X

Économie

Le taux de chômage à 21 % au Liban

Emploi

« Les plaintes de Libanais qui sont licenciés au profit de la main-d'œuvre étrangère augmentent considérablement », reconnaît le ministre du Travail Sejaan Azzi.

12/12/2014

Le Rassemblement des chefs d'entreprise libanais (RDCL) a organisé une table ronde autour du ministre du Travail Sejaan Azzi afin de discuter des différents projets sociaux présentés par le rassemblement, notamment pour l'assurance-vieillesse, la couverture médicale après la retraite ainsi que les réformes nécessaires relevant du ministère du Travail.
Ont notamment participé à la table ronde le président du Conseil économique et social, Roger Nasnas, l'ancien ministre Adel Cortas, le président de la Confédération des travailleurs du Liban (CGTL), Ghassan Ghosn, et de nombreux hommes d'affaires.


« Le RDCL se penche depuis plus de 27 ans sur divers projets sociaux cruciaux pour nos entreprises », a déclaré le président du RDCL Fouad Zmokhol qui a abordé dans son discours le projet de l'assurance-vieillesse, la couverture médicale après la retraite, l'emploi à temps partiel et l'intervention de l'État dans les salaires du secteur privé.
« En tant que chefs et dirigeants d'entreprise libanais, nous accordons une importance majeure au bien-être de nos employés, à leur niveau de vie, à leur pouvoir d'achat, à leur couverture sociale et médicale pendant leur vie active et même aussi après leur retraite », a indiqué M. Zmokhol.
Abordant le dossier de la couverture médicale après la retraite, M. Zmokhol a souligné la nécessité de soumettre un projet de loi pour assurer aux employés une couverture médicale durant toute leur vie. « Le salarié perd toute sa couverture médicale de la Sécurité sociale au moment où il en a le plus besoin. En d'autres termes, au moindre ennui de santé, ces personnes sont abandonnées à leur désespoir et à la merci de certains bienfaiteurs. Ceci est un crime social inacceptable », a-t-il affirmé.


Au niveau de l'assurance-vieillesse, le chef du RDCL a fustigé un « système de pension de fin de service archaïque, qui offre à l'employé à l'âge de la retraite son dernier salaire multiplié par le nombre d'années de travail ». « Quel que soit le montant encaissé, ceci ne suffira en aucun cas à la plupart de nos salariés pour survivre décemment et subvenir à leurs besoins les plus élémentaires après leur retraite. Ceci est également inconcevable », a-t-il martelé, rappelant que le RDCL avait présenté en 2011 un projet pour l'assurance-vieillesse qui assurerait aux retraités une allocation d'environ 40 % de leur dernier salaire.
M. Zmokhol a par ailleurs appelé à la régularisation de l'emploi à temps partiel suivant les normes internationales pour assurer « tous les droits aux jeunes salariés tout en étudiant méticuleusement les coûts imposés aux entreprises ».
Il a enfin indiqué que le RDCL déniait à l'État le droit d'intervenir sur les salaires du secteur privé. « Une intervention généralisée de l'État aura toujours un effet néfaste contraire à ses objectifs puisqu'elle augmentera directement le taux d'inflation et le chômage tout en asphyxiant les entreprises qui n'oseront plus ni recruter ni investir », a-t-il dit.


Prenant la parole, le ministre Azzi a indiqué que le taux de chômage avait atteint 21 %, dont 34 % de jeunes. « Actuellement, nous comptons 334 000 chômeurs depuis l'afflux de réfugiés syriens au Liban. Les plaintes de Libanais qui sont licenciés au profit de la main-d'œuvre étrangère augmentent considérablement », a reconnu le ministre du Travail. « Chaque signature de ma part sur un permis de travail équivaut à un billet d'avion délivré à un Libanais », a-t-il martelé.
M. Azzi a aussi révélé le lancement prochain d'un projet en partenariat avec la Banque mondiale, d'un montant de 10 milliards de livres, qui devrait créer 4 600 emplois pour les jeunes.

 

Lire aussi
Azzi : Seule une fraction des jeunes diplômés parvient à trouver un emploi

Start-up libanaises cherchent jeunes talents désespérément !

Plus de 80 % des jeunes diplômés libanais pessimistes quant à l'accès à un premier emploi

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué