X

Moyen Orient et Monde

Le califat, un rêve pour les islamistes

Irak - Syrie
OLJ/AFP
01/07/2014

Des jihadistes ayant conquis de larges pans des territoires irakien et syrien ont proclamé dimanche le rétablissement du califat islamique, un régime hérité du temps du prophète Mohammed et abandonné depuis près d'un siècle.

Qu'est-ce qu'un califat islamique ?

Après la mort du prophète Mohammed en l'an 632, ses disciples conviennent du système du califat, ou succession en arabe, comme nouveau mode de pouvoir. Le calife est, littéralement, le successeur du Prophète pour diriger la nation et faire appliquer la loi en terre d'islam.
Le premier calife a été choisi lors d'une élection en deux étapes : des représentants des communautés musulmanes l'ont tout d'abord désigné, puis son nom a été proposé au peuple pour qu'il lui fasse allégeance. L'une des divisions entre sunnites et chiites provient de ce mode de désignation, les chiites estimant que la succession du Prophète revient aux membres de sa famille, notamment son cousin Ali ibn Abi Taleb et ses descendants. Au fur et à mesure des conquêtes musulmanes, la structure du pouvoir s'est étendue : le calife a nommé des ministres pour gérer les affaires de l'empire et désigné les walis, ou gouverneurs, à la tête de chacun des émirats de l'empire.

 

Combien de temps a duré le califat ?

Le système du califat tel que défini à l'origine – la désignation par la communauté du plus apte à diriger – n'aurait duré en fait que trois décennies, sous le règne des quatre premiers dirigeants qui se sont succédé après la mort du Prophète. Au cours des siècles suivants, avec l'extension de la présence musulmane dans la région, et notamment les dynasties omeyyade à Damas (661-750), abbasside à Bagdad (750-1258), ou encore les Ottomans en Turquie (1453-1924), la succession est devenue essentiellement héréditaire. Cela n'a cependant pas empêché les dirigeants de ces dynasties d'adopter le titre de calife. En mars 1924, le président de la Turquie, Mustafa Kemal Ataturk, a constitutionnellement aboli l'institution du califat.

 

Quelles sont les frontières du califat islamique ?

Il n'existe pas à proprement parler de frontières, le califat ayant notamment pour mission de répandre la religion. L'Empire ottoman a, à son apogée, régné sur le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, le Caucase et des régions d'Europe orientale.

 

Y a-t-il des mouvements ayant appelé à relancer le califat ?

Hassan al-Banna, fondateur en 1928 de la confrérie des Frères musulmans, considérait le califat comme un symbole de l'unité islamique et cherchait à le réinstaller. Il souhaitait cependant que le califat soit précédé par des accords de coopération entre les États musulmans. Plus tard, le Hizb ut-Tahrir (Parti de libération), un groupe panislamique fondé en 1953, fut un fervent défenseur d'une unification des pays musulmans dans un califat.

 

Est-ce qu'el-Qaëda veut établir un califat ?

En 1996, les talibans ont installé en Afghanistan un émirat islamique, tombé lors de l'intervention américaine en 2001. Ensuite, « l'État islamique était le grand rêve d'el-Qaëda depuis les attentats du 11 septembre 2001 », note Mustafa al-Ani du Gulf Research Centre. Pour les jihadistes, « l'État islamique (EI) proclamé dimanche n'est qu'un noyau pour le califat, qui s'élargirait avec l'effondrement d'autres États », ajoute-t-il.

 

Quel avenir pour le califat islamique ?

« L'EI pourrait subsister dans la conjoncture actuelle, marquée par la faiblesse du pouvoir à Bagdad et à Damas et l'absence d'une intervention étrangère », selon M. al-Ani. Pour se maintenir, prédit-il, le calife pourrait « liquider les autres groupes islamistes ne lui faisant pas allégeance, sévir contre toute velléité d'insurrection populaire, renforcer ses capacités défensives et généraliser les tribunaux islamiques ».

Lire aussi

Ménage à trois, le point de Christian Merville

Washington balaie d'un revers de main l'annonce d'un califat par Daech

Les jours de Maliki à la tête du gouvernement pourraient être comptés

Pour combattre Daech, il faut lutter contre les régimes autoritaires qui alimentent la rhétorique de ce groupe

Vers la fin des frontières de Sykes-Picot ?

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué