ont en effet pas empêché l'EI de continuer à renforcer son "califat" proclamé sur un vaste territoire à cheval sur l'Irak et la Syrie. La critique la plus vive est venue d'Iran où l'influent général Ghassem Souleimani a déclaré que les Etats-Unis n'avaient "rien fait" pour aider l'armée irakienne à Ramadi. "M. (Barack) Obama, quelle est la distance entre Ramadi et la base al-Assad où les avions américains sont basés? Comment pouvez-vous vous installer là-bas sous prétexte de protéger les Irakiens et ne rien faire? Ceci n'est pas autre chose que d'être complice d'un complot", a déclaré le chef de la force Qods chargée des opérations extérieures de l'armée d'élite du régime.

Al-Assad est une base où sont stationnés des conseillers américains à une centaine de km de Ramadi. "Pour lutter" contre l'EI, "il n'y a que la République islamique", a lancé le général Souleimani, qui a été actif en Irak, notamment lors de la reprise fin mars de Tikrit (nord) par l'armée et les milices irakiennes selon des médias iraniens. Pour l'expert irakien Ahmed Ali, les critiques de M. Carter sont "surprenantes et sont susceptibles de peser sur le moral des forces de sécurité irakiennes", déjà affecté par les récents revers face à l'EI.

 

( Pour mémoire : Malgré les avancées de l'EI, Obama maintient le cap)

 

Après la débâcle de Ramadi, M. Abadi a fait appel aux puissantes milices chiites, jusque-là tenues à l'écart d'al-Anbar pour éviter de s'aliéner la population majoritairement sunnite, et promis que la ville serait reprise "bientôt". Les forces gouvernementales, renforcées par des tribus sunnites et des miliciens chiites, sont parvenues à reprendre ces derniers jours une partie du territoire perdu à l'est de Ramadi. Et lundi, les forces irakiennes poursuivaient leur contre-attaque dans les environs de Ramadi, en attendant de lancer une vaste offensive pour chasser les jihadistes la ville.

En Syrie, l'armée de l'air du régime a mené lundi d'intenses raids sur la cité de Palmyre et sa banlieue, prise jeudi par les jihadistes de l'EI. Une source militaire a fait d'état de "plus de 160 objectifs" de l'EI visés.

 

Lire aussi

Le général iranien, Ghassem Souleimani, intervient en Irak "dès qu'on a besoin de lui"

Après la chute de Ramadi, les tribus sunnites se sentent abandonnées

Les forces irakiennes marquent des points face à l'EI


La Maison Blanche a tenté d'apaiser lundi les tensions avec Bagdad, après les critiques portées par le secrétaire à la Défense sur l'armée irakienne, accusée d'un "manque de volonté" face aux jihadistes de l’État islamique (EI).
En Syrie, les combats se sont poursuivis autour de Palmyre après sa conquête par l'EI, qui a exécuté plus de 200 soldats et civils dans le centre du...

commentaires (4)

Fin de règne d'Obama pathétique ...les américains sont plus crédibles...leurs fiascos au moyen orient va devenir légendaire....!

M.V.

14 h 50, le 26 mai 2015

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Fin de règne d'Obama pathétique ...les américains sont plus crédibles...leurs fiascos au moyen orient va devenir légendaire....!

    M.V.

    14 h 50, le 26 mai 2015

  • ILS DISENT... PUIS SE CONTREDISENT... LA DÉCADENCE FRAPPE PARTOUT !

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    12 h 43, le 26 mai 2015

  • LA VOLONTÉ D'EN FINIR AVEC L'EI FAIT DÉFAUT DANS LES HAUTES SPHÈRES INTERNATIONALES TOUT COMME RÉGIONALES... USER ET EN PROFITER DU BABA3 EST LE MOT D'ORDRE ACTUEL...

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    09 h 05, le 26 mai 2015

  • Quelle ironie ! Le commandant de la Force al-Kuds des Pasdaran, général Qassem Souleimani, ridiculise avec raison la mascarade de la lutte d'Obama contre Daech en Irak (et en Syrie).

    Halim Abou Chacra

    06 h 18, le 26 mai 2015

Retour en haut