Rechercher
Rechercher

Disparition

Le cardinal Nasrallah Sfeir, grande figure de l'histoire du Liban moderne, s'est éteint

Le 76e patriarche de l’Église maronite, connu pour son opposition farouche à la présence syrienne au Liban et pour son engagement en faveur de la réconciliation entre druzes et chrétiens, est décédé trois jours avant de fêter ses 99 ans.

Le cardinal Nasrallah Sfeir est décédé à près de 99 ans, le 12 mai 2019. Photo AFP

Avec la disparition du cardinal Nasrallah Sfeir, l’Église maronite et le Liban perdent un personnage central de leur histoire. Le cardinal, dont l'état de santé déclinait depuis 2014, est décédé dimanche, trois jours avant de fêter ses 99 ans.

"L'Église maronite orpheline, le Liban en deuil". C'est en ces termes que le patriarche Béchara Raï a annoncé dans un communiqué que son prédécesseur a rendu l'âme, à l'aube, après plusieurs jours de combat aux soins intensifs. Dans un communiqué publié par Bkerké, Mgr Raï a appelé toutes les églises du Liban à sonner le glas à 10h et à prier pour l'âme du cardinal Sfeir lors des messes de ce dimanche.  

La dernière apparition publique du cardinal datait du 20 avril lorsqu'il a reçu, en compagnie de son successeur, Mgr Béchara Raï, le chef de l’État, Michel Aoun, à l'occasion de la messe de Pâques à Bkerké. Quelques jours plus tard, le 26 avril, le patriarche émérite avait été admis à l'hôpital Hôtel-Dieu de Beyrouth pour une congestion pulmonaire.


(Lire aussi : Le Liban pleure le "patriarche de la souveraineté et de l'indépendance")


Né le 15 mai 1920 à Reyfoun dans le Kesrouan, Nasrallah Sfeir, 76e patriarche de l’Église maronite, s'est longtemps illustré par des prises de positions fortes alors que le Liban traversait des moments déterminants de son histoire. De son opposition farouche à la présence syrienne au Liban à son engagement pour la réconciliation entre druzes et chrétiens, les positions et réalisations de Mgr Sfeir ont souvent fait l'unanimité au niveau local et international, mais aussi, ont quelques fois irrité certaines parties.

Ordonné prêtre le 7 mai 1950, Mgr Sfeir enseigne, pendant les années 50, la littérature, la philosophie, et la traduction au collège des sœurs Mariamites de Jounieh. Il gravit les échelons de l’Église pour enfin être élu, le 19 avril 1986, Patriarche des maronites d'Antioche et de tout l'Orient, en pleine guerre civile, notamment entre milices chrétiennes. Le 26 novembre 1994, il est nommé cardinal par le pape Jean-Paul II.


Le cardinal Nasrallah Sfeir avec l'ancien souverain pontife Benoît XVI. Photo d'archives OLJ

 

De la contestation anti-syrienne à la réconciliation druzo-chrétienne
Trois ans après sa prise de fonction, Mgr Sfeir sera l'un des artisans de l'accord de Taëf qui mit fin à la guerre au Liban en 1989. Il réussit à rassembler les pôles chrétiens autour de l'accord, à l'exception du général Michel Aoun, à l'époque Premier ministre par intérim censé assurer l'élection d'un président de la République.

Onze ans ans après la fin de la guerre, le cardinal maronite s'attaque à la présence syrienne au Liban. C'est en 2001 que, sous son patronage, le Rassemblement de Kornet Chehwane voit le jour dans le village du même nom du caza du Metn. Formé de personnalités chrétiennes, le rassemblement appelle à mettre un terme à l'occupation syrienne au Liban, en écho à l'appel de Bkerké lancé un an auparavant. Le retrait syrien aura lieu quatre ans plus tard, après l'assassinat de l'ancien-Premier ministre Rafic Hariri.

C'est dans ce contexte que le cardinal Sfeir avait boycotté le voyage en Syrie de Jean-Paul II en 2001, accueilli par tous les dignitaires chrétiens d'Orient. Il avait fait de même en 2008, lorsqu'il fut invité par les autorités syriennes à inaugurer la tombe présumée de St Maron, dans le village de Brad, au nord-est d'Alep. Les Libanais détenus en Syrie lui tenaient également à cœur. Mgr Sfeir avait promis à leurs familles de ne pas abandonner leur cause, même si jusqu'à présent celles-ci attendent toujours des informations sur le sort de leurs proches.


La cardinal Nasrallah Sfeir (au centre) et son successeur, le patriarche maronite, Mgr Bechara Raï (droite), entourés du chef des Forces libanaises, Samir Geagea, l'ancien président Amine Gemayel, le chef du Courant patriotique libre, Michel Aoun et le chef des Marada, Sleimane Frangié, le 4 avril 2011. Photo d'archives OLJ


Au niveau interne, l'autre réalisation phare de l'ancien chef de l’Église maronite est la réconciliation entre les chrétiens et les druzes. Scellée par la tournée de Mgr Sfeir dans le Chouf, elle a mis fin officiellement à des décennies d'animosité entre les deux communautés, exacerbées par les années de guerre. Le cardinal n'a également pas hésité à se prononcer contre les armes du Hezbollah, exprimant à maintes reprises la nécessité de trouver une solution à l'arsenal du parti chiite afin de pouvoir bâtir un Etat libanais fort.

Après avoir reçu l'accord du Vatican le 26 février 2011 sur sa démission, présentée des mois auparavant, le cardinal Sfeir s'était peu à peu effacé de la scène religieuse et politique libanaise, cédant sa place à l'actuel patriarche Béchara Raï.



Pour mémoire
Le patriarche Sfeir, un homme de paix et de résistance

Timbre commémoratif à l’effigie du cardinal Sfeir,« fondateur de la 2de indépendance du Liban »

Face à la tutelle syrienne, la résistance du patriarche-patriote


Avec la disparition du cardinal Nasrallah Sfeir, l’Église maronite et le Liban perdent un personnage central de leur histoire. Le cardinal, dont l'état de santé déclinait depuis 2014, est décédé dimanche, trois jours avant de fêter ses 99 ans.

"L'Église maronite orpheline, le Liban en deuil". C'est en ces termes que le patriarche Béchara Raï a annoncé dans un...

commentaires (15)

UN VRAI ET UN RARE PATRIOTE QUI N'A PAS CRAQUÉ. UN ANTI MERCENAIRES. MERCI LE GRAND.

Gebran Eid

14 h 23, le 12 mai 2019

Tous les commentaires

Commentaires (15)

  • UN VRAI ET UN RARE PATRIOTE QUI N'A PAS CRAQUÉ. UN ANTI MERCENAIRES. MERCI LE GRAND.

    Gebran Eid

    14 h 23, le 12 mai 2019

  • On perd un grand homme, un cèdre du Liban. Notre terre fertile produira toujours des grands hommes, tel que notre Grand patriarche Sfeir, pour la pérennité du Liban-message!

    Wlek Sanferlou

    14 h 19, le 12 mai 2019

  • Paix à son âme! Avec le Pariarche Howayek, il fut le plus important homme d’église et homme d’état ! Le Liban n’en connaîtra plus un pareil moine combattant!

    Salamé Bassam

    13 h 14, le 12 mai 2019

  • Un patriarche qui a tout fait pour rassembler les leaders maronites en vain .Qu'il repose en paix.

    Antoine Sabbagha

    13 h 04, le 12 mai 2019

  • Le Cardinal Sfeir a lutté pacifiquement et courageusement jusqu'au bout dans tous les domaines au cours de sa longue vie bien remplie, mais il est parti dans ce pays inconnu d'où nul voyageur ne revient. Mais, pour paraphraser le général de Gaulle, puisque tout recommence toujours, ce que le Cardinal Sfeir a fait, sera, tôt ou tard, une source d'inspiration nouvelle après sa disparition. Car, si "les vivants ne peuvent rien apprendre aux morts;les morts, au contraire, instruisent les vivants", écrivait Chateaubriand. Cardinal Sfeir, vous nous avez quittés, mais votre souvenir ne nous quittera pas...

    de Tinguy Corinne

    12 h 46, le 12 mai 2019

  • Qu'il repose en paix Une perte incommesurable pour TOUS LES LIBANAIS par ces temps si dificiles alors que nous avons besoin de sa sagesse et de son courage.

    Jean Michael

    11 h 55, le 12 mai 2019

  • Un des plus grands patriarches du Liban, il fut non seulement le patriarche des maronites mais aussi celui de tous les chrétiens et de tous les libanais,leur guide durant une période très difficile de l'histoire du Liban. Que son âme repose en paix.

    Elias Karame

    10 h 14, le 12 mai 2019

  • La sagesse aujourd’hui est en deuil.

    LeRougeEtLeNoir

    09 h 55, le 12 mai 2019

  • LA CONSCIENCE DU LIBAN S,EST ETEINTE. ALLAH YIRHAMOU. UN GRAND CARDINAL.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 30, le 12 mai 2019

  • Que son âme, par la grâce de Dieu, repose en paix.

    Aref El Yafi

    09 h 26, le 12 mai 2019

  • Un homme de valeurs et de convictions. Le patriarche. Qu'il repose dans l'éternelle lumière.

    Sarkis Serge Tateossian

    09 h 00, le 12 mai 2019

  • Une grande figure libanaise et religieuse, dont nous pouvions et continuons d'être très fiers, qu'il repose en paix ! Irène Saïd

    Irene Said

    08 h 04, le 12 mai 2019

  • Un homme d'une grande valeur, qui a toujours oeuvré pour l'interet de tous les libanais, dans les plus sombres heures de ce pays

    Le Phenicien

    07 h 52, le 12 mai 2019

  • Le bon Nasrallah

    M.E

    07 h 17, le 12 mai 2019

  • Un GRAND libanais et homme d Eglise disparait,un homme ferme dans ses convictions et non pas une girouette comme la plupart des hommes politiques libanais.

    HABIBI FRANCAIS

    07 h 12, le 12 mai 2019