Rechercher
Rechercher

Liban

Nasrallah : Il est dans l'intérêt de la région qu'Israël disparaisse

Le secrétaire général du Hezbollah apparaît en personne lors du rassemblement organisé par le parti dans la banlieue-sud de Beyrouth à l'occasion de la Journée de Jérusalem.

Le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah lors de son discours le 2 août 2013 à Beyrouth à l'occasion de la Journée de Jérusalem. Capture d'écran/al-Manar

Une fois n'est pas coutume, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, s'est présenté en chair et en os, dans la banlieue-sud de Beyrouth, au rassemblement organisé par le parti chiite à l'occasion de la Journée de Jérusalem.

 

La dernière apparition publique du responsable intégriste remonte à septembre 2012, lors d'un rassemblement contre un film islamophobe.

 

"Nous avons aujourd'hui plus que jamais besoin de célébrer cette occasion. (...) La Palestine doit être rendue dans sa totalité à son peuple", a déclaré Hassan Nasrallah lors de son discours prononcé devant la foule. "Israël, base du projet sioniste dans la région, représente un énorme danger qui menace non seulement l'existence de la Palestine mais de tous les pays de la région. Naïf est celui qui croit le contraire", a-t-il poursuivi. Dans ce contexte, a ajouté le chef du Hezbollah, il est de l'intérêt national de tous les pays de la région, dont le Liban, qu'Israël disparaisse.

 

"Aucun roi, prince, dirigeant, président ou État n'a le droit de sacrifier un grain de sable du territoire palestinien", a-t-il encore dit.

Des déclarations qui interviennent alors qu'Israéliens et Palestiniens ont repris les négociations de paix, après trois ans d'interruption, cette semaine à Washington.

 

 


Hassan Nasrallah lors de la cérémonie pour la journée d'al-Qods. Il s'agit d'une très rare apparition publique pour l'ennemi numéro un d'Israël, qui redoute une tentative d'assassinat et se contente de discours réguliers à la télévision. Capture d'écran/al-Manar

 

 

Certains pays arabes, soutenus par l'Occident, a-t-il poursuivi, veulent faire oublier la cause palestinienne à leurs peuples en leur créant d'autres ennemis. "Ils ont évoqué le danger iranien et ils ont lancé une guerre contre la République islamique. Aujourd'hui, ils parlent d'un nouvel ennemi, la vague chiite, qu'ils combattent sur plusieurs chaînes arabes du Golfe", a déclaré Hassan Nasrallah. "Ils créent des conflits confessionnels pour nous faire oublier le véritable ennemi (Israël, ndlr). N'est-il pas temps de réaliser l'étendue du complot qui vise à affaiblir et détruire tous les pays de la région? N'est-il pas temps de pointer du doigt ceux qui dirigent et parrainent un tel projet?", a-t-il ajouté.

 

 

Bain de sang

Le numéro un du Hezbollah a ensuite appelé à arrêter le bain de sang dans tous ces pays, dont la Syrie, l'Irak et le Pakistan, et à renforcer le dialogue pour trouver des solutions aux crises.

Les combattants du Hezbollah sont engagés aux côtés des troupes de Bachar el-Assad dans les combats contre la rébellion syrienne. Leur présence a été décisive dans la reprise, par les soldats du régime, des bastions rebelles de Qousseir et Khaldiyé, à Homs.

 

 

(Lire aussi : Khaldiyé : au coeur de Homs, un quartier pulvérisé)

 

 

Ceux qui parrainent les groupes takfiri et les poussent au combat portent la responsabilité de la destruction des pays de la région, a encore estimé le secrétaire général du Hezbollah. "Mais leur projet vengeur sera voué à l'échec", a-t-il assuré, avant d'ajouter que, dans ce contexte, tout conflit confessionnel, politique, idéologique, ne doit pas faire oublier la cause palestinienne.

 

Le leader chiite a ensuite remercié l'Iran et la Syrie "pour tous les sacrifices consentis aux fins de protéger la cause palestinienne et pour que le projet sioniste soit voué à l'échec".

 

 

Défendre le Liban

"Le Hezbollah, avec l'armée libanaise, sera pour sa part toujours prêt à combattre cet ennemi et défendre le pays", a-t-il ajouté, saluant les martyrs de l'institution militaire.

 

Ces déclarations interviennent au lendemain du discours du président libanais Michel Sleiman qui a dénoncé l’implication du Hezbollah dans les combats en Syrie, soulignant qu’il était temps que l’État soit "le décideur de l’utilisation des capacités de défense" du pays. Le chef de l’État avait également critiqué la dualité entre les armes légales et illégales.

 

C'est la première fois que M. Sleiman affirmait que l'arsenal du Hezbollah, pomme de discorde entre les forces politiques libanaises, devrait être mis à la disposition directe de l’État. Le président avait déjà appelé le parti chiite à ne plus participer au conflit syrien, mais Hassan Nasrallah a rétorqué qu'il ne cesserait jamais de défendre la régime de Bachar el-Assad.

 

"Si nous allons nous concentrer sur nos divergences pour renforcer les rancunes et les jugements, alors nous ne sommes pas une nation qui mérite de vivre", a-t-il encore dit.

 

S'adressant aux pays occidentaux et à "leurs instruments dans la région", Hassan Nasrallah a conclu en avertissant que les chiites ne laisseront jamais tomber la cause palestinienne. "Dites que nous sommes des terroristes, des criminels, dites ce que vous voulez et tuez-nous sur tous les fronts... Nous, les chiites, ne laisserons jamais la Palestine", a-t-il martelé devant une foule en liesse. "Combattre Israël et défendre le Liban et la Palestine est une cause héritée de nos ancêtres, une cause que nous avons dans le sang, le Hezbollah n'oubliera jamais la Palestine".

 

 

Lire aussi

Rohani et Israël : imbroglio sur les propos du nouveau président iranien


Une fois n'est pas coutume, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, s'est présenté en chair et en os, dans la banlieue-sud de Beyrouth, au rassemblement organisé par le parti chiite à l'occasion de la Journée de Jérusalem.


 


La dernière apparition publique du responsable intégriste remonte à septembre 2012, lors d'un rassemblement contre un film...

commentaires (11)

Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire comme conneries !... Les armes illégales des mercenaires ne servent qu'à mettre le Liban en danger et tant qu'elles seront là, tant qu'Israël menacera le Liban. Le sionisme doit certes disparaître, mais une chose est encore plus certaine, et là tous les dieux m'en sont témoins : il est dans l'intérêt de la région que le Hezbollah disparaisse.

Robert Malek

15 h 55, le 03 août 2013

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire comme conneries !... Les armes illégales des mercenaires ne servent qu'à mettre le Liban en danger et tant qu'elles seront là, tant qu'Israël menacera le Liban. Le sionisme doit certes disparaître, mais une chose est encore plus certaine, et là tous les dieux m'en sont témoins : il est dans l'intérêt de la région que le Hezbollah disparaisse.

    Robert Malek

    15 h 55, le 03 août 2013

  • UNE HONTE QUE CET APPEL ! ET SI LES ÉMIGRÉS LIBANAIS, CHRÉTIENS MAJORITAIREMENT ET DE LOIN, RETOURNERAIENT UN JOUR, AUSSI LOINTAIN SOIT-IL, AU LIBAN ? APPELERAIT-ON, SI LEURS CHEFS DU MOMENT COMMETTRAIENT DES EXACTIONS, À LEUR EXTERMINATION ET DISPARITION ?

    SAKR LOUBNAN

    11 h 12, le 03 août 2013

  • Et même dans son 40ème Sous-sol, yâ wâïyléhhh !

    Antoine-Serge KARAMAOUN

    10 h 38, le 03 août 2013

  • Si tout le monde œuvrait pour le retour des sionistes d'où ils viennent, les armes du Hezb ne seraient qu'un détail.. et un détail utile! Ne nous fatiguons pas avec le discours répétitif sur les armes, elles ont un dessein bien plus grand et plus nobles que les querelles internes!! Tant qu'israel sera là et tant que notre armée ne sera pas munie/dotée de quoi rassurer les Libanais (notamment ceux du sud) en cas de conflit avec les criminels usurpateurs judéo-sionistes, les armes seront là.. Et que celui qui réussit à vivre tranquillement avec la présence de ces criminels sionistes dans notre région, prenne des cours accélérés pour apprendre à vivre avec autant de tranquillité avec la présence de ces armes-là!

    Ali Farhat

    02 h 42, le 03 août 2013

  • On l'a poussé à bout et l'arrêtera qui pourra , israel au gouvernement raciste xénophobe n'a rien à voir avec le judaisme , c'est un pays de brigands de grands chemins usurpateurs d'une terre et massacreurs d'un peuple qui n'est pas à l'origine de son génocide , plutôt que de vociférer des âneries israel devrait s'excuser d'avoir apporté le malheur à la région , et cet état voyou aura des comptes à rendre à la conscience mondiale , comme les nazis ont eu à payer pour leur crime . Ce pays sait à qui il a affaire et appeler les yanky et les eurodécadents à la rescousse ne l'aidera pas , cf Syrie à l'heure actuelle !

    Jaber Kamel

    01 h 46, le 03 août 2013

  • Ils vont venir le Chercher comme Arafat en 82.... !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    01 h 33, le 03 août 2013

  • ??? cette fois ci, il met complètement à côté de la plaque. Discours à usage de qui de quoi? je suis plus que dubitatif...en gros, Il a dit qu'il ne remettrait jamais ses armes, jusque là la destruction d'Israël. C'est idiot. çà bouche tout horizon de dialogue. Contre- productif!

    GEDEON Christian

    20 h 33, le 02 août 2013

  • DISCOURS D'UN AUTRE ÂGE !

    SAKR LOUBNAN

    20 h 13, le 02 août 2013

  • Sayyed Hassan Nasrallah envoie le Hezbollah combattre Israel et le sionisme à Qousseir, à Homs, à Damas, à Alep, dans toute la Syrie ! Il combat Israel en tuant le plus possible de citoyens syriens sunnites "terroristes" ! Il lutte contre le sionisme en défendant le régime sectaire alaouite des Assad, le régime le plus lâche et le plus trompeur face à Israel, le régime préféré par Israel, car il donne à ce dernier la plus grande tranquillité depuis quaranrte ans. C'est regrettable de devoir le dire : Sayyed Nasrallah a perdu toute crédibilité dans ce domaine.

    Halim Abou Chacra

    19 h 49, le 02 août 2013

  • (suite) Et pour finir, cette insulte qu'il fait à l'armée libanaise en osant se comparer à elle et la mettre sur le même pied d'égalité. Non chef mercenaire Nasrallah, vous n'avez aucun monopole sur l'armée libanaise qui est la seule institution habilitée à défendre le pays comme l'a souligné le président de la République. L'armée est respectable, ce qui n'est pas du tout le cas des milices illégales. Vous avez tout fait pour empêcher l'armée de se reformer, vous avez trahi les Libanais, la société libanaise ne veut absolument plus de vous, que vous soyez en chair et en os ou sur une banderole aux côtés de guides suprêmes d'un autre âge. Quelle honte pour le Liban.

    Robert Malek

    19 h 08, le 02 août 2013

  • Chef mercenaire Nasrallah est sorti à l'air libre (quel homme, quel courage !) pour répéter, tel un cacatoès virtuose, les mêmes lubies que ses gourous illuminés. Mort de rire. Et le gag a continué durant tout son discours. Il veut que cesse la bain de sang dans la région alors que c'est le mercenaire le plus agressif et le plus sanguinaire de la région. La Palestine ? Il prend les gens pour des cons, la Palestine est sa vitrine qui lui sert d'argument fictif pour justifier ses guéguerres à gauche et à droite, il sait très bien que plus personne ne s'intéresse à la Palestine tant que les Palestiniens eux-mêmes ne s'entendent pas entre eux ! Il ne veut pas qu'on "sacrifie un grain de sable du territoire palestinien" alors que lui sacrifie le Liban. Les Israéliens doivent bien se marrer.

    Robert Malek

    19 h 07, le 02 août 2013