Liban

Et si la coalition bombardait l’État islamique à l’intérieur du territoire libanais ?

Dans les coulisses de la diplomatie
24/09/2014

Il n'y a rien à dire : les frappes arabo-occidentales contre l'État islamique à Raqqa en Syrie ont particulièrement inquiété les responsables libanais, effarés par le nombre de réfugiés syriens sur le territoire national et le retard dans le paiement des aides promises par certains pays donateurs ; effarés aussi par les problèmes sécuritaires nécessairement amenés à se multiplier : le dernier en date, et pas des moindres, étant, si elle est confirmée, l'attaque au missile contre le lieu de détention des soldats libanais kidnappés par les terroristes islamistes. Sans oublier le nouveau cauchemar : l'incapacité du Qatar et de la Turquie à intervenir d'une façon efficace dans le dossier des militaires enlevés.

Les responsables libanais espèrent que le Liban ne sera pas impliqué, de quelque façon que ce soit, dans cette attaque à laquelle participent pour la première fois sept pays, les six du CCG et la Jordanie. Ainsi l'on a pu voir des avions de chasse arabes bombarder des cibles situées dans un pays arabe : la Syrie. D'ailleurs, Damas est resté muet, alors que quelques jours à peine plus tôt, les responsables syriens avaient aboyé à plusieurs reprises que de telles attaques équivalaient à des violations de la souveraineté nationale – et les Russes avaient vite fait écho. Sauf que la DCA syrienne, de fabrication russe, est restée silencieuse face aux avions de la coalition.

 

(Repère : Coalition internationale contre l'EI : Qui va faire quoi?)


Le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Moallem, a indiqué que les Américains l'ont mis au courant par le truchement des Irakiens. Le régime syrien, cela dit, est satisfait : il n'a pas pu venir à bout de ce Daech qui a épuisé son armée et qui contrôle une grande partie de la Syrie. Quant à la coalition, elle coordonne de près avec l'opposition syrienne.

Reste cette question essentielle : les avions occidentaux et surtout arabes iront-ils jusqu'à bombarder des cibles de l'État islamique dans le jurd de Ersal et autres localités à l'intérieur du territoire libanais ? Pire encore : les islamistes répliqueront-ils en essayant de s'en prendre aux ambassadeurs et aux chancelleries concernés au Liban ?
Affaire à suivre, impérativement...

 

Lire aussi
Salam à « L'OLJ » : L'EI a tué plus de sunnites que de chiites et de chrétiens...

Lorsque l'État islamique s'invite à l'Onu...

Raccommodage politicien en vue

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUEL ETAT ISLAMIQUE ?

Halim Abou Chacra

"Le régime syrien est satisfait" des attaques de la coalition contre Daech (contrairement à sayyed Nasrallah en son discours d'hier). Il sait que cette barbarie a été engendrée par sa tyrannie et voudrait évidemment la voir éliminée pour se perpétuer au pouvoir.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Sommet de Helsinki : le Liban attend aussi...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué