X

Un monde de solutions (II)

L’Agence du don en nature, un acteur majeur de l’innovation sociale

Société
Anne Rodier | Le Monde pour Sparknews/France
20/09/2014

Demander-donner-recevoir-rendre, cette mécanique du don/contre-don a été révélée comme la clé de l'efficacité en entreprise par le sociologue Norbert Alter (Donner et prendre, la coopération en entreprise, éd. La Découverte) en opposition au cycle ignorer-prendre-refuser-garder. Dans La révolution du don, que viennent de publier les éditions du Seuil, Alain Caillé et Jean-Édouard Grésy poursuivent l'analyse du don comme « ressort caché » du bon fonctionnement de toute organisation humaine.


En lançant il y a cinq ans l'Agence du don en nature (ADN), Jacques-Étienne de T'Serclaes et Stéphanie Goujon ont élargi cette théorie au fonctionnement du marché en inventant un business modèle spécifique. Leur entreprise surfe depuis de succès en succès : les premières années, la valeur marchande annuelle des dons recueillis était de 1 à 3 millions d'euros ; elle est désormais de 18 millions d'euros.
Comment ça marche ? ADN collecte auprès des entreprises des produits invendus voués à la destruction pour toutes sortes de raisons : des fins de stock, des emballages abîmés, etc... « Les fabricants et les commerçants détruisent chaque année 600 millions d'euros de produits neufs non alimentaires », indique l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie).
Les entreprises donatrices ont d'abord été grandes, comme Procter & Gamble, L'Oréal, puis moins grandes, comme Seb pour l'électroménager. Les dernières arrivées, en 2014, ce sont Leroy-Merlin (meubles, chauffage) et Célio (habillement). ADN compte aujourd'hui une centaine d'entreprises partenaires.

 

Ce n'est pas le pays des « bisounours » : en donnant leurs produits, les entreprises reçoivent à leur tour. Elles bénéficient d'un crédit d'impôt. Elles optimisent ainsi doublement leurs pertes puisqu'elles recyclent des produits voués à la destruction. Elles en contrôlent la destination et évitent, du même coup, que les invendus finissent sur des marchés parallèles. Enfin, ce « don » se retrouve à la fois dans leur bilan « responsabilité sociale et environnemental » et dans leur image auprès de la société.
Grâce à ces fournisseurs fidèles et de plus en plus nombreux, l'Agence du don en nature « redonne » à son tour en distribuant chaque année des produits d'usage courant (produits d'entretien, d'hygiène, de bien-être, matériel scolaire, bricolage, vêtements, etc.), toujours non alimentaires, à 600 000 personnes.
« 8,7 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté », souligne Stéphanie Goujon, la déléguée générale de l'Agence du don en nature. Il va sans dire qu'elles n'ont pas seulement besoin de manger. La demande provient des étudiants, des familles démunies, c'est-à-dire de tous les clients des épiceries sociales qui, eux, paient les produits.

 

ADN compte aujourd'hui une centaine d'entreprises partenaires.

 

Les prix pratiqués sont toutefois bien inférieurs à ceux du marché. La clientèle achète les produits entre 10 et 20 % du prix usuel. « En moyenne dans les épiceries solidaires, les prix varient entre 10 et 30 % du prix du marché, mais ADN suggère un prix de vente plafond », explique la direction d'Andes, l'Association nationale de développement des épiceries solidaires. ADN regrette que les produits ne puissent pas être gratuits, mais de nombreuses entreprises sociales considèrent que le fait de payer le produit permet de marquer la différence entre la solidarité et l'assistance. « Question de dignité », disent-ils !
Les associations achètent les produits 5 % du prix de vente moyen de la grande distribution, ce qui finance les 7 salariés d'ADN et les frais de logistique de l'entreprise. L'entrepôt de l'Agence du don en nature est implanté dans le Loiret « pour rayonner plus facilement sur toute la France ». La distribution s'appuie sur un réseau de 550 associations investies dans la lutte contre l'exclusion. Les plus connues sont l'Armée du salut, Emmaüs, le Secours populaire, mais il y a aussi de toutes petites structures, à l'instar de La Cravate solidaire à Paris ou Deux Mains ensemble, à Douai dans le Nord-Pas-de-Calais.


Pour changer d'échelle, l'aventure de l'Agence du don en nature n'a plus qu'à faire des émules. « Quand les entreprises sociales pionnières proposent des réponses novatrices à des problèmes sociaux ou sociétaux, les politiques publiques constituent souvent dans un second temps un canal majeur de diffusion de l'innovation sociale », expliquent Jacques Defourny et Marthe Nyssens (Entreprise sociale et insertion, une perspective internationale, éd. Desclée de Brouwer). En juin, ADN a été sélectionnée pour représenter l'innovation sociale en France dans le cadre de « La France s'engage ». C'est peut-être un début.

Partagez vos idées et participez à cette aventure en cliquant ici:

 

 

À la une

Retour au dossier "Un monde de solutions (II)"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

L’arnaque à la libanaise

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!