X

La Dernière

Arcenciel récompensée par les créateurs du Forum de Davos, une première pour le Liban

La bonne nouvelle du lundi

Coupures d'électricité, crise économique, malaise social, clivages politiques accrus, tensions communautaires... Face à l'ambiance générale quelque peu délétère, « L'Orient-Le Jour » se lance un défi : trouver une bonne nouvelle chaque lundi.

30/03/2015

Arcenciel, association libanaise à but non lucratif, a été récompensée par la "Schwab Foundation for Social Entrepreneurship", une fondation mise sur pied par les créateurs du célèbre Forum économique mondial de Davos. Arcenciel a été nommée « Schwab Foundation for Social Enterprise of the Year », une première pour une ONG libanaise. « Avec Arcenciel et son directeur Pierre Issa, c'est la première fois que le Liban compte parmi les lauréats de cette prestigieuse fondation », peut-on lire dans un communiqué publié par Arcenciel. « Vingt-cinq lauréats ont été choisis cette année dans le monde, dont deux seulement originaires du Moyen-Orient », est-il précisé.

Si l'association a appris fin janvier qu'elle avait ainsi été récompensée pour son travail, l'information n'est rendue publique qu'aujourd'hui.
La Schwab Foundation for Social Enterprise a été créée en 1998, par Klaus & Hilde Schwab, qui, en 1971, avaient fondé le Forum économique mondial de Davos. La Fondation Schwab gère la plus importante communauté mondiale d'entrepreneurs sociaux confirmés, soit plus de 300 entreprises sociales à but lucratif ou non lucratif, opérant dans plus de 60 pays. Celles-ci sont sélectionnées à la suite d'un long processus, en reconnaissance de leurs réussites dans la création d'entreprises innovantes.

Fondée en 1985 en pleine guerre civile au Liban, arcenciel, qui se définit comme « apolitique et non confessionnelle », a pour objectif de « participer au développement durable de la société en soutenant les groupes fragilisés et l'intégration des personnes marginalisées ». Ses objectifs sont économiques, environnementaux et socioculturels. Son action consiste en huit programmes : agriculture, emploi, environnement, jeunesse, mobilité, santé, social et tourisme. Son travail au service de l'intérêt général se définit donc par le terme d' « entrepreneuriat social », apparu dans les années 90.

Un travail social nécessaire

« Cela fait 30 ans que nous faisons de l'entrepreneuriat social sans le savoir, confie à L'Orient-Le Jour Axelle Coumert, responsable à la direction des départements d'arcenciel. Après être tombés à plusieurs reprises sur le terme dans la presse, nous nous sommes rendu compte que notre travail se définissait de la sorte. Nous sommes aujourd'hui extrêmement fiers d'avoir remporté ce prix, le graal du travail social, en quelque sorte. » L'association, qui a douze centres disséminés sur tout le territoire libanais, se finance par des activités sur le terrain. Elle gère à titre d'exemple des exploitations agricoles dans la Békaa. Toutefois, arcenciel n'organise pas de levées de fonds et n'a pas d'actionnaires. Axelle Coumert explique également que l'ONG n'est pas la seule association qui effectue un travail social. « De nombreuses structures sont déjà présentes sur ce terrain, mais l'État et les institutions économiques ont peu d'intérêt pour ce champ », estime-t-elle. Ce qui démarque arcenciel des autres, c'est « le travail durable ». Son action s'inscrit dans le long terme, et les modèles qu'elle développe sont mis en œuvre sur une période de plusieurs années, pour être appliqués, en cas de succès, de manière définitive.

Mais les difficultés sont nombreuses : beaucoup d'activités d'arcenciel ne génèrent pas de revenus. L'aide apportée aux personnes dans le besoin (réfugiés, personnes à mobilité réduite, etc.) requiert des dépenses considérables. Toutefois, l'État en rembourse une partie, souligne la responsable à arcenciel.

Avec cette distinction par la Schwab Foundation for Social Entrepreneurship, « les portes de Davos nous sont ouvertes », poursuit Axelle Coumert qui ne cache pas sa joie. Appelée à rejoindre le réseau mondial des entrepreneurs sociaux de la fondation, ainsi qu'à participer activement au Forum économique mondial annuel de Davos, « arcenciel aura ainsi l'occasion de rencontrer des dirigeants, des chefs d'entreprises et des experts du domaine social, explique la responsable au sein de l'association. Nous échangerons nos pratiques et nos expertises en la matière, afin d'enrichir notre travail ». Cette récompense internationale servira également de « tremplin pour parler d'entrepreneuriat social au Liban, d'autant que les Libanais ont un esprit d'initiative poussé », estime encore la responsable. Loin d'être un objectif en soi, cette distinction motive davantage arcenciel à poursuivre ses missions avec « courage et confiance ».

Et de la motivation, il en faut, étant donné les défis à relever. « Les défis sont nombreux, souligne Axelle Coumert. Il y a d'abord la crise syrienne qui affecte grandement le Liban et qui semble destinée à durer. Les besoins à ce niveau sont pressants. Nos centres à Taanayel (Békaa) et Halba (Nord) accueillent de plus en plus de réfugiés, et notre association ne refuse aucune personne qui sollicite son aide. »

L'environnement étant au centre des préoccupations d'arcenciel, l'association compte également poursuivre son travail en matière de gestion de déchets. Le Liban fait face depuis des années à une crise en la matière, et le problème semble loin d'être résolu par un gouvernement miné par les divisions sur la question. « Forts de notre expérience en la matière, notamment par la mise en œuvre de plusieurs projets pilotes qui se sont avérés fructueux, nous allons proposer des modèles et des alternatives à l'État », explique la responsable au sein de l'association. L'agriculture et les problèmes d'eau dont souffre le pays seront également au centre des préoccupations.

Arcenciel recevra son prix au cours d'une cérémonie qui aura lieu en Chine du 8 au 11 septembre 2015, dans le cadre de la réunion annuelle du Forum de Davos. L'association est également invitée à participer aux réunions régionales du Forum économique mondial qui se tiennent du 21 au 24 mai 2015 en Jordanie.


Dans la même rubrique

Jean-Gabriel Chelala, un Franco-Libanais à l'assaut du Vendée Globe 2016 pour la bonne cause

Une ligne directe pour venir en aide aux internautes libanais confrontés à la censure

À bord de l'avion solaire Impulse 2, un menu conçu par une Libanaise

Six Libanais dans le top 100 des personnalités arabes les plus puissantes de 2015

Rania Abouzeid, reporter libano-australienne, primée pour son travail de terrain en Syrie

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué