X

Scan TV

« Aalam el-Sabah » fait campagne : Haro sur les chauffards !

Campagne TV - Sécurité routière
21/03/2015

La sécurité routière à Beyrouth laisse, pour le moins qu'on puisse dire, à désirer. Chauffards irresponsables, dédain total pour le code de la route, piétons dénués de bon sens, motards fous furieux, axes routiers garants de morts subites et panneaux de signalisation déraisonnables : c'est bien la loi de la jungle qui prévaut sur les routes du Liban. À l'approche du mois d'avril, censé apporter du nouveau en matière de sécurité routière avec les promesses d'application du nouveau code de la route, Aalam el-Sabah, le morning show le plus ancien de la télévision libanaise et toujours en constant renouveau sur la Future TV, a décidé de consacrer le mois de mars pour faire campagne sur le sujet. Une campagne intitulée en arabe W Elak 3ein ?, ou encore Quel culot !.

Au programme, des spots de quelques secondes tournés dans les rues de la capitale et qui mettent chacun l'accent sur une situation loufoque parmi celles que l'on peut souvent retrouver sur nos routes. Femmes en pleine séance de maquillage au volant, messageries WhatsApp actives tout au long du trajet, piétons brûlant les feux rouges et chauffeur traversant un trottoir histoire de faire plus court : tout y passe !

 

 

 


« L'idée de base était de faire une campagne pour sensibiliser les gens au nouveau code de la route », explique la productrice de l'émission Nadine Majzoub. « Mais nous n'allions pas nous mentir. Le code de la route dans sa nouvelle version sera difficilement applicable au Liban et de nombreux responsables nous ont eux-mêmes confié qu'ils n'y croyaient pas trop. Nous avons alors choisi de faire une campagne axée sur le citoyen lui-même et sur ses comportements, autant il est vrai que tout Libanais est tout aussi responsable que les autorités, et assume lui aussi la situation chaotique sur le terrain. Si chacun s'auto-imposait des limites en conduisant, nous n'en serions pas arrivés là », affirme-t-elle. Au total, une quinzaine de spots ont été filmés et sont diffusés de manière aléatoire depuis le début du mois durant le morning show. Courts, réalistes, avec une pointe d'humour et de musique et bien réalisés, ils véhiculent effectivement le message pour cette campagne, qui sera couronnée par un épisode spécial à la fin du mois.

 

 

 


« Cet épisode sera consacré entièrement au thème de la sécurité routière, confie à L'Orient-Le Jour Nadine Majzoub. Nous ne serons pas en studio, mais bien en plein air, dans un centre d'apprentissage de la conduite, et le débat sera ouvert entre des représentants des Forces de sécurité intérieure, des représentants de la Chambre de contrôle du trafic routier et des responsables d'associations de la société civile comme Yasa ou Kunhadi. » Au programme également, une tournée dans la ville, pour voir ce qu'en pense la rue. La présentatrice Ghida Majzoub, dont le nom est aujourd'hui indissociable de l'émission Aalam el-Sabah, accompagnera un chauffeur de taxi dans sa tournée avant de rejoindre ses collègues sur le plateau-télé.
« Tout ce qui touche au quotidien des gens nous importe », explique enfin Nadine Majzoub, assurant que les mois prochains seront porteurs de thèmes nouveaux. Ce qui explique pourquoi un show matinal (per)dure depuis plus de 23 ans, sans jamais s'essoufler...

 

Lire aussi
Accidents de la route : le code au cou !

Application du nouveau code de la route au Liban : où en sommes-nous ?

Kunhadi lance le premier centre post-traumatique du Moyen-Orient

Ensemble pour des routes moins mortelles...

À la une

Retour à la page "Scan TV"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

Le code de la route n'a été respecté qu'au temps de François Colombani, le directeur de la Sûreté générale en 1937 sous le Mandat français. A l'époque, aucun chauffard n'osait klaxonner dans tout Beyrouth, de Basta à Dora et de Furn-Chebbak à Manara.

Le Faucon Pèlerin

Depuis ma naissance à la fin des années 1920, l'application des lois au Liban ne dure que ce que dure une rose, l'espace d'un matin !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES BAUDETS SONT TÊTUS QUAND MËME...

yves kerlidou

« Mais nous n'allions pas nous mentir. Le code de la route dans sa nouvelle version sera difficilement applicable au Liban et de nombreux responsables nous ont eux-mêmes confié qu'ils n'y croyaient pas trop"

Cette phrase est terrible de bêtise et grave pour le Liban
le code de la route est international et tous les pays l'applique, pourquoi faut il un code à la Libanaise ?
c'est déjà un aveux d'impuissance un scandale pour un pays qui est descendu plus bas que le tiers monde

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le commandant en chef de l’armée et l’agenda politique

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants