Rechercher
Rechercher

À La Une - iran

Khamenei : "Nous n'avons aucun problème avec l'Amérique, mais avec les demandes tyranniques"

Le guide suprême iranien soutient toujours les discussions sur le dossier nucléaire de la République islamique.

L'ayatollah Ali Khamenei lors d'un discours télévisé, jeudi 27 novembre 2014, devant des responsables du mouvement Bassidj, la milice islamiste du régime iranien. AFP PHOTO/HO/khamenei.IR

Le guide suprême iranien Ali Khamenei a apporté jeudi son soutien à la prolongation des négociations nucléaires entre l'Iran et les grandes puissances après le récent échec des discussions de Vienne pour sceller un accord historique.

"Pour la même raison que je n'étais pas opposé aux négociations, je ne suis pas opposé à leur prolongation", a déclaré l'ayatollah Khamenei, qui a le dernier mot sur le dossier nucléaire en Iran.
Il s'exprimait lors d'un discours télévisé devant des responsables du mouvement Bassidj, la milice islamiste du régime.

En novembre 2013, il avait affirmé ne pas être "optimiste" à propos de ces négociations, affichant toutefois son soutien aux négociateurs iraniens qui ont "une mission difficile".
Fin novembre 2013, l'Iran et le groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) avaient signé un accord intérimaire qui a gelé une partie des activités nucléaires sensibles de Téhéran en échange d'une levée partielle des sanctions occidentales. Il devait préparer la signature d'un accord global sur le programme nucléaire de Téhéran, soupçonné par les Occidentaux malgré les dénégations de l'Iran, de cacher un volet militaire. Un an plus tard, à l'issue d'une semaine de difficiles tractations ininterrompues à Vienne, les deux parties n'ont toutefois pas réussi à conclure un accord définitif et ont décidé de prolonger lundi leurs négociations jusqu'au 1er juillet.

 

(Repère : Nucléaire iranien : plus de dix ans de crise)



"Nous accepterons un accord juste et rationnel, mais nous savons que c'est le gouvernement américain qui a besoin de cet accord et qui serait perdant s'il n'y en avait pas", a affirmé le guide suprême.
"La ligne principale du système islamique est de lutter contre l'arrogance et le gouvernement arrogant des Etats-Unis et il ne doit y avoir ni faiblesse ni erreur dans cette voie", a souligné l'ayatollah Khamenei. Dans la terminologie officielle, le terme "arrogance" désigne les pays occidentaux. "Nous n'avons aucun problème avec l'Amérique, mais (nous avons un problème) avec les demandes excessives et tyranniques" de son gouvernement, a-t-il ajouté."Si les négociations n'aboutissent pas, ce ne sera pas la fin du monde car nous avons l'économie de résistance", a-t-il encore dit en référence à la volonté des autorités de privilégier la production nationale.

Khamenei a salué l'équipe de négociateurs, menée par le chef de la diplomatie Mohammad Javad Zarif, qui a "résisté au harcèlement et, contrairement à l'autre camp, n'a pas changé de version chaque jour".
"Derrière chaque négociateur en face de nous, il y a une armée", a-t-il assuré.

Les grandes puissances exigent que l'Iran réduise ses capacités nucléaires, afin d'empêcher qu'il dispose un jour de la bombe atomique. Téhéran revendique son droit à une filière nucléaire civile complète et demande la levée des sanctions économiques occidentales.

 

Lire aussi
Vienne, ou l'art d'éviter le pire
, le point de Christian Merville

Entre l'Iran et les 5+1, le risque d'un nouveau scénario Camp David

Le Congrès US s'immisce dans les négociations avec Téhéran


Le guide suprême iranien Ali Khamenei a apporté jeudi son soutien à la prolongation des négociations nucléaires entre l'Iran et les grandes puissances après le récent échec des discussions de Vienne pour sceller un accord historique."Pour la même raison que je n'étais pas opposé aux négociations, je ne suis pas opposé à leur prolongation", a déclaré l'ayatollah Khamenei, qui a le...

commentaires (5)

"Manchot" ayant perdu son Nord, en sus !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

08 h 19, le 29 novembre 2014

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • "Manchot" ayant perdu son Nord, en sus !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    08 h 19, le 29 novembre 2014

  • La voix d'un grand resistant a saddam alors allie des occicons dans sa guerre contre l'Iran . Et la force tranquille du dirigeant d'un pays passé de gestation a accomplissement d'une puissance regionale averee. Qui d'autres dans la region peut se vanter d'avoir eu a negocier ( faudra expliquer ce que ce mot veut dire a beaucoup de citoyens ) a 5+1, +1 invisible ,et qui a reussit a imposer son point de vue , qui etait suppose lui attirer des "options sur la table" et qui ont finalement rouille sur la tete des occicons 3+1, +1 invisible . Un Homme , un Peuple une Fierte !

    FRIK-A-FRAK

    16 h 49, le 28 novembre 2014

  • AUX RÊVES HÉGÉMONIQUES ET TYRANNIQUES... DES CONDITIONS DU MÊME CALIBRE ! PLUS DE PROBLÈME AVEC LE GRAND SATAN ? 7ABAYEB ?

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    08 h 37, le 28 novembre 2014

  • Et dire que ce "rhétoricien" de pacotille n'était qu'un simple mollâh sillonnant la campagne à mobylette, tentant d'y vendre aux paysans illettré des bougies "saintes" à même pas un toumâne ; yâ wâïyléééh !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    08 h 07, le 28 novembre 2014

  • Conclusions et /ou décodage...en langage ayatollah surréaliste ... c'est les demandes tyranniques américaines ...qui ne créaient aucun problème pour les demandes de l'Iran...

    M.V.

    20 h 59, le 27 novembre 2014

Retour en haut