Analyse

Syrie: régime et jihadistes devraient bénéficier des succès de Daech en Irak

"La prise de Mossoul va accroître le prestige des jihadistes dans le monde mais aussi en Syrie".

Des citoyens irakiens se sont portés volontaires pour aider l'armée à combattre les jihadistes de Daech. Wissm al-Okili/Reuters

Le régime syrien sur le plan politique et les jihadistes ultra-radicaux sur le plan militaire devraient tirer bénéfice des succès foudroyants en Irak de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL, appelé Daech en arabe), estiment les experts.

"Pour Bachar el-Assad, c'est une situation excellente du point de vue politique et géopolitique, car Washington et Londres vont devoir se retrouver du même côté que Damas face à ce qui apparaît comme une menace à la fois pour la région, l'Occident et l'Europe", affirme Frédéric Pichon, un universitaire français auteur d'un livre intitulé "Syrie: Pourquoi l'Occident s'est trompé".

(Lire aussi : "Voilà le véritable héritage de la guerre des Etats-Unis en Irak")

Le chef de l'Etat syrien, qui vient d'être reconduit pour un mandat de sept ans à la tête du pays à l'issue d'un scrutin controversé, est devenu la "bête noire" des Occidentaux depuis qu'il a lancé en 2011 une répression sans merci pour écraser une révolte contre son régime. La guerre a déjà fait 162.000 morts.

Pour Bassam Abou Abdallah, directeur du Centre d'études stratégiques à Damas (proche du pouvoir), "les Occidentaux et les Américains vont changer d'avis prochainement à propos d'Assad, car il y a un danger imminent sur la sécurité et la stabilité de toute la région".

La position du régime renforcée

"Ce qui se passe en Irak renforce la position de l'Etat syrien qui a répété que, pour faire face au danger du terrorisme dans la région, il fallait une coopération régionale et internationale, surtout que parmi les jihadistes figurent des Européens et des Américains", a-t-il ajouté.

Le régime de Damas met rebelles et jihadistes dans le même sac, les qualifiant de "terroristes", et accuse les Occidentaux, la Turquie et les pays du Golfe de les aider financièrement et militairement.

Firas Abi Ali, principal expert pour le Moyen Orient et l'Afrique du nord de IHS, une compagnie basée à Londres et spécialisée dans l'analyse des risques est plus nuancé. Selon lui, ce qui se passe dans l'Irak voisin risque aussi d'avoir deux désavantages pour le régime, relevant "d'abord que le retrait de l'armée irakienne de la frontière empêchera (le régime) de recevoir du matériel d'Irak".
Et, ajoute-t-il, "si l'important contingent de volontaires chiites irakiens se retire pour aller défendre Bagdad cela aura un impact" sur le rapport de force.

Plusieurs milliers de chiites irakiens sont engagés aux côtés de l'armée syrienne dans des secteurs clé autour de Damas face aux rebelles. Mais pour l'EIIL, qui combat surtout actuellement les autres forces rebelles, modérées, islamistes et même les jihadistes du Front Al-Nosra, branche officielle d'el-Qaëda en Syrie, ces victoires le renforcent considérablement du point de vue militaire et financier.

"La prise de Mossoul va accroître le prestige de l'EIIL dans le monde mais aussi en Syrie", note Romain Caillet, un expert de l'islamisme radical dans la région. "Certains vont sans doute penser que s'il a réussi à prendre Fallouja, Ramadi (qu'il contrôle partiellement) et Mossoul sans soutien étranger, il pourrait également prendre de grandes villes syriennes, ce que la rébellion, malgré tous ses soutiens étrangers, est incapable de faire", dit-il.
L'EIIL, avec l'appui des chef tribaux, s'est emparé d'une grande partie du "pays sunnite" d'Irak à l'ouest et au nord de Bagdad, à l'issue d'offensives qui ont bouté l'armée de ces régions.

"Force considérable"

Cela ne va pas peut-être changer le jeu en Syrie, mais l'EIIL va sortir renforcé et sûr de lui", renchérit Charles Lister, chercheur associé à Brookings Doha. "Il est devenu en Syrie une force considérable et ce qu'il a fait en Irak va certainement renforcer ses capacités à combattre les autres forces rebelles" en Syrie, observe-t-il. "Il a déjà transféré beaucoup d'armes récupérées en Irak et de nouvelles recrues dans le nord et l'est syriens. Cela va lui servir pour mener des contre-offensives à Deir Ezzor et plus à l'ouest vers Alep", ajoute M. Lister.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, d'importantes quantités d'armes, prises en Irak, sont en train de passer vers la Syrie dans la région d'El Hawl, dans la province de Deir Ezzor.

Les combats entre l'EIIL et les autres forces insurgées ont débuté en janvier et ont fait plus de 6.000 morts. L'EIIL qui est fort dans le nord et l'est du pays entend constituer un émirat islamique à cheval sur les deux pays.


Lire aussi

A Deir Ezzor, les rebelles coincés entre l'armée et Daech

« Les sunnites d'Irak espèrent revenir au pouvoir et assister à la chute d'Assad »

Pour Assad, l'Occident commence à changer de position dans le conflit syrien


Le régime syrien sur le plan politique et les jihadistes ultra-radicaux sur le plan militaire devraient tirer bénéfice des succès foudroyants en Irak de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL, appelé Daech en arabe), estiment les experts.

"Pour Bachar el-Assad, c'est une situation excellente du point de vue politique et géopolitique, car Washington et Londres vont...

commentaires (1)

Frédéric Pichon, un universitaire français auteur d'un livre intitulé "Syrie: Pourquoi l'Occident s'est trompé".... Alors là , avait on besoin d'être un universitaire français pour nous dire pourquoi l'occicon s'est trompé ????? de simples citoyens comme nous dans ce forum on le savait que l'occicon se trompait depuis le 1er jour du déclenchement du complot initié par l'occicon justement ! et l'occicon fait comme si de rien n'était !! voilà comment on réfléchit en occicon , ils se trompent , ça fait des milliers de morts de destructions et hop , pas grave on s'est trompé , désolé les copains ! Kiss me good night ! Et puis vous savez pourquoi l'occicon se trompe encore , parce que l'occicon croit que les terroristes salafowahabites binsaouds vont gagner quelque chose chez nous au Moyen Orient ! Ils seront boutés hors de chez nous et s'en retourneront en binsaoudie en déclin total . VOUS VERREZ , les occicons .

FRIK-A-FRAK

11 h 44, le 15 juin 2014

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Frédéric Pichon, un universitaire français auteur d'un livre intitulé "Syrie: Pourquoi l'Occident s'est trompé".... Alors là , avait on besoin d'être un universitaire français pour nous dire pourquoi l'occicon s'est trompé ????? de simples citoyens comme nous dans ce forum on le savait que l'occicon se trompait depuis le 1er jour du déclenchement du complot initié par l'occicon justement ! et l'occicon fait comme si de rien n'était !! voilà comment on réfléchit en occicon , ils se trompent , ça fait des milliers de morts de destructions et hop , pas grave on s'est trompé , désolé les copains ! Kiss me good night ! Et puis vous savez pourquoi l'occicon se trompe encore , parce que l'occicon croit que les terroristes salafowahabites binsaouds vont gagner quelque chose chez nous au Moyen Orient ! Ils seront boutés hors de chez nous et s'en retourneront en binsaoudie en déclin total . VOUS VERREZ , les occicons .

    FRIK-A-FRAK

    11 h 44, le 15 juin 2014