Rechercher
Rechercher

liban

L'"immortel" Amine Maalouf, Grand Cordon de l'ordre du Cèdre

L’académicien franco-libanais honoré par Sleiman au palais de Baabda.

Michel Sleiman remettant à Amine Maalouf les insignes de l’Ordre national du Cèdre, samedi au palais de Baabda.. Photo Dalati et Nohra

Le président de la République Michel Sleiman a élevé Amine Maalouf, membre de l'Académie française, au rang de Grand Cordon de l’ordre national du Cèdre, lors d'une cérémonie organisée en son honneur samedi au palais de Baabda. Des timbres commémoratifs à l'effigie de l’écrivain franco-libanais verront en outre prochainement le jour, a annoncé M. Sleiman.

De passage à Beyrouth à l'occasion du Salon du livre francophone, Amine Maalouf a remercié le Liban et le président pour cette initiative. L'"immortel" a assuré, à cette occasion, qu'il rêve toujours d'un Liban où la coexistence prévaut, "un rêve qui devrait se réaliser", a-t-il dit.

 

Amin Maalouf a été élu en juin 2011 à l'Académie française, succédant à l'anthropologue Claude Lévi-Strauss, décédé en octobre 2009. Prix Goncourt en 1993 pour "Le Rocher de Tanios", il avait déjà été candidat deux fois à l'Académie en 2004 et 2007.

 

Né le 25 février 1949 à Beyrouth, dans une famille chrétienne, Amin Maalouf, qui manie à la perfection également la langue arabe, a consacré son œuvre au rapprochement des civilisations. Journaliste au principal quotidien de Beyrouth An-Nahar, il est contraint à l'exil en France en 1976 alors que le Liban est ravagé par la guerre civile. Ces thèmes de l'exil et de l'identité occupent une large place dans ses essais, parmi lesquels "Les identités meurtrières", publié en 1989, ou "Le dérèglement du monde", paru en 2009.

Il publie son premier livre en 1983, "Les croisades vues par les Arabes", un ouvrage historique. Mais c'est son roman "Léon l'Africain" qui le fait connaître du grand public en 1986. Il décide alors de se consacrer à la littérature.
 
Lire aussi
 

Le président de la République Michel Sleiman a élevé Amine Maalouf, membre de l'Académie française, au rang de Grand Cordon de l’ordre national du Cèdre, lors d'une cérémonie organisée en son honneur samedi au palais de Baabda. Des timbres commémoratifs à l'effigie de l’écrivain franco-libanais verront en outre prochainement le jour, a annoncé M. Sleiman.

commentaires (0)

Commentaires (0)