X

À La Une

Sabah n'est plus, la diva libanaise a rejoint les étoiles

Liban
OLJ
26/11/2014

Les Libanais ont perdu leur Chahroura Sabah. La grande diva de la chanson libanaise s'est éteinte dans la nuit chez elle. Elle avait 87 ans.

Sabah Chahroura, comme on aimait à l'appeler, était pour la plupart des Libanais "leur" star, celle dont ils pouvaient s'enorgueillir. Une fierté nationale, Sabah était une grande dame de la chanson libanaise qui lui a donné une base, un folklore, une gaieté, des couleurs.

 

 

 

 

Née Jeannette Féghali, Sabah a dû tracer son chemin dans la jungle du star system, un monde "plein de requins qui guettent jalousement leur proie". "L'artiste qui veut se maintenir au sommet ne se repose jamais", disait-elle en 2001 à L'Orient-Le Jour. (Voir la vie en images de Sabah ici)

Pour faire une telle carrière, pour imposer son style, sa voix, sa présence face à une famille réticente et un public surpris, Sabah a dû se battre, avec le sourire. "J'ai été très courageuse dans ma vie. J'ai tout décidé moi-même et je n'en fait qu'à ma tête. On ne vit qu'une seule fois", disait-elle aussi.

Au cours de sa carrière, Sabah a offert à son public plus de 3.000 chansons et une centaine de films. Elle a aussi foulé les plus grandes scènes du monde, l'Olympia, l'Albert Hall, l'Unesco et bien sûr Baalbeck.

 

 

 

 

En juin 2011, la Sabbouha avait reçu, au Festival international de Beiteddine, les insignes de l'ordre national du Cèdre, grade de commandeur. Souriante et blonde, comme toujours, la grande diva avait été comblée, ce soir-là, des hommages les plus fervents, les plus enthousiastes et les plus sincères, pour une longue carrière aux multiples succès. Sabah avait alors remercié le public et entonné une chanson.

 

 

 

 

Au delà de ses chansons, Sabah est connu aussi pour son amour du Liban, pour sa foi, pour son amour de l'amour. Sabah a eu de nombreux prétendants. "La plupart de mes mariages ont duré 5 ans. Au bout de la cinquième année, je deviens folle ! Ces hommes ont tous voulu gérer ma vie et ma carrière. En contrepartie, ils ne m'offraient rien", disait-elle en 2001 à L'Orient-Le Jour.

"La célébrité ne change pas grand chose, dans le fond, mais elle ouvre des portes, des cœurs, disait encore Sabah. Et l'amour des gens n'a pas de prix".

 

 

Dans nos archives

Un ultime cadeau à Sabah signé Bassem Féghali

La diva Sabah sous les vivats

« Al-Shahroura », une série télévisée sur la vie de Sabah

Sabah Forever !

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

AIGLEPERçANT

Une Femme, artiste jusqu'au bout des ongles qui a vecu comme elle a toujours reve de le faire influencant la societe libanaise fiere de l'avoir comme patrimoine , vient de tirer sa reverence . Le Rideau est tombe et nous en spectateurs eblouis, debout dans les travers du theatre applaudissons des 2 mains . Bon voyage Sabah .

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Fin de notre seule belle époque. Et, yâ harâm yâ Sabâh !

Sabbagha Antoine

Les libanais tous vont pleurer et regretter la Sabbouha. Unique en son genre, personne ne pourra la remplacer . Elle a crée son style de chansons . Paix pour son âme .

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Liban invité à Astana : une reconnaissance de la priorité du dossier des réfugiés syriens

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants