X

Liban

L’opposition contre la privatisation de Dalyeh prend de l’ampleur

Beyrouth

Coup de colère du ministre de l'Environnement sur Facebook.

OLJ
10/06/2014

« Scandaleux ! Ces grillages ne devraient pas bloquer notre Raouché naturelle nationale. » Ce « statut » du ministre de l'Environnement Mohammad Machnouk dimanche sur son compte Facebook était éloquent, d'autant qu'il était accompagné de quatre photos de promeneurs regardant la plage de Dalyeh, l'une des dernières encore intactes à Beyrouth, à travers le grillage posé là par les entreprises qui comptent privatiser cette plage et y édifier, selon les rumeurs, un grand projet balnéaire. Le ministre était injoignable hier pour plus de commentaires sur la question, mais sa réaction a fait le tour des réseaux sociaux et a été considérée comme un appui significatif des militants qui se battent depuis des mois pour sauver cette plage, jusque-là ouverte au public.

 


Rappelons que le problème avait commencé à attirer l'attention du public quand les pêcheurs qui habitent près du petit port de Dalyeh ont effectué des sit-in pour protester contre les tentatives de grandes sociétés, qu'ils disent appartenir aux héritiers de l'ancien Premier ministre assassiné Rafic Hariri, de les déloger. Un procès est toujours en cours entre les deux parties. Entre-temps, une mobilisation civile a pris forme contre un autre aspect du problème : la privatisation d'une nouvelle parcelle du littoral beyrouthin, qui appartient qui plus est au voisinage de la célèbre Grotte aux Pigeons. Comme pour confirmer les craintes de la société civile, les sociétés privées ont fermé l'accès à la plage et au port par des grillages depuis quelques semaines. Les sit-in des militants se succèdent depuis, dont le dernier a eu lieu dimanche dernier.


Ce sit-in était organisé en marge de l'exploit de Michel Haddad, qui a défié son handicap pour escalader le rocher de Raouché, dimanche. Et du haut du rocher, il a appelé les Libanais à préserver leur littoral. Quant aux militants de la Campagne civile pour la préservation de Dalyeh, ils ont déployé, juste en face de la Grotte aux Pigeons, une énorme banderole sur laquelle on pouvait lire cette inscription : « Raouché est notre vitrine et Dalyeh notre espace, éloignez votre chantier de notre rocher ».
Cette banderole était bien en vue des caméras, mais aussi du président du conseil municipal de Beyrouth, Bilal Hamad, que les militants accusent de ne pas intervenir en faveur de la préservation de la côte de Dalyeh. Dans leur communiqué, les militants dénoncent le fait qu'une fois de plus, M. Hamad a déclaré que « la municipalité n'a pas la prérogative d'intervenir quand les terrains sont privés ».

 

 

 


À cela, les militants répondent par plusieurs arguments : d'une part, selon eux, la propriété des terrains de Dalyeh revenait traditionnellement aux familles beyrouthines, avant que des sociétés ne les achètent en masse dès 1995. Or, rappellent-ils, le zonage de ce qu'on appelle le secteur 10 de Beyrouth – qui comprend Raouché et Ramlet el-Baïda – protégeait jusque-là ces terrains des investissements privés. D'autre part, disent-ils, la propriété privée ne signifie pas que tous les types de développement sont autorisés, même ceux qui n'assurent pas l'environnement propice pour la population. Enfin, les militants estiment que la municipalité a les prérogatives nécessaires pour s'opposer à un projet du fait que c'est à elle d'approuver les permis de construire.

 

Pour mémoire
Le « non » citoyen à la privatisation de la côte de Raouché

« Ils nous ont dispersés de force », accusent les manifestants de Dalyeh

Le procès autour des cabanes de Dalyeh reporté d'un mois

Pourquoi des travaux publics sur un site contesté ?

Pêcheurs vs compagnies privées dans le petit port de Dalyeh

Autorisations spéciales ou détournement de la loi ?

 

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

M.V.

La guerre est déclarée entre le prédateur béton sur mer et le peuple défenseur de sa dernière plage naturelle de Beyrouth ...

Halim Abou Chacra

Dans un pays sérieux et digne, de tels terrains d'accès à la plage seraient propriété de l'Etat, par décret d'expropriation s'il le faut, donc faisant partie du domaine public, à travers la municipalité de Beyrouth et sous la gestion, l'urbanisation et la surveillance bien organisées de celle-ci.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

À Baabda, un Conseil des ministres sous pressions internes et externes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants