Rechercher
Rechercher

Justice

Liban : Rifi dénonce la profanation des inscriptions religieuses sur un drapeau de Daech et fait polémique

Bassil appelle les responsables libanais à ne pas confondre l'islam et l'État islamique.

Photo d'archives du ministre libanais de la Justice Achraf Rifi

Le ministre libanais de la Justice Achraf Rifi a créé la polémique samedi après avoir demandé aux autorités judiciaires d'engager des poursuites contre des individus ayant brûlé un drapeau de Daech (actuellement l'État Islamique, EI) sur la place Sassine à Achrafieh (Beyrouth). Dans un communiqué, M. Rifi dénonce le fait que des inscriptions religieuses, en l'occurrence "il n'y a d'autre dieu que Dieu, et Mahomet est son prophète", aient été insultées de la sorte, soulignant que ces inscriptions n'avaient aucun rapport avec le drapeau du groupe jihadiste, qui les affiche sur son étendard.

Le ministre de la Justice a ainsi appelé le procureur général près la Cour de cassation, le juge Samir Hammoud, à engager des poursuites contre les responsables de cet acte en vue de les arrêter.

Réagissant à cette décision, l'avocat et député membre du Courant patriotique libre (CPL), Ibrahim Kanaan, a annoncé qu'il se chargerait de la défense des jeunes qui ont brûlé le drapeau de Daech à Beyrouth. Pour sa part, le ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil a appelé les responsables libanais à ne pas confondre l'islam et l’État islamique. "La religion musulmane n'a rien à voir avoir le mouvement islamiste jihadistes", a-t-il assuré.

Cette affaire a également provoqué un tollé sur les réseaux sociaux. Plusieurs internautes se sont dits "choqués" par la décision de M. Rifi, critiquant sévèrement le communiqué du ministre: "On est à Mossoul ou à Beyrouth ?", s'est demandé un internaute sur Facebook. "Brûlons le portrait de M. Rifi à à la place du drapeau de Daech", a proposé un autre.

Daech a une interprétation extrême de l'islam dénoncée par la majorité des courants islamistes. Il multiplie les exactions en Syrie et en Irak, dont des décapitations, des lapidations et même des crucifixions à l'encontre de tous ceux qu'ils considèrent comme leurs ennemis.
Un groupe lié à ce mouvement jihadiste détient en otage plus de 35 soldats et gendarmes libanais depuis le début du mois d'août, après de violents combats dans le jurd de Ersal, une localité dans l'est du pays, non loin de la frontière syrienne. Les combattants syriens réclament, en échange de leur libération, le retrait du Hezbollah de Syrie où le parti chiite combat aux côtés du régime de Bachar el-Assad.

Jeudi, de violents combats ont éclaté entre la troupe et les jihadistes syriens dans le jurd de Ersal, dans un regain de tension, trois semaines après le début des affrontements dans la région. Un calme précaire s'était toutefois installé par la suite, interrompu par plusieurs incidents et accrochages entre l'armée et des éléments jihadistes.


Lire aussi

L'armée se trouva bien dépourvue quand la bise fut venue, l'éclairage de Scarlett Haddad

Dans une nouvelle vidéo, neuf soldats libanais otages des jihadistes en appellent aux autorités

Derbas : Nous ne fermerons les frontières qu'en cas de dangers sécuritaires

Machnouk : Ersal est une bombe à retardement


Le ministre libanais de la Justice Achraf Rifi a créé la polémique samedi après avoir demandé aux autorités judiciaires d'engager des poursuites contre des individus ayant brûlé un drapeau de Daech (actuellement l'État Islamique, EI) sur la place Sassine à Achrafieh (Beyrouth). Dans un communiqué, M. Rifi dénonce le fait que des inscriptions religieuses, en l'occurrence "il n'y a...

commentaires (13)

Mr Rifi, vous etiez une enorme tete au sein des FSI, nous comprennons que la politique est loin de vous, vous etiez sincere quand vous disiez poursuivre les jeunes qui ont bruler le drapeau ... mais ne nous arretons pas la il faut aussi juger ceux qui ont bruler des crucifix a tripoli, ce que le peuple ne comprend pas c'est que par cette action vous etiez entrain de proteger justement ceux qui sont encore en detention, mais je vous demande pardon pour ceux et celles qui ne comprenne en rien votre position et vos actes, ceux qui vous suivent savent tres bien qui vous etes et que vous n'etes en rien responsable de ce qui arrivent vous etiez entrain et je le repete de proteger les détenues de DAECH !!!

Bery tus

16 h 38, le 31 août 2014

Tous les commentaires

Commentaires (13)

  • Mr Rifi, vous etiez une enorme tete au sein des FSI, nous comprennons que la politique est loin de vous, vous etiez sincere quand vous disiez poursuivre les jeunes qui ont bruler le drapeau ... mais ne nous arretons pas la il faut aussi juger ceux qui ont bruler des crucifix a tripoli, ce que le peuple ne comprend pas c'est que par cette action vous etiez entrain de proteger justement ceux qui sont encore en detention, mais je vous demande pardon pour ceux et celles qui ne comprenne en rien votre position et vos actes, ceux qui vous suivent savent tres bien qui vous etes et que vous n'etes en rien responsable de ce qui arrivent vous etiez entrain et je le repete de proteger les détenues de DAECH !!!

    Bery tus

    16 h 38, le 31 août 2014

  • Soyons sages, prudents et francs. Le moment n'est pas propice pour des actes irréfléchis comme celui d'Achrafieh. Il faut penser avant tout à nos militaires otages et à leur sécurité.

    Halim Abou Chacra

    15 h 35, le 31 août 2014

  • MALHEUREUSEMENT IL MANQUE LES RÉACTIONS DE CERTAINS COMPATRIOTES PROMPTS À SE PRONONCER AILLEURS !!!

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 00, le 31 août 2014

  • MONSIEUR RIFI PEUT-IL NOUS DIRE SI UN DAECHIEN TOMBE DANS LES MAINS DES CHRÉTIENS, DONT IL A ÉGORGÉ LES PARENTS ET VENDU LES FEMMES, ET AYANT DES INSCRIPTIONS RELIGIEUSES SUR SON FRONT ET TOUT AUTOUR DE SON CORPS, ET SI LES CHRÉTIENS LE BRÛLENT VIVANT, SI C'EST UNE OFFENSE À LA RELIGION DONT CES INSCRIPTIONS SE RÉFÈRENT ? HONTE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 47, le 31 août 2014

  • Je souhaiterais avoir accès au texte de loi qui pourrait justifier le cas échéant une poursuite. Ce que je trouve regrettable c'est l'absence de toute référence aux textes de loi dans les articles de presse. Comment juger une telle opinion ainsi? Sur la forme, il n'appartient pas en principe au Ministre de la Justice mais au Ministre de l'Intérieur de s'intéresser à ce genre d'agissements. Sur le fond, je doute qu'on poursuive cette affaire très loin puisque la réaction d'un Ministre semble avoir fait plus parler que l'action initiale

    Olivier Georges

    12 h 56, le 31 août 2014

  • Monsieur Achraf Rifi, Comment avez-vous l'audace, en tant que Libanais, d'ordonner des poursuites envers les personnes qui ont brûlé un simple morceau de tissu, un drapeau, avec l'inscription "Il n'y a de DIEU que DIEU, et MAHOMET est son PROPHETE" en arguant qu'ils ont ainsi insulté ces inscriptions religieuses ?... En ordonnant ces poursuites envers "les responsables de ces actes", vous légitimez les horreurs que DAESCH commet au nom de DIEU, non pas sur un simple morceau de tissu, mais sur des êtres humains: hommes, femmes, enfants, et détruisent tout ce qui ne leur convient pas, même des mosquées et des églises. Je vous souhaite, Monsiseur Achraf Rifi, que le jour où DAESCH arrive près de chez vous, ce qui ne saurait tarder, ses hommes vous fassent goûter leur façon de servir DIEU ET SON PROPHETE MAHOMET ! Irène Saïd

    Irene Said

    11 h 15, le 31 août 2014

  • Le drapeau de Daej dont il est fait référence, comporte deux inscriptions; la ligne du haut indique "il n'y a de dieu que Dieu" et les trois lignes du milieu indiquent, de haut en bas, "Dieu est le prophète de Mohamad". Ce n'est qu'inversées, donc lu de bas en haut, qu'elles indiquent "Mohamad est le prophète de Dieu". D'autres drapeaux de Daej, toujours sur fond noir, ne comportent que les trois lignes du milieu. Dans les deux cas, c'est aux musulmans de s'indigner et réagir sur ces écrits. Quant au fait de brûler ce drapeau par tout autre citoyen, rien n'indique une quelconque haine religieuse qui n'a d'ailleurs nullement pas sa place chez les deux principales composantes politique du pays à savoir celles du huit et du quatorze mars.

    Khalil

    10 h 38, le 31 août 2014

  • quel triste période où l'on se prend à tout mélanger.... il faut confisquer les pinceaux de certains....

    lila

    20 h 28, le 30 août 2014

  • Ce n'est pas avec ce genre de compromission Mr. le ministre Ashraf Rifi ...que vous allez sauver la vie de nos militaires otages...

    M.V.

    20 h 05, le 30 août 2014

  • HALTE... LÀ ! LE DÉRAPAGE EST INACCEPTABLE... ON S'ATTENDAIT À UN PEU PLUS D'INTELLIGENCE S.V.P. !!! AVEC CETTE LOGIQUE... FAUDRAIT-IL AUSSI BÉNIR LES CRIMES QU'ILS FONT AU NOM DE CETTE BANIÈRE ET DE SES INSCRIPTIONS ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 20, le 30 août 2014

  • Il aurait mieux fait de se taire ce M. Rifi... Qui n'aura réussi qu'à provoquer du rififi Tout ce qui nous manquait vraiment.

    Atallah Simone

    17 h 37, le 30 août 2014

  • M .Rifi en interdisant la profanation du drapeau de Daech en ce samedi a prouvé encore une fois qu’ il est ministre de l’Injustice .. Libérez monsieur le ministre nos soldats menacés d’être égorgés à Ersal avant de vous défouler sur ces jeunes qui au nom de la liberté d’expression ont bien le droit de manifester.

    Sabbagha Antoine

    17 h 29, le 30 août 2014

  • Honte à vous Monsieur RIFI, honte à ceux qui vous financent et vous dictent votre conduite, le peuple souverain et enfin libéré de votre emprise saura s'en souvenir !! Tfihh tfihh

    JAMES R

    17 h 25, le 30 août 2014