Rechercher
Rechercher

À La Une - Moyen-Orient

Chrétiens d'Orient et musulmans de France lancent des appels contre l'Etat islamique

Les jihadistes se comportent comme des "bêtes", estime un évêque irakien.

Archives AFP.

A travers l'Europe, des dignitaires musulmans et chrétiens ont lancé, aujourd'hui, des appels à condamner l'organisation Etat islamique (EI, ex-Daech) et à lutter contre elle.

Lors d'une conférence de presse organisée par la mission du Vatican auprès des Nations unies à Genève, des dignitaires du Moyen-Orient ont appelé les gouvernements des pays arabes et les autorités religieuses de la région à condamner les violences infligées par les jihadistes de l’organisation EI aux minorités religieuses, et à être à la pointe des efforts pour anéantir leurs bastions en Irak et en Syrie.

"La situation des chrétiens et d'autres minorités, étant donné les massacres et les atrocités (commises par l'EI), est désastreuse, et notre avenir dans la région est en jeu", a déclaré le patriarche syriaque catholique d'Antioche Ignace III. Le patriarche de l'Eglise (catholique) chaldéenne, Mgr Louis Sako, a pour sa part demandé aux dirigeants religieux des pays musulmans de lancer une fatwa (édit religieux) "contre les massacres d'êtres humains quels qu'ils soient, et pas seulement des musulmans"."Jusqu'à présent, leur voix a été très timide", estimé Mgr Sako.

 

(Repère : A quoi ressemblera la guerre contre l'Etat islamique?)

 

"La communauté internationale dormait d'un sommeil très profond",

A Rome, deux évêques du Moyen-Orient ont également lancé un appel contre l'EI, l'un d'entre eux critiquant toutefois la communauté internationale. L'évêque auxiliaire de Bagdad, Schlemon Warduni, a déploré que les interventions internationales contre l'EI en Irak soient "venues très tard, trop tard". Il y a quelques mois, l’EI était encore faible et "cela aurait été très facile, mais la communauté internationale dormait d'un sommeil très profond", a-t-il déploré.

De son côté, l'archevêque d'Alep (nord de la Syrie) Antoine Audo, interrogé par l’AFP sur l'éventualité de frappes extérieures contre l'EI en Syrie, a adressé une mise en garde : "Vouloir mettre une limite à la violence et à l'influence de Daech, tout à fait d'accord. Mais la Syrie rappelle toujours que cela ne peut se faire en dehors de sa souveraineté.

Selon Mgr Audo, la prise de Mossoul, la deuxième ville d'Irak, par l'EI a généré à Alep "une peur générale parmi les chrétiens, qui disent : aujourd'hui c'est Mossoul, demain ce sera Alep". Il a estimé que "la moitié des chrétiens" avaient "déjà quitté la Syrie". "La position officielle de l'Eglise est de dire aux chrétiens de rester". Mais, "personnellement, je n'obligerais personne à rester", a-t-il dit.

L'archevêque d'Alep a également laissé transparaître sa déception sur la réaction de l'Eglise : "Franchement, avec tout ce qui est arrivé en Irak, à Mossoul, on est un peu découragé, on ne voit pas beaucoup de résultats, d'efficacité dans toutes ces déclarations!" "Les chrétiens ne cessent de regarder vers le pape. Même le monde musulman a généralement un grand respect pour ce que la papauté représente en tant qu'autorité morale", a-t-il rappelé.

 

(Lire aussi : Qui sont les vrais « terroristes » ? De Washington à Damas, à chacun son « ennemi »)

 

Appel unitaire des musulmans de France contre L'EI

Les fédérations et responsables de mosquées français ont eux aussi lancé mardi  un "appel des musulmans de France" contre l'EI, exigeant une enquête sur "les responsabilités des soutiens de cette organisation terroriste ainsi que l'origine de ses moyens". "Nous condamnons fermement les exactions commises par l'organisation Daech (...) à l'encontre des civils en Irak et en Syrie parmi les chrétiens, les Yézidis, les Kurdes, les Turcomans, les musulmans chiites ou sunnites, les humanitaires, les journalistes", écrivent les signataires de cet appel, qui estiment que ce groupe, "en dépit de son appellation usurpée, n'a rien ni d'Etat ni d'islamique". Ils "réitèrent" leur "appel aux jeunes musulmans de France qui seraient tentés d'aller combattre aux côtés de ces terroristes, de prendre conscience de l'ampleur de la gravité des crimes dont ils pourraient se rendre complices, ainsi que de la lourde responsabilité, devant Dieu et devant l'humanité, d'une telle complicité".

 

Lire aussi

Ces responsables musulmans qui dénoncent l'Etat islamique

 

A travers l'Europe, des dignitaires musulmans et chrétiens ont lancé, aujourd'hui, des appels à condamner l'organisation Etat islamique (EI, ex-Daech) et à lutter contre elle.
Lors d'une conférence de presse organisée par la mission du Vatican auprès des Nations unies à Genève, des dignitaires du Moyen-Orient ont appelé les gouvernements des pays arabes et les autorités religieuses de...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut