Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

La réponse de cheikh Nokkari* aux agissements insoutenables contre les chrétiens d’Irak

S'est installée dans l'avion, à mes côtés, une religieuse âgée, qui tenait dans ses mains un chapelet et qui lisait l'Évangile. Elle souriait, de ce sourire rayonnant qui propageait par lui-même le calme et la sérénité, et qui effaçait la nervosité et la fatigue du voyage. Elle m'a transporté alors, de par son sourire et la sérénité de sa foi, vers ces exemples illustrés dans les écrits sur la vie du prophète Mohammad et sur l'histoire de l'islam, exemples qui montraient des chrétiens et des musulmans comme la plus belle incarnation de l'union et de l'amour. J'ai aimé alors me référer à quelques-uns de ces exemples par le biais de ces mots qui, j'espère, sauront être la flamme jaillissante de lumière dans ces temps d'obscurité, de vols, de tueries et de haine, et spécifiquement dans nos pays arabes et africains.


Combien attentifs sur la vie du prophète Mohammad aviez-vous été, vous, moine al-Bouhaïra, et vous, évêque Waraqa ibn Nawfal ; et combien grandioses vos actions, vous qui lui avez annoncé qu'il allait être prophète et envoyé de Dieu, que les juifs allaient le poursuivre à mort et tenter de le tuer, et que le peuple arabe païen allait l'expulser de La Mecque pour avoir appelé à vénérer un seul et unique Dieu.
Combien bonnes tes actions, roi abyssin, toi à qui se sont adressés les compagnons du Prophète. Tu leur as procuré alors paix, sécurité et tranquillité sur toutes les terres de ton royaume. Et, après qu'ils t'eurent récité un texte sacré du Coran tiré de la sourate de « Mariam », tu leur as dit que les paroles de l'Évangile et celles du Coran ne sortent que d'une même et unique bouche, qu'elles avaient la même source.


Combien bon est ton cœur, toi jeune chrétien Addas de Ninive, toi qui as offert au prophète Mohammad à Taëf de l'eau fraîche et du raisin lorsque les habitants et leurs jeunes serviteurs lui ont lancé des pierres et ont ensanglanté son honorable corps parce qu'il les avait appelés à abandonner les rites idolâtres pour ne prier que le seul Dieu miséricordieux.
Combien magnanime êtes-vous, Prophète de l'islam, vous qui avez accueilli la délégation des patriarches de Najran, dans votre propre mosquée à Médine. Ils étaient alors entrés avec leurs croix et leurs ornements religieux. Et, lorsqu'ils voulurent sortir pour prier, vous leur avez permis de réciter la messe à l'intérieur même de la mosquée. Ainsi, prièrent d'un côté les musulmans, et de l'autre pria la délégation des patriarches.
Combien sage es-tu, calife Omar ibn al-Khattab, toi qui as refusé de prier à l'intérieur de l'église de la Résurrection à Jérusalem par crainte que les musulmans ne la considèrent par la suite comme une mosquée et ne disent : ici pria Omar.
Combien sage es-tu, imam libanais al-Ouzaï, toi qui as défendu avec beaucoup de courage les chrétiens de la localité d'al-Mounaytara, dans le Mont-Liban, contre le wali abbasside en des temps où la décapitation faisait rage parmi les savants, et les révolutionnaires et opposants musulmans et chrétiens.
Et combien grande votre tolérance, musulmans et chrétiens illustres, vous qui avez collaboré à Damas pour entrer dans la mosquée et dans l'église par la même porte, et ce 70 ans durant. Et, lorsque les musulmans sont devenus plus nombreux, les chrétiens ont admis que leur église, l'église Saint-Jean, soit échangée contre des terres musulmanes. Les musulmans ont pu agrandir leur mosquée, et ainsi naquit la mosquée omeyyade. Les chrétiens ont édifié leur église, et ainsi fut l'église de Thomas et Marie.


Merci à vous, chrétiens, qui continuent à ouvrir les portes de vos églises aux minorités musulmanes en Europe et en Amérique. Ainsi, elles trouvent un lieu pour prier à chaque fois qu'on leur interdit de construire des mosquées et des instituts d'études islamiques.
Enfin, combien pur et combien serein est votre cœur, vous, croyants du Liban, car vous vous réunissez ensemble chaque année le jour de la fête nationale de Notre-Dame, la Vierge Marie, dans le but de vous 'inspirer de l'histoire de cette sainte pure et maternelle. Car c'est bien sous son aile à elle que se sont ralliés tous les fils d'une même patrie, et c'est bien sa fête à elle que célébreront bientôt d'autres pays, marchant ainsi sur les traces du Liban. Et alors se concrétisera le sens de la seconde annonciation de la venue du Christ (paix et salut soient sur Lui et sur notre Prophète) car le Christ comblera le monde de justice et enlèvera toute trace d'injustice répandue par les mauvais et les haineux.

 

*Juge et enseignant à l'USJ Secrétaire général de la Rencontre islamo-chrétienne

 

Lire aussi

Les chrétiens de Mossoul leurrés par l'indulgence feinte des jihadistes

Gaza et Mossoul, les deux faces d'une même monnaie, pense-t-on au Liban

Hani Fahs : L'expulsion des chrétiens de Mossoul est une tragédie humaine

S'est installée dans l'avion, à mes côtés, une religieuse âgée, qui tenait dans ses mains un chapelet et qui lisait l'Évangile. Elle souriait, de ce sourire rayonnant qui propageait par lui-même le calme et la sérénité, et qui effaçait la nervosité et la fatigue du voyage. Elle m'a transporté alors, de par son sourire et la sérénité de sa foi, vers ces exemples illustrés dans...
commentaires (1)

En fait, tous les sectaires ne cessent de baratiner ! Ceci est pertinent de leur point de vue mais évidement non-absolutoire. Aussi, il se fait qu’ils risquent d’y passer à cause d'1 fatale crise.. de "foi(e). Mais tout un chacun risque de passer suite à un "bon cœur", un jour ou l'autre, pourrait-t-on dire ! Un "bon cœur" qui flanche, c'est la bonne sortie : Décidément, cet organe est vraiment bonasse. Tous les imbus de sectarisme de toutes "tendances" ou poil, on le sait, sont de grands amis. Ils se réunissent même tous ensemble chaque année les jours de fêtes, pour le droit de l'insoumission à la laïque autorité et, si leur "genre" le leur avait autorisé, ils auraient conjointement lutté contre les femmes émancipées ; surtout si Pucelles d'Orient et/ou voilées ! Car ils forment, qu'on s'en souvienne, un des plus jolis sectarismes rétrogrades et archaïques dont ils vont assurément continuer à vanter les "purs" mérites en psalmodiant les dires de "vieilleries". Assurément désabusés déjà, comme il est fréquent de l'être suite au débordement de toutes espèces de sectaires, les Sains décrivent sèchement la mélancolie du Sain(t) Laïc qui ne le cède en rien à celle du joueur de Trictrac ou de Tâwléééh ! Ceci, pour ne pas avoir à supporter l'existence renouvelée de tout le sectarisme environnant. Ces descriptions Saines assurées ne sont malheureusement, que les cailloux blancs d’un Arabe Petit Poucet dans un croissant? fertilisé! où il n'y a plus Rien à espérer ou à retrouver.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

16 h 17, le 23 juillet 2014

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • En fait, tous les sectaires ne cessent de baratiner ! Ceci est pertinent de leur point de vue mais évidement non-absolutoire. Aussi, il se fait qu’ils risquent d’y passer à cause d'1 fatale crise.. de "foi(e). Mais tout un chacun risque de passer suite à un "bon cœur", un jour ou l'autre, pourrait-t-on dire ! Un "bon cœur" qui flanche, c'est la bonne sortie : Décidément, cet organe est vraiment bonasse. Tous les imbus de sectarisme de toutes "tendances" ou poil, on le sait, sont de grands amis. Ils se réunissent même tous ensemble chaque année les jours de fêtes, pour le droit de l'insoumission à la laïque autorité et, si leur "genre" le leur avait autorisé, ils auraient conjointement lutté contre les femmes émancipées ; surtout si Pucelles d'Orient et/ou voilées ! Car ils forment, qu'on s'en souvienne, un des plus jolis sectarismes rétrogrades et archaïques dont ils vont assurément continuer à vanter les "purs" mérites en psalmodiant les dires de "vieilleries". Assurément désabusés déjà, comme il est fréquent de l'être suite au débordement de toutes espèces de sectaires, les Sains décrivent sèchement la mélancolie du Sain(t) Laïc qui ne le cède en rien à celle du joueur de Trictrac ou de Tâwléééh ! Ceci, pour ne pas avoir à supporter l'existence renouvelée de tout le sectarisme environnant. Ces descriptions Saines assurées ne sont malheureusement, que les cailloux blancs d’un Arabe Petit Poucet dans un croissant? fertilisé! où il n'y a plus Rien à espérer ou à retrouver.

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    16 h 17, le 23 juillet 2014

Retour en haut