X

Pékin pour une coopération plus poussée avec le monde arabe

Les villes nouvelles, un moyen de lutter contre la pauvreté

OLJ
16/12/2013

Lutter contre la pauvreté et la faim en Chine est la priorité du gouvernement de Pékin. Cette lutte a porté ses fruits, avec des résultats pour le moins remarquables. Le taux d'extrême pauvreté en Chine (moins de 1,25 dollars par jour) a nettement «baissé de 43% de la population en 1981, à 13% de la population en 2013», comme le rapporte un communiqué de la Banque mondiale, en avril 2013. L'empire du Milieu n'en reste pas moins la troisième région du monde en taux de pauvreté, après l'Afrique subsaharienne et l'Inde. Selon l'Unicef, si la Chine est en bonne voie d'atteindre l'objectif fixé en matière de revenus, elle présente «une importante disparité nationale en matière de pauvreté: quelque 142 millions de Chinois souffrent encore de malnutrition chronique ou grave».
C'est par la création de villes nouvelles et la construction de logements sociaux que Pékin se mobilise. Ces villes, il les peuple en encourageant les habitants des campagnes à s'y installer, moyennant indemnisations et promesses d'emplois. Notamment les laissés-pour-compte de la mécanisation de l'agriculture, qui souffrent de la pauvreté et du chômage. Mal logés, manquant de commodités, d'hygiène et de moyens efficaces et sûrs pour se protéger du froid, ils quittent en masse les campagnes, dans l'espoir de trouver des emplois qui leur permettraient d'améliorer leur quotidien. Bien qu'efficace, ce procédé est décrié par une partie de la population, car il déracine les habitants et sépare les familles et les voisins de longue date. Sans compter que cette nouvelle main-d'œuvre est souvent peu qualifiée et peu éduquée.
La province d'Anhui, à l'est de la Chine, à quelques heures de route de Shanghai, a fait le pari de développer sa capitale Hefei, et d'en faire une ville nouvelle, dotée d'une infrastructure complète, avec ses immeubles, ses écoles et universités, ses hôpitaux, son réseau routier, ses transports en commun, ses entreprises, ses musées... Une ville dont le nombre d'habitants atteint aujourd'hui 7750000 âmes. Chaque année, le nouveau quartier de Binhu reçoit 200000 habitants de plus. Parallèlement, les autorités de la province invitent les investisseurs du monde entier, notamment les pays arabes, à injecter des capitaux, créer des entreprises et des emplois dans cette ville en développement rapide, située au bord d'un des plus grands lacs de Chine.
Cette réussite ne peut que se répercuter positivement sur la deuxième ville de la province d'Anhui, Wuhu, qui tire fierté de son usine automobile Chery et de son artisanat de gravures. Avec une production de 900000 véhicules par an, Chery s'invite dans la cour des grands constructeurs chinois et se taille une place non négligeable au sein du premier marché mondial, grâce à la Chery QQ, qui a réussi à séduire la jeunesse. Quatorze ans après le démarrage de sa production, la jeune marque qui monte rapidement exporte déjà plus du quart de sa production dans une cinquantaine de pays.

A.-M. H.

À la une

Retour au dossier "Pékin pour une coopération plus poussée avec le monde arabe"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Guerre du Yémen : ce qu’en dit un houthi de passage au Liban...

Un peu plus de Médéa AZOURI

Visconti et les lahem baajine

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué