Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Tension entre étudiants pro-Hezbollah et pro-14 Mars à l'USJ

Samy Gemayel dénonce les "provocations" du parti chiite.

L'USJ - Huvelin a été le théâtre de tensions politiques lundi 25 novembre entre étudiants du 14 mars et étudiants pro-Hezbollah.

Une dispute a éclaté lundi entre des étudiants affiliés à différents partis politiques sur le campus des sciences sociales de l'Université Saint-Joseph (USJ), rue Huvelin, à Beyrouth.

"La tension est forte depuis l'annonce des résultats des élections estudiantines de l'USJ (jeudi dernier, ndlr)", explique Salwa Iskandarani, une étudiante en sciences politiques. Les étudiants pro-14 Mars ont remporté les élections estudiantines dans toutes les facultés du campus des sciences sociales (rue Huvelin), à l'exception de la Faculté de sciences politiques où le scrutin a été remporté par les forces du 8 Mars.

"Aujourd'hui, des étudiants pro-Hezbollah ont provoqué des étudiants pro-Forces libanaises ce qui a engendré une grande dispute", ajoute-t-elle, interrogée par Lorientlejour.com.

Sur les événements du jour et la responsabilité des uns et des autres, les versions, sans surprise, divergent.
Selon Salwa Iskandarani, les étudiants pro-Hezbollah sont sortis du campus de l'université et ont contacté des hommes armés membres du parti chiite. "Plus de 150 partisans du Hezb sont venus", précise-t-elle. 

Sophie Maalouf, présidente des délégués de la faculté de droit, confirme la présence d'"étrangers" devant l'entrée de l'université. "Ils sont venus en moto. Nous avons vu un drapeau du Hezbollah accroché près du campus et une inscription diffamatoire à l'encontre de l'ancien président Bachir Gemayel sur le mur du parking", précise-t-elle. Des informations confirmées par Salwa Iskandarani. Dans ce contexte, des insultes à caractère confessionnel ont été échangées.

Les pro-Hezbollah ont en outre menacé les pro-14 Mars et promis de les empêcher de sortir du campus, selon plusieurs témoins. La chaîne de télévision MTV a précisé que des étudiants partisans du Hezbollah ont bloqué l'entrée de l'université et coincé des étudiants pro-14 Mars à l'intérieur.

Le député Kataëb Samy Gemayel a condamné les "provocations" du Hezbollah. "Les étudiants de l'USJ ont été surpris ce matin par des slogans écrits sur les murs de l'université à la gloire de Habib Chartouni qui a assassiné le président Bachir Gemayel et cela a constitué une grave provocation pour tous les étudiants de tous les partis", a précisé M. Gemayel lors d'une conférence de presse.

"Les provocations se sont poursuivies pour atteindre le stade des insultes confessionnelles et des menaces. Puis des hommes à mobylettes sont arrivés de certaines régions de Beyrouth autour de l'USJ. Cette situation allait dégénérer en clash dans tout Achrafieh", a-t-il ajouté.

S'adressant à la direction du Hezbollah, le député Kataëb lui a demandé pourquoi "elle s'obstine à provoquer les autres et à semer la rancune". "Où voulez-vous en venir ? Que nous voulez-vous ? Est-ce que nous insultons votre résistance et vos martyrs ?", a lancé M. Gemayel.

"Je demande à Hassan Nasrallah, vous qui savez ce que représente un symbole pour une partie de la population, est-ce que vous accepteriez d'être la cible de telles campagnes ? Vous voulez porter atteinte à nos symboles, à nos martyrs. Pourquoi ? Nous avons failli aboutir à un grave problème", a-t-il encore ajouté.

M. Gemayel a par ailleurs appelé l'armée à s'interposer rapidement pour empêcher des heurts pareils.

Le chef de l'Etat Michel Sleiman a appelé pour sa part toutes les parties à accepter les résultats des élections.

Depuis la victoire du 14 Mars aux élections estudiantines, plusieurs étudiants pro-14 Mars ont été menacés  par des étudiants pro-Hezbollah, assure Sophie Maalouf. "Les étudiants pro-Forces libanaises ont envoyé un mail informant l'administration de ces menaces, mais cela n'a rien changé", assure la jeune femme.

Gabriella Jabbour, déléguée des forces du 8 Mars en deuxième année de Sciences politiques, estime, quant  à elle, que les deux parties sont responsables de cette situation. "Les étudiants des deux parties se provoquent mutuellement. C'est vraiment pitoyable, ce n'est pas du tout l'image que nous voulons donner de notre université", déclare la jeune femme à Lorientlejour.com.
Selon elle, les étudiants pro-14 Mars "ne cessent de dire que l'USJ est une université exclusivement chrétienne et qu'elle leur appartient. Ils accusent les étudiants pro-Hezbollah de vouloir convertir les autres étudiants au chiisme", dit-elle encore, avant de conclure : "Tout cela est très triste".


Lire aussi
Soutenu par le PSP, le 8 Mars remporte une victoire à l'AUB pour la deuxième année consécutive

Jamhour Alumni US, dix ans déjà


Et retrouvez chaque semaine notre page Campus

 


Une dispute a éclaté lundi entre des étudiants affiliés à différents partis politiques sur le campus des sciences sociales de l'Université Saint-Joseph (USJ), rue Huvelin, à Beyrouth."La tension est forte depuis l'annonce des résultats des élections estudiantines de l'USJ (jeudi dernier, ndlr)", explique Salwa Iskandarani, une étudiante en sciences politiques. Les étudiants pro-14...

commentaires (3)

ESPÉRONS QUE ÇA SE LIMITE JUSTE A CETTE "TENSION".... !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

17 h 57, le 26 novembre 2013

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • ESPÉRONS QUE ÇA SE LIMITE JUSTE A CETTE "TENSION".... !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    17 h 57, le 26 novembre 2013

  • C'EST TOUT SIMPLEMENT...TRÈS LAMENTABLE ! QUAND LES UNIVERSITÉS COPIENT LES RUES...

    LA LIBRE EXPRESSION.

    17 h 50, le 25 novembre 2013

  • Querelle d'etudiant , on aurait pu avoir autant de temoignages 14 que 8 , mais bon disons que le plat qu'on nous sert est a la sauce du narrateur , Gabriella Jabbour n'est pas du hezb resistant et donne une version plus moderee , je comprends la peur qu'ont les 14 mars de se voir convertit un jour sans le sentir , mais que c'est idiot de le croire , et je dirai aux etudiants du hezb resistant , calmez les choses, Bechir est un resistant libanais autant que tous vos martyrs , le parti a commis des erreurs , il le paye cher aujourd'hui , comme vous pouvez un jour etre redevable de compte a rendre si les choses ne se passent pas comme vous l'avez programme , l'important est le message que vous laisserez , comme Bechir l'a fait avant vous . N'oubliez pas 10452 km2 , c'est pas de vous et pourtant vous le repetez sans cesse .

    FRIK-A-FRAK

    17 h 37, le 25 novembre 2013

Retour en haut