X

À La Une

Le Festival du film libanais reporté pour des raisons sécuritaires

Liban

Treize professionnels étrangers étaient invités au Liban.

09/01/2014

Les organisateurs du Festival du film libanais ont annoncé jeudi l'annulation du festival et de l'évènement Beirut Cinema Project, initialement prévus du 18 au 22 janvier. Cette décision a été prise en raison de la "situation sécuritaire instable" au Liban, notent les organisateurs dans un communiqué publié sur la page Facebook du festival. "Dans un tel contexte, nous ne pouvons assurer le bon déroulement du programme initialement prévu et garantir notre responsabilité vis à vis de nos invités étrangers", indique le texte.

Interrogé par Lorientlejour.com, le directeur artistique du festival, Sabyl Ghoussoub, précise que 13 professionnels du cinéma étrangers, dont des producteurs, des distributeurs et des réalisateurs, étaient invités au Liban dans le cadre de Beirut Cinema Project, un événement créé en partenariat avec la Fondation Liban Cinéma. "On voyait difficilement comment les faire venir à Beyrouth dans le contexte sécuritaire actuel, explique M. Ghoussoub. D'autant que tous nos partenaires, dont des instituts culturels et des ambassades, nous ont déconseillé de tenir le festival aux dates prévues". Les deux événements sont reportés à juin, "après l'élection présidentielle prévue en mai et  la succession des festivals européens qui se finissent par Cannes", selon M. Ghoussoub.

"Tous nos invités étrangers se sont dit très déçus par cette décision, ajoute le directeur artistique du Festival du film libanais. Mais ils comprennent parfaitement la situation". Selon lui, ils se sont tous dits prêts à venir en été.

Dans leur communiqué, le Festival du film libanais et la Fondation Liban Cinéma soulignent leur "engagement" vis-à-vis du cinéma libanais "pour l'accompagner et le porter sur la scène nationale comme internationale".

"Le cinéma est une puissante force économique génératrice d'emplois et de revenus, souligne enfin le texte. Il est aussi un media culturel qui, comme toute création artistique, nous aide dans les périodes tourmentées, et particulièrement dans celle que nous vivons, à ne pas sombrer dans la violence, l'intolérance ou le désespoir."


Un vidéo clip du Festival

 

Lire aussi

Liban : Entre psychose sécuritaire et guerre psychologique...

Festivals : les organisateurs stoïques face à la crise

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.