X

À La Une

Le secteur industriel public syrien subit une perte de 1,2 milliard de dollars

Economie

Les destructions dues à la guerre évalués à quelque 31 milliards de dollars.

OLJ/AFP
31/05/2014

Le secteur industriel public en Syrie a perdu plus d'un milliard de dollars en trois ans de conflit sanglant, a indiqué le ministère syrien de l'Industrie dans un communiqué.

"Les pertes dans le secteur public industriel depuis le début de la crise et jusqu'au 30 avril 2014, s'élèvent à plus de 200 milliards de livres syriennes", soit 1,2 milliard de dollars, précise le communiqué.
Selon la même source, 199 travailleurs ont été tués, 274 blessés et 68 ont été kidnappés durant cette même période.

Les pertes dans le secteur industriel public ont quasiment doublé, depuis l'annonce en novembre 2013 par le ministère de 700 millions de dollars de pertes.

En mars, le Premier ministre Waël al-Halaqi avait évalué à quelque 31 milliards de dollars le montant des destructions dues à la guerre qui ravage la Syrie depuis trois ans, et qui a fait plus de 162.000 morts.
Selon un nouveau rapport de l'ONU, la guerre a plongé la Syrie dans une situation économique épouvantable, jeté dans la pauvreté la moitié de la population et ruiné les secteurs de l'éducation et de la santé.

"L'économie syrienne s'est radicalement transformée (...). L'économie que nous connaissions a été en grande partie détruite", expliquait en mars l'économiste Jihad Yazigi, auteur du site d'information économique The Syria Report. "De vastes segments de l'économie syrienne ont cessé de produire et de nombreux acteurs économiques ont quitté le pays", a-t-il ajouté. Parallèlement, "les vols, les enlèvements, les barrages sur les routes et contrôle des champs pétrolifères (...) sont devenus sources de revenus", indique-t-il.
"L'économie informelle comme l'économie de guerre se développent. Certains hommes d'affaires ont bénéficié de la guerre, de nouvelles institutions et de nouveaux réseaux se sont développés avec elle", insiste-t-il.

Selon l'Economist Intelligence Unit, le PIB syrien atteindra 34 milliards de dollars en 2014, bien loin des 60 milliards enregistrés en 2010. Le taux de chômage approche les 50 % et la moitié des 23 millions de syriens vivent à présent sous le seuil de pauvreté, dont 4,4 millions survivent dans une "pauvreté extrême", selon l'ONU.


Lire aussi

En Syrie, pénuries et déchéance

À qui profite économiquement le conflit syrien ?

Pour mémoire

À l'Escwa, on planifie déjà la reconstruction de la Syrie d'après-guerre

La production pétrolière en Syrie a chuté de 96 %

« Du réfugié de guerre vers l'immigrant économique »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Larijani dans une discussion informelle : Les Américains ont commis une erreur stratégique en tuant Soleimani

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants