Rechercher
Rechercher

Liban

Sleiman a donné ses instructions pour préparer son discours de départ

Le chef de l’État conférant avec le ministre sortant de l’Environnement, Nazem Khoury. Photo Dalati et Nohra

Le président Michel Sleiman a réaffirmé hier qu'il n'est pas question pour lui d'accepter une prorogation de son mandat, en précisant qu'il a déjà donné ses instructions pour que son discours de départ soit préparé.
« Je souhaite pouvoir donner lecture du discours de départ au palais de Baabda et passer la main normalement à mon successeur », a-t-il dit à la cinquième édition de la revue de la Sûreté générale.


M. Sleiman a en outre mis l'accent sur l'importance de la démocratie, de l'alternance au pouvoir, du débat, du dialogue et du vote, avant de mettre en garde « ceux qui songent à torpiller le quorum de la réunion parlementaire qui sera consacrée à l'élection d'un président, contre ce genre d'erreur ». « En faisant sauter le quorum, on compromet le vote ce qui, en soi, est un acte antidémocratique », a-t-il insisté. « La présidence de la République n'a pas commencé avec moi et ne finira pas à l'expiration de mon mandat constitutionnel », a encore dit le chef de l'État, avant d'appeler à la consolidation de l'union nationale « qui représente ce que nous avons de plus cher ». « Nous devons faire appliquer les lois et la Constitution, plus particulièrement l'accord de Taëf qui a protégé tout le monde », a ajouté M. Sleiman en affirmant s'attendre à « une bonne période au Liban » et à une « fin de la tempête qui souffle sur la Syrie ».


Concernant le dossier gouvernemental, le président a affirmé que les efforts portent sur la mise en place d'un gouvernement consensuel. « Mais si cela n'est pas possible pour une raison ou une autre, il ne sera pas possible de laisser le pays sans gouvernement », a-t-il observé. Et de s'interroger : « Est-ce que le président qui réclame un amendement de ses prérogatives peut renoncer à une prérogative prévue par la Constitution et ne pas signer le décret de formation d'un gouvernement ? »
« Nous avons une Constitution démocratique consensuelle. L'important est de bien l'appliquer », a conclu M. Sleiman.


Le président Michel Sleiman a réaffirmé hier qu'il n'est pas question pour lui d'accepter une prorogation de son mandat, en précisant qu'il a déjà donné ses instructions pour que son discours de départ soit préparé.« Je souhaite pouvoir donner lecture du discours de départ au palais de Baabda et passer la main normalement à mon successeur », a-t-il dit à la cinquième édition...

commentaires (3)

Et s'il a besoin d'aide , je me devouerai pleinement et gratuitement . On attendra le phare qui va nous guider dans la nuit sombre ..

FRIK-A-FRAK

15 h 31, le 05 février 2014

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Et s'il a besoin d'aide , je me devouerai pleinement et gratuitement . On attendra le phare qui va nous guider dans la nuit sombre ..

    FRIK-A-FRAK

    15 h 31, le 05 février 2014

  • L'ATOLL LIBANAIS... MÊME PAS BANANIER... MAIS PEUPLÉ DE CRABES... SERA : 3ALLA ALLAH !!!

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 41, le 05 février 2014

  • Bah, nous sommes sans gouvernement depuis plusieurs mois, nous serons également sans président pendant... je ne sais pas moi, ça n'a aucune importance puisque vide ou pas, on ne voit aucune différence, on est toujours dans la merde.

    Robert Malek

    11 h 43, le 05 février 2014

Retour en haut