Refusant l’ingérence, jusqu’à quand la Turquie acceptera-t-elle de rester passive ?

Zone tampon et zone d’exclusion aérienne

OLJ
20/10/2014

Une zone tampon est une zone située entre deux entités géographiques. Dans le domaine de la géopolitique, elle sépare deux forces belligérantes. Elle peut être une zone démilitarisée, un no man's land ou un autre type de zone frontalière.
Les objectifs peuvent être politiques : rétention et surveillance de la part d'un État totalitaire, prévention de la violence entre deux zones dont la population ou les régimes politiques entretiennent des relations conflictuelles, etc. Dans le cas turc, une zone tampon en Syrie aurait un double bénéfice. D'une part, elle permettrait aux réfugiés passés sur son territoire d'y retourner et, d'autre part, cet espace serait contrôlé par une force militaire turque. Cela affaiblirait politiquement la zone kurde du nord de la Syrie, empêchant le développement d'une autonomie, comme celle de l'Irak du Nord. Mais son instauration nécessite aussi bien l'éviction de l'État islamique qu'un vote sous le chapitre VII du Conseil de sécurité de l'Onu, avec la neutralité de la Russie. Comme cette zone tampon permettrait de renforcer l'ASL, il y a peu de chances que la Russie donne son accord, vu qu'elle soutient le régime syrien.
Une zone d'exclusion aérienne (no-fly zone en anglais) est un territoire au-dessus duquel aucun appareil aérien n'est autorisé à voler. Cela s'applique généralement dans un contexte de guerre pour empêcher le bombardement de populations civiles, d'infrastructures ou d'unités combattantes. Sa légalité se fonde implicitement sur la résolution 688 du Conseil de sécurité de l'Onu, adoptée à l'encontre de l'Irak le 5 avril 1991, suite au massacre des populations kurdes du nord de l'Irak. Cette mesure a également été appliquée en Bosnie-Herzégovine en 1992 (résolution 816) et en Libye en 2011 (résolution 1973). Dès lors, cela pourvoit la zone tampon d'une « couverture aérienne ». En cas de bombardement aérien, toute riposte contre l'agresseur serait légale.

À la une

Retour au dossier "Refusant l’ingérence, jusqu’à quand la Turquie acceptera-t-elle de rester passive ? "

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Guerre du Yémen : ce qu’en dit un houthi de passage au Liban...

Un peu plus de Médéa AZOURI

Visconti et les lahem baajine

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué