X

À La Une

Amin Maalouf président du Festival du livre de Nice

Événement Aujourd’hui, alors que la ville de Nice s’apprête à représenter la France pour accueillir la 7e édition des Jeux de la francophonie en septembre prochain, le Festival du livre de Nice, qui se déroulera du 7 au 9 juin, lance les festivités du volet culturel « Nice 2013, capitale de la francophonie ».
OLJ
04/06/2013

Ainsi, pour placer la francophonie à l’honneur, Amin Maalouf, de l’Académie française, prix Goncourt, écrivain libanais aux récits empreints d’un style poétique si lumineux, sera-t-il le président du festival. De nombreux pays, dont les auteurs ont choisi la langue française pour offrir leur regard sur le monde, seront également représentés.


À Nice, ce sont toutes ces différences rassemblées dans la littérature qui vont s’exprimer dans un grand moment de connivence, de partage. Car la francophonie rassemble. Elle est l’affaire de tous et elle est aussi une affaire de famille. Nous sommes plus de 220 millions dans le monde à partager la langue française. La seule langue, avec l’anglais, parlée et apprise sur les cinq continents. La littérature de langue française est donc une littérature du monde entier.
Tout au long du festival, les débats, les rencontres avec les 200 écrivains invités, d’Hélène Carrère d’Encausse à Jean-François Colisimo, de Jean-François Kahn à Éric Zemmour, d’Alain Finkielkraut à Luc Ferry, de René de Ceccaty, Denis Tillinac, Irène Frain, Didier Van Cauwelaert, David Foenkinos, Paule Constant, Henri Guaino, William Leymergie, Daniel Picouly, à Françoise Laborde..., pour ne pas ici tous les citer, et les lectures de Jacques Weber, Clémentine Célarié, d’Astrid Veillon et d’Irène Jacob vont nous ouvrir les fenêtres du monde.


Le Festival du livre de Nice, en débats, en conférences «Science et avenir» explorera aussi cette année ce vaste champ de réflexion. Seront abordés aussi bien l’avenir de l’écrit et sa dématérialisation face à la multiplicité des systèmes de lecture que les grands phénomènes de l’espace, comme les trous noirs. La place de l’homme dans l’univers et l’émergence de la conscience que le fonctionnement de la mémoire...

 

 

Pour mémoire

La bibliothèque idéale d’Amin Maalouf


Amin Maalouf à l’Académie française : le Liban « immortel »

Pour Amin Maalouf, le « désorienté », « un frémissement d’espoir »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants