Moyen Orient et Monde

Vienne, ou l’art d’éviter le pire

Le point
27/11/2014

« L'Amérique et les colonialistes d'Europe n'ont pas réussi, malgré tous leurs efforts, à mettre notre pays à genoux et ils ne pourront jamais le faire. » Non mais, vous vous attendiez à quoi de la part de l'ayatollah Ali Khamenei après le semi-échec ou semi-succès des négociations de Vienne sur le programme nucléaire iranien ? Satisfait de cette caresse dans le sens du poil, le bon peuple de Téhéran s'est tourné vers le Majlis où les orateurs ont fait assaut d'éloquence pour dénoncer le « sabotage » yankee, soutenus par les cris de « Mort à l'Amérique » scandés par les députés.
Pendant ce temps, les deux principaux négociateurs optaient pour de ronronnants euphémismes. Rohani : « C'est vrai qu'il n'y a pas eu d'accord, mais nous venons d'accomplir des pas de géant. » Kerry : « Il y a eu des progrès substantiels mais d'importants points de désaccord subsistent. » Et les officiels dans les deux camps de se retrouver pour constater que « l'écart, loin de se creuser, s'amenuise ». Une longue, bien longue année pour en arriver à cet étique et vague résultat... Question : combien de décennies faudra-t-il encore pour que le fossé cesse d'être infranchissable ?
Mais ne soyons pas mauvais joueurs et applaudissons au non-événement intervenu dans la capitale autrichienne. On nous a fait craindre une guerre en cas d'échec. Nous avons eu droit à une photo-souvenir attendrissante, reflet de retrouvailles entre gens de bonne compagnie et qui viennent de s'octroyer une rallonge – décidément, c'est la mode – de sept mois. Il y a lieu, à ce propos, de s'interroger sur le miracle qui pourrait se produire dans ce laps de temps, que l'on aura vainement attendu une année durant.
En essayant de simplifier une conjoncture plus complexe qu'il n'y paraît, disons que les divergences portent sur trois points essentiels : 1) la quantité et la qualité de l'uranium que l'Iran pourrait être autorisée à enrichir ; 2) la rapidité à laquelle seront levées les sanctions ; 3) les tests entrepris épisodiquement, jusqu'à présent inexpliqués, qui pourraient être liés au programme de la République islamique. Sur ce dernier point, le principal négociateur iranien, Mohammad Javad Zarif, a déjà rappelé la position de son pays : nos travaux sur le nucléaire ne constituent pas un problème et nous avons dit à plus d'une reprise que notre suprême ambition n'est pas de posséder l'arme suprême. Concernant le premier point, la Russie a proposé de procéder chez elle à l'enrichissement de l'uranium, à un degré acceptable par les deux parties. La question du nombre de centrifugeuses pose problème, les 5+1 (les membres permanents du Conseil de sécurité ainsi que l'Allemagne) insistant pour que le total de 10 000 soit « considérablement » réduit.
Reste le thème, majeur lui aussi, des mesures frappant l'économie, dont Téhéran exige la levée totale. Il n'en sera rien, mais le régime des mollahs continuera jusqu'en mars prochain d'avoir accès mensuellement à 700 millions de dollars puisés dans les fonds bloqués en Occident. Depuis 2006, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté six résolutions enjoignant à Téhéran (sanctions à l'appui) d'arrêter tout procédé d'enrichissement d'uranium. Des décisions qui, couplées à la chute continue des cours du pétrole, sont en train de pomper les dernières gouttes de sang dans le corps économique de la nation.
Sur l'efficacité de ces dernières dispositions, les opinions demeurent néanmoins partagées. Au Sénat US, les faucons John McCain, Lindsay Graham et Kelly Ayotte mènent campagne pour resserrer encore la corde autour du cou des Iraniens. À l'opposé, des voix s'élèvent pour faire valoir qu'une telle sévérité aurait l'effet d'un coup de fouet sur le sentiment patriotique du peuple et représenterait un cadeau inespéré au bloc des anti-accord, soit l'immense majorité des hommes de religion et les gardiens de la révolution qui n'attendent que cela pour porter le coup de grâce au pouvoir déjà chancelant du modéré Rohani.
Ce que personne ne se hasarde à dire à haute voix au lendemain du rendez-vous de Vienne, c'est que l'autre terme de l'alternative, une guerre, personne n'en veut. Pensez donc,même Benjamin Netanyahu, l'homme à la tête d'un « réservoir » de 200 bombes, a cessé de crier au loup.
Révélé par le New York Times*, le Pentagone a élaboré un plan nucléaire dont la facture laisse rêveur : un ou deux milliards de dollars annuellement, en plus de 15 à 16 milliards par an sur une période de cinq ans. Oui, mais voilà : les États-Unis sont menacés, eux, dit l'auteur de cette trouvaille.

* « America must not neglect its nuke », par Elbridge Colby, un ancien du département de la Défense – Le « New York Times » du mercredi 26 novembre 2014.

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

On se croirait en 90, lors des derniers simulacres de pourparlers entre James Baker et Tarek Aziz avant que l'Irak ne soit attaqué ! L'Iran de ces mollâhs Per(s)cés subira malheureusement le même sort en fin de compte, sauf si la jeunesse iranienne éclairée les déboulonne avant à ces mollâhs fanatiques, rétrogrades et racistes.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L'ANALYSE DIT QUE : SI DES SOLUTIONS SUR LES VOLETS QUI ENTOURENT LA PORTE DU NUCLÉAIRE, NOMMÉMENT LES MILICES DE L'ORBITE IRANIENNE, DANS TOUS LES PAYS ARABES, AU SERVICE DE L'HÉGÉMONIE RÉGIONALE DE L'IRAN, AUX DÉPENDS DE LEURS PAYS RESPECTIFS, NE SONT PAS TROUVÉES ET AGRÉES PAR TOUS, LA PORTE DU NUCLÉAIRE RESTERA FERMÉE OU SUJETTE À ÊTRE MURÉE ! ROHANI UN BON JOUEUR... À LA DEXTÉRITÉ PALPABLE... MAIS LES AUTRES NE SONT PAS BÊTES AUSSI ! LE PROBLÈME N'EST PAS LE NUCLÉAIRE MAIS... AUX MAINS DE QUI IL SERA !

RAISINS SECS

Ad Vienne que pourra ! les 5+1 (+1 invisible) contre 1 seul , tout seul qui reussit a force de negociation ( triste de constater qu'il faut expliquer a certains ce que ce mot veut dire ) a mettre tout le monde d'accord , enfin surtout les 3+1 , Russie et Chine exclus , que frapper l'Iran est non seulemnt inoperant mais IMPOSSIBLE , militairement, economiquement et ce qu'on veut , mais IMPOSSIBLE a faire sans que , les consequences sur la tete de ceux qui voudraient le faire ne se fassent terribles . L'Iran ( NPR ) a su retourner la situation dans laquelle vivait le monde surtout arabe , qui si on ne marchait pas droit , on aurait le sort de l'Irak de saddam ou la lybie de Kaddafi . La Syrie a ete, avec le hezb resistant le Stalingrad de cette politique agressive , au point ou le pays susrpateur qui colonise a bras raccoucis va se trouver construire sur des sables mouvants en cas de conflit . Pensez vous que nathan/voleur qui met un bemol a sa rhetorique guerriere est soudainement frappe par la grace de Dieu ? que nenni , il sent dans son abdomen des armes ( non nucleaires) lui chatouiller les tripes , et il peut etre voleur , violeur meurtrier et tout ce qu'on veut mais il n'est pas si con que ca pour porter la responsabilite d'un retour a l'expediteur genocidaire eurocon .

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La lutte contre la corruption, en tête des priorités du nouveau gouvernement

Pause verte de Suzanne BAAKLINI

Lutte contre les carrières illégales : le génie est enfin sorti de sa lampe !

Les matchs d’aujourd’hui

  • Colombie
    Japon

    19/06

    15h00 (GMT+3)

  • Pologne
    Sénégal

    19/06

    18h00 (GMT+3)

  • Russie
    Egypte

    19/06

    21h00 (GMT+3)

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué