X

2014 dans le monde

Jihadisme : quand la radicalisation religieuse devient l’exutoire des frustrations arabes et occidentales

Conséquences désastreuses sur la présence des chrétiens en Orient.

OLJ
05/01/2015

L'irruption spectaculaire du groupe État islamique (EI) et l'incroyable attrait que représente la cause jihadiste dans un Occident désabusé illustrent la place centrale qu'occupent les religions dans la géopolitique mondiale.
Après des décennies de dictatures paralysantes, le Moyen-Orient, berceau des trois religions monothéistes, a vécu de nouveaux bouleversements stupéfiants en 2014, mais les résultats du printemps arabe restent maigres.
S'ajoutant aux énormes frustrations nées de l'impasse sur la question palestinienne, du développement économique anémique et de la corruption endémique, les espoirs déçus du nationalisme arabe ont favorisé dans la région l'incroyable montée d'un projet islamiste qui affirme être capable d'offrir une autre voie.

Le vrai tournant a été l'invasion américaine de l'Irak en 2003. « Elle a exacerbé la ligne de fracture confessionnelle (entre chiites et sunnites), placé l'Iran comme acteur majeur dans le monde arabe et suscité un fort sentiment de vulnérabilité chez les sunnites au Levant », estime Raphaël Lefèvre, chercheur au Carnegie Middle East Center.
« La montée de l'EI, du Front al-Nosra et d'autres groupes extrémistes sunnites ne peut être perçue qu'à la lumière de cette vulnérabilité », dit-il, en citant le poids militaire du Hezbollah chiite au Liban et en Syrie, la répression d'une révolte largement sunnite en Syrie par un régime dominé par les alaouites et le comportement discriminatoire en Irak du pouvoir chiite.

L'ascension fulgurante de l'islamisme a été favorisée par l'échec du nationalisme arabe, qui voulait transcender les religions mais qui s'est incarné dans des régimes laïcs autoritaires. L'échec des guerres contre Israël ainsi qu'une situation économique désastreuse ont finalement eu raison de cette idéologie.
« Ensuite, les accords (de paix) d'Oslo en 1993 (signés entre l'OLP et Israël) ont causé un choc car on ne pouvait plus combattre pour la cause palestinienne. Il n'y avait plus de cause, ce qui explique cet attrait pour l'islamisme », explique Nayla Tabbara, professeure de sciences des religions à l'Université Saint-Joseph de Beyrouth.

Fuite des chrétiens d'Orient
La radicalisation islamique a eu des conséquences désastreuses sur la présence deux fois millénaire des chrétiens en Orient, notamment après la prise par l'EI de la ville irakienne de Mossoul, où ils vivaient depuis l'Antiquité.
« Il y a une grande peur et une grande incompréhension des chrétiens au Liban et dans les pays alentour. Ceci les pousse à la fuite », assure Mme Tabbara.
Selon l'expert français Fabrice Balanche, au moins 700 000 à 800 000 chrétiens ont quitté l'Égypte, la Syrie et l'Irak depuis 2011.
La religion, qui a toujours été une importante force socioculturelle au Moyen-Orient, a également gagné du terrain en Israël et chez les Palestiniens.
« Il y a incontestablement une radicalisation et un durcissement, mais qui sont moins religieux à proprement parler que nationalistes », assure à l'AFP l'historien israélien Zeev Sternhell.
« La religion est au service d'un nationalisme dur et colonisateur à outrance ; elle a aujourd'hui un caractère fanatique inconnu dans le passé. Religion et nationalisme vont de pair », précise-t-il.
Quant à la cause palestinienne, assure Mme Tabbara, qui préside également Adyan, une plate-forme de dialogue interreligieux basée au Liban, « l'islam politique l'a récupérée en insistant sur le sentiment d'injustice généralisé non seulement de la part d'Israël, mais aussi de la communauté internationale ».

Besoin du sacré
Mais la nouveauté radicale est la force d'attraction que représente l'organisation État islamique en Occident. Selon une étude récente, près de 15 000 combattants étrangers ont rejoint ce groupe en Syrie, dont 20 % d'Occidentaux.
« Parce que ces jeunes y trouvent ce que nos sociétés n'offrent plus, le frisson lié au combat pour une cause qui leur fait croire qu'ils ont un pouvoir sans limite, un pouvoir divin, explique à l'AFP l'anthropologue et psychologue Scott Atran, directeur de recherche au CNRS français et professeur adjoint à l'Université du Michigan (États-Unis). C'est glorieux et aventureux. Le sentiment de pouvoir changer le monde est très attirant. » « Il faut donner un sens à sa vie, on a besoin du sacré. Comme cela n'existe plus en Occident, on va le chercher là où il est très apparent. Il y a aussi une quête de communauté et de fraternité. C'est ce sentiment qui pousse les jeunes à entrer dans ces mouvements », précise Nayla Tabbara.

 

À la une

Retour au dossier "2014 dans le monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué