Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole - Joe ACOURY

Le mirage des promesses

Tout le gratin du monde politique promet inlassablement au tiers bouillonnant, aux familles, aux communautés, à la population de nombre de pays et à la civilisation en déclin du globe, des architectures de paix et de prospérité. Beaucoup de projections rêvées dans notre « ordre » mondial reflètent les aspirations des peuples. La décomposition dramatique de la perception humaine des individus et de leurs identités a transformé les injustices flagrantes émanant des conflits en des incohérences « acceptables ». Ainsi, on arrive difficilement, au sein de la communauté internationale, à faire mieux qu'adopter des statures de puissants chefs d'État, confirmer l'existence des conflits armés, compter les morts, secourir bien tard les plus démunis, les blessés, les handicapés et conditionner tout soutien vital aux intérêts stratégiques de pays de la région aux visées hégémoniques. On parlera auparavant, et jusqu'à l'avènement de Genève 2, de « contextes », de « souffrances d'un peuple », d'une problématique de la représentation et d'une nouvelle dynamique de démocratisation. On ne négligera pas néanmoins le contenu essentiel qui entraîne des intentions, des conditions proposées et des accords envisagés : celui des dramatiques réalités inhumaines sur le terrain. Elles sont la raison de ces rencontres au plus haut niveau. Les combats acharnés, les tueries et les drames traduisent des oppositions. Va-t-on dès lors mobiliser une volonté commune sur la table de négociations pour un cessez-le-feu ? Va-t-on donner la priorité à l'arrêt des souffrances ? Cela ne demande qu'un langage de bon sens et un comportement qui réponde aux besoins immédiats.
Il est inexplicable et aucunement justifiable qu'un conflit d'une telle ampleur en Syrie ait été politisé au point d'ignorer l'attente de tout un peuple déchiré par le désespoir le plus amer. Il est tout autant inacceptable de céder devant l'acharnement de certains à faire perdurer les guerres provoquant encore plus de victimes innocentes. De quelles négociations s'agit-il quand agir n'est le synonyme que de discuter ? Qui
pourrait-t-on encore convaincre que, face aux massacres en Syrie, aux graves débordements au Liban et à la lutte contre le fanatisme extrémiste, il y a une communauté internationale qui se respecte, engagée comme un seul homme dans la défense des valeurs humaines ?
Aux patrons du monde libre, prière de ne plus prendre les peuples de la région pour des pions de vos échiquiers. En perdant votre crédibilité de décideurs justes, vous pourriez également dilapider ce qui reste de vos moyens pour la préservation sincère de la paix dans le monde. Quand, au XXIe siècle, des squelettes à peine survivants ne parviennent plus à toucher vos cœurs, comprenez alors que toute parole qui n'est pas suivie d'acte demeure un mensonge de plus sur la longue liste des promesses non tenues.

 


Tout le gratin du monde politique promet inlassablement au tiers bouillonnant, aux familles, aux communautés, à la population de nombre de pays et à la civilisation en déclin du globe, des architectures de paix et de prospérité. Beaucoup de projections rêvées dans notre « ordre » mondial reflètent les aspirations des peuples. La décomposition dramatique de la perception humaine des...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut