X

La Dernière

Six Libanais dans le top 100 des personnalités arabes les plus puissantes de 2015

La bonne nouvelle du lundi

Coupures d'électricité, crise économique, malaise social, clivages politiques accrus, tensions communautaires... Face à l'ambiance générale quelque peu délétère, « L'Orient-Le Jour » se lance un défi : trouver une bonne nouvelle chaque lundi.

M. K. | OLJ
02/03/2015

Pour la quatrième année consécutive, le magazine d'affaires Gulf Business publie sa liste des 100 personnalités arabes les plus puissantes de 2015. Dans ce classement, six Libanais, dont une femme, se sont taillés une place.

« Chacune des personnalités du classement a façonné le monde arabe à sa manière, précise Gulf Business. Certaines ont usé de leur fortune, d'autres de leurs convictions fermes et courageuses. » Le magazine rend ainsi hommage à ces personnes « qui ont pris les devants quand la situation le nécessitait ».
Ayant eu recours à un panel d'experts, notamment du monde des affaires, Gulf Business a retenu les critères suivants pour établir sa liste : le capital financier et humain, les plans de développement mis en place, ainsi que la renommée personnelle.

Longtemps abonné aux podiums de classements de puissance et de fortune, le prince saoudien Al-Walid ben Talal prend la tête de ce classement, largement dominé par les pays du Golfe. Cinquante-neuf ans, 23e fortune mondiale selon Bloomberg (en 2013) avec 29 milliards de dollars, il est le petit-fils du roi Ben Saoud, fondateur du royaume wahhabite, et petit-fils de l'ancien Premier ministre libanais Riyad el-Solh. Le pays du Cèdre est donc en quelque sorte aussi représenté en première place.

Qui sont donc ces six Libanais qui ont été retenus par Gulf Business ?

 

Carlos Slim (4e)

 

Johan Ordonez/AFP/Getty Images/file


Le magnat libano-mexicain des télécommunications Carlos Slim, 75 ans, éternel investisseur, était l'homme le plus riche de la planète de 2010 à 2013, selon le magazine américain Forbes. Il n'a été déclassé que par l'ex-patron de Microsoft, le milliardaire Bill Gates. Sa fortune était estimé, fin décembre 2014, à 71,4 milliards de dollars, précise Gulf Business qui le place à la 4e place. Il occupe aussi la 14e place du classement Forbes 2014 des personnes les plus puissantes.

Fils d'un immigrant libanais arrivé seul au Mexique au début du XXe siècle à l'âge de 14 ans, l'entrepreneur, si l'on en croit ses biographes, a commencé sa carrière en vendant des friandises et des boissons à l'âge de dix ans. Après des études d'ingénieur, il se fait connaître en rachetant des compagnies en faillite alors que le Mexique connaît au début des années 1980 une grave crise économique, pour les relever. Carlos Slim bâtira sa fortune dans les années 90. Il a eu six enfants de son épouse Soumaya Gemayel, cousine d'Amine Gemayel, ancien président du Liban.

 

 

Carlos Ghosn (10e)

 

AFP/Eric Piermont


Le Franco-Libanais Carlos Ghosn, âgé de 60 ans et né au Brésil, est PDG de l'alliance Renault-Nissan. Il est également le président du plus grand constructeur automobile russe, AvtoVAZ. Surnommé « Mr. Fix it » (Monsieur résout tout), il se classe 10e. Carlos Ghosn a acquis sa notoriété en redressant le groupe japonais. Il a suivi sa scolarité au Liban chez les jésuites et a gardé des liens avec ce pays où il est propriétaire d'un vignoble.

Selon certains médias, il avait affirmé lors d'une visite en septembre 2003 que « sa méthode pour sauver Nissan pouvait être appliquée au Liban », alimentant des spéculations sur une éventuelle carrière politique. En juillet dernier, il avait toutefois écarté une telle possibilité. Décoré à plusieurs reprises en signe de reconnaissance de ses accomplissements, il a reçu en octobre dernier le prestigieux « ABANA Achievement Award » 2014.

 

 

Élie Saab (36e)

 

Photo Reuters


Le créateur de mode souvent habillé de noir, Élie Saab, à l'origine de créations élégantes et fédératrices dans le monde de la mode, se place à la 36e place, malgré sa discrétion. Né en 1964 à Beyrouth, Élie Saab s'intéresse dès l'âge de 9 ans à la couture, confectionnant « des vêtements pour sa sœur. Adolescent, il vend ses créations aux femmes de son quartier », peut-on lire dans sa biographie en ligne.

Nombreuses sont les stars hollywoodiennes qui ont craqué pour ses robes, dont Angelina Jolie, Halle Berry, Julia Roberts. Les créations d'Élie Saab sont omniprésentes lors des plus grandes cérémonies et attirent souvent l'objectif des photographes sur les tapis rouges, comme lors de la dernière édition des Emmy Awards.
Élie Saab s'est également investi dans le milieu éducatif, souligne Gulf Business. Il collabore ainsi avec plusieurs universités libanaises et britanniques dans le cadre de programmes de mode.

 

 

Nayla Hayek (53)

 

Photo Swatchgroup


Depuis 2010, elle est présidente de la célèbre horlogerie suisse Swatch, créée par son père Nicolas Georges Hayek, disparu la même année. Nayla Hayek, 53e du classement, prend également les rênes d'Harry Winston, célèbre diamantaire américain, en 2013. Swatch Group était ainsi entré par la grande porte dans le monde de la joaillerie. Signe de la confiance qu'inspire Nayla Hayek, le titre en bourse du diamantaire avait immédiatement bondi.

L'impact de Mme Hayek dans le monde arabe se fait notamment sentir par les responsabilités qu'elle assume au sein du conseil d'administration du groupe de luxe Rivoli, présent dans plusieurs pays du Golfe, souligne le magazine. Elle se démarque également en tant que juge international en matière de purs sangs arabes.



Zuhair Murad (76)

 

Photo Zuhair Murad


Encore un couturier libanais de grand calibre. Celui qui reconnaît que « l'apparence convenable lors des tapis rouges nécessite entre 300 et 1 000 heures de travail » bénéficie d'une renommée internationale, souligne Gulf News qui le place à la 76e place. Zuhair Murad, qui a grandi à Baalbeck dans la Békaa, commence à dessiner à l'âge de 10 ans. Il inaugure sa première boutique en 1997, fournissant ses créations à une clientèle privée qui ne cesse de s'accroître. Sa consécration internationale se fait deux ans plus tard à Rome.

Ayant pignon sur rue à Gemmayzé, le designer libanais est également propriétaire de boutiques à Paris. Habitué des grands podiums, il reconnaît « ne pas se souvenir d'un seul jour passé sans avoir un crayon à la main ». Zuhair Murad a habillé Jennifer Lopez, Beyoncé, Jennifer Aniston et Miley Cyrus, parmi d'autres.

 

Karl Sharro (99)

 


Blogueur et commentateur libano-irakien sur les dossiers moyen-orientaux, Karl Sharro est également architecte à Londres. Il se classe 99e dans la liste de Golf Business. Son arme ? La satire. Celui qui se fait surnommer « KarlreMarks » est suivi par plus de 46 000 tweetos qu'il régale sans arrêt sur le réseau social. Ce n'est donc pas par hasard que le Time Magazine l'avait sélectionné en mai 2014 parmi « les 140 comptes Twitter à suivre ». Pour le magazine, les tweets de Sharro apportent souvent un peu de légèreté sur des sujets par ailleurs très sombres. Ridiculisant tout ce qui semble sérieux et grave, Karl Sharro avait récemment publié un savoureux billet dans lequel il imagine une discussion entre le chef du groupe État islamique (EI), Abou Bakr al-Baghdadi, et son psychiatre.

 

Dans la même rubrique
Rania Abouzeid, reporter libano-australienne, primée pour son travail de terrain en Syrie

Un bolide de création libanaise, star du dernier opus de « Fast and Furious »

Le Liban, invité d'honneur du Marathon des mots à Toulouse en juin

Le Libanais Moustafa Fahour, fondateur d’un musée islamique, honoré par l’Australie

Le château de Beaufort ressuscite de ses ruines

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

En tant que Libanais, je suis fier de la réussite de Carlos Ghosn d'autant plus que je suis l'un des rares survivants parmi les invités au mariage de ses parents à Bkerké vers 1951/52 avant leur départ au Brésil.
Quant à nos fortunes respectives, elles sont aussi éloignées l'une de l'autre que la distance entre la planète Terre et Mars dite la planète bleue (al-marrikh) tout simplement.
P.S. Dans Wikipédia, il est écrit que Carlos Ghosn est petit-fils de Libanais. C'est faux, il est fils de Libanais. Dont acte.

stambouli robert

heureusement au moins que les Libanais font des miracles a l'etranger
A l'etranger seulement malheureusement tant que nous aurons au Liban seulement des egoistes qui veulent leur bien personnel avant celui de l'Etat et du peuple

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PAUVRE LIBAN ! DEHORS TU LUIS... MAIS DEDANS... À LA MAISON... TU N'AS QUE DES ABRUTIS... TU CUIS ET TU FUIS... POUSSÉ PAR TES ÉNERGUMÈNES DANS UN INCOMMENSURABLE PUITS !!!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Janvier 2016-novembre 2018 : tourner les pages de la guerre...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué