X

Moyen Orient et Monde

Dans le monde du jihad, el-Qaëda menacée par l’État islamique

Extrémisme
OLJ/AFP
28/08/2014

Grâce à sa puissance militaire, sa radicalité et sa maîtrise des méthodes modernes de communication, l'État islamique (EI) est en passe de supplanter el-Qaëda à l'avant-garde du mouvement jihadiste international, estiment des experts.


En prenant le contrôle d'un territoire à cheval sur la frontière syro-irakienne et en y proclamant la création d'un califat dirigé par son chef Abou Bakr al-Baghdadi, désormais « calife Ibrahim », l'EI a remporté un succès dont les membres survivants du mouvement fondé par Oussama Ben Laden ont rêvé sans y parvenir. « Les vétérans (du jihad international) considèrent qu'ils ont passé leur vie à combattre les superpuissances, en s'abstenant de proclamer un califat, et voient des nouveaux venus surgir de nulle part et leur voler le trophée », assure Thomas Hegghammer, du Centre norvégien de recherches sur la défense. « Et pour couronner le tout, l'EI demande à ces anciens de se soumettre à l'autorité d'un jeune et obscur calife. »
La conquête par les combattants de l'EI de la ville de Mossoul leur a permis de mettre la main sur un trésor de guerre en centaines de millions de dollars et sur un arsenal digne d'une armée moderne. Célébrée sur les réseaux sociaux, cette victoire est un succès que les chefs d'el-Qaëda se sont gardés de saluer. Et même si la plupart des mouvements jihadistes qui avaient proclamé leur allégeance à Oussama Ben Laden ont pour l'instant refusé de se rallier au calife Ibrahim, la poursuite des succès militaires de l'EI en Irak et en Syrie pourrait changer la donne.

 

(Lire aussi : Syriens et Irakiens pris en otage entre « la tyrannie de l'ordre et la tyrannie du chaos »)

 

« Les nomades de la globalisation »
« L'EI a déjà réussi à imposer au monde entier son intitulé, alors qu'il n'est pas un État, mais une machine de guerre, et que sa vocation totalitaire menace avant tout les musulmans », assure à l'AFP Jean-Pierre Filiu, professeur à Sciences Po. Et l'expert d'enchaîner : « Cette ambition sans frontière d'un État islamique est particulièrement attractive pour les nomades de la globalisation, ces individus aux identités mal assurées, qui se tournent vers le calife autoproclamé. » « Le chef de cet État islamique enchaîne les victoires militaires et semble affoler le monde entier alors que Zawahiri, le successeur de Ben Laden à la tête d'el-Qaëda, déblatère dans le vide, ne suscitant plus d'intérêt au-delà d'un cercle déclinant. Baghdadi ne s'y est pas trompé, qui ne répond plus aux algarades de Zawahiri, mais les traite par le mépris », ajoute-t-il.


Dans une tribune récente l'américaine Rita Katz, fondatrice du SITE Institute, spécialisé dans la surveillance des groupes jihadistes, regrette que « la menace de l'EI date de plusieurs années et a été largement ignorée. Le groupe en a profité pour se renforcer en combattant en dehors de l'Irak, faisant du conflit en Syrie une machine à recruter et entraîner. Le résultat est là : un groupe assez fort pour défier el-Qaëda, conquérir de vastes territoires, établir un califat et recruter un grand nombre d'Occidentaux, tout en jurant de faire flotter son étendard sur la Maison-Blanche ».


Dès le départ, l'EI a compris l'importance de la propagande et a largement diffusé ses actions, ses succès, ses menaces et sa vision du monde. Lancée sur Internet en juin, la campagne Un milliard de musulmans soutiennent l'EI demande aux internautes d'illustrer par des photos leur adhésion aux thèses jihadistes. Des bannières de l'EI sont ainsi apparues, sur des clichés, sur le pont d'un bateau passant près de la nouvelle tour de la Liberté, construite à l'emplacement du World Trade Center à New York, devant la Maison-Blanche, devant la tour Eiffel à Paris ou le Colisée à Rome.


« L'EI a compris qu'il ne convaincra pas la vieille garde d'el-Qaëda », ajoute Thomas Hegghammer. « Mais il a compris qu'il pouvait intéresser les jeunes recrues (...) C'est de loin le plus actif sur l'Internet jihadiste au cours de l'année écoulée. Et avec ses succès sur le champ de bataille, il a montré qu'il avait un impact sur le monde réel dont les autres groupes jihadistes ne peuvent que rêver. Les nouvelles recrues, qui sont jeunes, masculines et impatientes, sont attirées par le groupe qui obtient des résultats. »

 

 

Repère

Cinq clés pour expliquer les avancées des jihadistes en Irak


Portrait

Abou Bakr al-Baghdadi, entre la barbarie de ses actions et l'ubiquité de ses silences


Eclairage

Le califat, un rêve pour les islamistes

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre Hariri et Bassil, l’entente vacille, mais ne tombe pas

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué