Rechercher
Rechercher

Syrie

Après avoir repris Qousseir, l'armée promet d'"écraser" les rebelles partout en Syrie

L'opposition poursuivra la bataille "jusqu'à la libération du pays", assure George Sabra.

Des soldats syriens, devant l'horloge de Qousseir sur laquelle flotte un drapeau syrien. Les forces armées et les miliciens du Hezbollah ont repris Qousseir le 5 juin 2013. AFP/STR

Le régime syrien et son puissant allié libanais, le Hezbollah, ont pris mercredi aux rebelles la ville clé de Qousseir après une féroce offensive, remportant une importante victoire dans la guerre qui ravage le pays depuis plus de deux ans.

 

Au bout d'une offensive lancée le 19 mai, l'armée, forte de sa puissance de feu aérienne et de son artillerie, a "pu rétablir à l'aube la sécurité à Qousseir et la nettoyer des terroristes (les rebelles, ndlr)", selon un communiqué du commandement militaire. "Après les exploits successifs dans sa guerre contre le terrorisme organisé, nos forces armées n'hésiteront pas à écraser les hommes armés dans chaque recoin du territoire syrien", a-t-il prévenu. Selon l'agence officielle Sana, l'armée a tué "un grand nombre de terroristes".

 

Forte de ce succès, l'armée s'est engagée à "écraser les hommes armés, où qu'ils soient et dans chaque recoin du territoire syrien".

Dans le même temps, l'armée a promis de "faire preuve de clémence envers ceux qui baissent les armes, fuyant Qousseir ou tout autre lieu en Syrie". Elle a appelé "les citoyens de Qousseir à rentrer sans inquiétude dans leurs foyers dans quelques jours", assurant que "des civils ont été évacués de Qousseir et que les blessés sont soignés."

 

La télévision officielle a montré des images en direct de Qousseir, désormais une ville fantôme, avec des immeubles éventrés et incendiés et des rues pleines de monceaux de pierres et des tas de sable. Sur la place centrale se dresse une grande horloge avec un drapeau syrien hissé dessus. Des soldats, des chars de l'armée ainsi que des bulldozers dégageant les routes de la ville qui fut pendant un an une place forte de la rébellion.


 

 

 

A Beyrouth, la chaîne Al Manar du Hezbollah a parlé d'un "grand exploit" à Qousseir, le puissant mouvement armé ayant été selon des militants le fer de lance de l'assaut contre la ville où il a perdu des dizaines de combattants.

"Nous avons procédé à une attaque surprise aux premières heures et nous sommes entrés dans la ville; ils (les rebelles) se sont échappés", a déclaré un combattant du Hezbollah à Reuters. D'après al-Manar, les rebelles "se sont enfuis en direction de Dabaa et de Boueida al-Charqiya", deux villages situés au nord de Qousseir.

 

 

Pour Khattar Abou Diab, professeur de relations internationales à l'université Paris-Sud, le régime n'aurait pas pu prendre Qousseir sans "la grande coopération" de l'Iran qui parraine le Hezbollah et qui est le principal allié du régime syrien. Téhéran a d'ailleurs "félicité l'armée et le peuple syriens" pour la victoire sur les "terroristes" à Qousseir.

 

 

"Un round de perdu"
Le chef par intérim de la Coalition de l'opposition syrienne, George Sabra, a affirmé mercredi que cette Coalition poursuivrait le combat contre le régime "jusqu'à la libération" du pays, malgré cette défaite.

Qousseir "est une petite bataille où vous (les rebelles) avez fait preuve d'un héroïsme hors du commun, mais d'autres batailles suivront, jusqu'à la libération du pays, tout le pays", a déclaré M. Sabra lors d'une allocation prononcée à Istanbul et diffusée par les chaînes satellitaires arabes.
S'adressant aux combattants rebelles, M. Sabra a affirmé : "Votre combat et vos revendications sont légitimes. C'est pour cela que votre victoire est assurée".
"Vous allez battre cette bande terroriste et ses maîtres à Qom et à Téhéran", a dit le dirigeant de l'opposition en allusion au Hezbollah chiite libanais qui combat aux côtés des troupes gouvernementales et à l'Iran, allié régional clé du régime de Bachar al-Assad.
M. Sabra a dénoncé les "envahisseurs", en référence aux combattants du Hezbollah, en promettant à ces "criminels la défaite et l'humiliation".

Il a également lancé un cri d'alarme, évoquant l'état de 15.000 civils menacés selon lui de "massacre et de génocide" après leur repli à Boueida al-Charqiya, dernier bastion des rebelles au nord de Qousseir.

Plus tôt dans la journée, la Coalition nationale de l'opposition avait affirmé dans un communiqué que "la révolution continuer". "Après les exploits courageux des héros de l'Armée syrienne libre (ASL) pour défendre les civils, l'énorme déséquilibre de forces s'est imposé et le régime d'Assad et les milices iraniennes qui le soutiennent sont parvenus à pénétrer dans la ville et à y capturer de nouveaux quartiers", a indiqué la coalition. L'opposition "met les Nations Unies et les grandes puissances devant leurs responsabilités, (les appelant) à intervenir rapidement pour protéger les civils et mettre fin aux actes de vengeance et aux massacres du peuple syrien".

 

"C'est un round que nous avons perdu", a déclaré, de son côté, la Commission générale de la révolution syrienne, un réseau de militants, précisant que les rebelles étaient parvenus à "faire sortir les civils et les blessés" de la ville. Selon elle, la bataille a fait des "centaines de martyrs" parmi les insurgés.

 

(Pour mémoire : Le chef de l'opposition syrienne en appelle à Berry)

 

Qousseir, située dans la province centrale de Homs près de la frontière du Liban, est stratégique car elle relie Damas au littoral, comprend plusieurs routes d'approvisionnement en armes aussi bien pour l'armée que pour les rebelles, et ouvre la voie au régime pour la prise totale de la ville de Homs.

 

Des rebelles tués dans l'attaque finale de l'armée et du Hezbollah, mercredi, à Qousseir. AFP PHOTO / SANA

 

 

"C'est un revers" pour les rebelles, "mais cela ne veut pas dire que c'est la fin de la guerre", a affirmé à l'AFP Khattar Abou Diab. "En 2012, le régime syrien a pensé que la bataille de Baba Amr constituerait la victoire finale, mais cela s'est avéré faux", a-t-il ajouté en référence au quartier rebelle de Homs repris par l'armée après un mois de pilonnage.

Selon M. Abou Diab, la victoire du régime compliquera toutefois la tenue de la conférence internationale visant à trouver une solution politique au conflit.

 

En ce qui concerne le Hezbollah, le chercheur estime que le "test" pour la parti libanais est de voir s'il va poursuivre son combat auprès de l'armée. "Il y a des informations sûres disant qu'il participe dans des combats ailleurs qu'à Qousseir", ajoute-t-il.

 

De fait, le coordinateur politique et médiatique de l'armée syrienne libre (ASL, opposition) Louay Moqdad, a révélé mardi que plus de 4.000 combattants du parti chiite se trouvent dans la périphérie d'Alep, dans le nord de la Syrie.
"Les combattants (du Hezbollah) ont pris position dans l'académie d'ingénierie militaire et s'apprêtent à entrer dans la ville d'Alep", a assuré Louay Moqdad dans un entretien avec le quotidien pan-arabe al-Sharq al-Awsat.

 

 


View Le Hezbollah prêt à s'engager dans la bataille d'Alep ? in a larger map

Lundi, une source au sein de l'opposition syrienne avait affirmé que des membres du Hezbollah se trouvaient dans le rif d'Alep et se préparaient à lancer un assaut sur cette ville dont la plupart des quartiers sont désormais sous contrôle rebelle. Le même jour, le Washington Post a indiqué, citant un commandant au sein du parti chiite, que le Hezbollah a envoyé dimanche "des milliers de ses combattants vers Alep". "La bataille d'Alep a commencé sur une petite échelle ; on vient d'entrer dans le jeu", a précisé ce commandant dans un entretien à Beyrouth avec un correspondant du quotidien américain. "Nous allons attaquer les places fortes (des rebelles, ndlr), là où ils croient qu'ils sont en sécurité. Ils vont tomber comme des dominos", ajoute ce commandant, qui a participé aux combats à Qousseir (centre) selon le quotidien.

 

 

Lire aussi

Après Paris, Londres annonce avoir des preuves de l'utilisation de gaz sarin en Syrie

 

Pour mémoire

L’ultimatum de l’ASL : Nous poursuivrons le Hezbollah « jusqu’en enfer... »

 

Dans le caza de Baalbeck, presque chaque localité a perdu un combattant du Hezbollah à Qousseir

 

Ces Libanais prêts à mourir pour le Hezbollah en Syrie...

 


Le régime syrien et son puissant allié libanais, le Hezbollah, ont pris mercredi aux rebelles la ville clé de Qousseir après une féroce offensive, remportant une importante victoire dans la guerre qui ravage le pays depuis plus de deux ans.


 


Au bout d'une offensive lancée le 19 mai, l'armée, forte de sa puissance de feu aérienne et de son artillerie, a "pu rétablir à...

commentaires (14)

Comme pour les Nazis dans le Passé, ce sera leur Stalingrad à eux, à ces fakîhàRiens et ces bääSSyriens aSSadiots, cette Héroïque Qousseïr.... !

Antoine-Serge KARAMAOUN

05 h 03, le 06 juin 2013

Tous les commentaires

Commentaires (14)

  • Comme pour les Nazis dans le Passé, ce sera leur Stalingrad à eux, à ces fakîhàRiens et ces bääSSyriens aSSadiots, cette Héroïque Qousseïr.... !

    Antoine-Serge KARAMAOUN

    05 h 03, le 06 juin 2013

  • Vous vous imaginez l'ironie de la chose , incroyable mais il est vrai que la Syrie est redevable aux libanais et que le hezb résistant est en droit de demander une partie de la Syrie pour la rattacher au Liban , et pas n'importe laquelle , tant qu'à faire la partie avec pétrol et gaz. Je voudrai pas trop me la ramener, mais je le disais que les occidentaux sionisés n'hésitent pas à abandonner leurs "alliés" ou ceux qui le croient pour dealer avec plus forts qu'eux, reminder, if you cannot beat them, join them.Et il faut pas croire que l'armée syrienne va s'arreter en si bon chemin, si elle suit les conseils de Poutine, elle ira chercher les takfiristes juqu'aux chiottes.Je demanderai à notre résistance nationale de pas avoir la grosse tête et que l'arrogance peut conduire à la cécité, comme le sont les dirigeants du pays usurpateur.

    Jaber Kamel

    19 h 45, le 05 juin 2013

  • Elle a appelé "les citoyens de Qousseir à rentrer sans inquiétude dans leurs foyers dans quelques jours", je rêve ou quoi ! Mais c’est une ville fantôme. La chute de Qousseir signifie la fin du projet de partition de la Syrie ? C’était donc un pur fantasme ? Si l’on peut croire que la chute de Qousseir (on ne parle pas des pertes dans les rangs des djihadistes) peut faire l’affaire des puissances occidentales, mais pour combien de temps ? L’abondance de main- d’œuvre guerrière dans ce domaine est telle qu’il faut du temps pour en finir…. La reprise d’Alep signifiera aussi la fin de la guerre et tous ces morts sont pour rien ? Une chose est sûre, l’unité de la Syrie est difficile à refaire… et j’attendrai l’année prochaine pour voir comment Assad pourra se faire réélire.

    Charles Fayad

    19 h 15, le 05 juin 2013

  • NAÏF QUI CROIRAIT QUE TOUT CELA SE PASSE SANS L'ACCORD TACITE DES ABRUTIS OCCIDENTAUX. VOUS FAITES LE JOB. VOUS NOUS DÉBARRASSEZ DES EXTRÉMISTES. NOUS PROTESTERONS. NOUS AVONS MARCHANDÉ ET GARDERONS NOS RELATIONS BONNES AVEC LES RUSSES. VOUS GARDEREZ VOTRE PLACE. PEUT-ÊTRE QU'ON VOUS REMERCIERAIT AUSSI... L'ABRUTISSEMENT. C'EST TOUT !

    SAKR LOUBNAN

    17 h 07, le 05 juin 2013

  • Ecrasez ce que vous voulez, qui vous voulez, où vous voulez mais pas au Liban. Ce régime de m... devrait comprendre une fois pour toutes qu'il doit nous foutre la paix et ses complices libanais doivent faire un choix : soit s'exiler en Syrie et en Iran pour rejoindre les dictateurs et les barbares, soit rester au Liban et prendre conscience que leur propre patrie passe avant tout. Le problème est que les traîtres libanais viennent de donner aux vrais révolutionnaires syriens d'une part, et aux vrais terroristes d'autre part, l'occasion de se venger du Hezbollah, et il y a malheureusement de gros risques que le Liban serve une fois de plus de champ de bataille. Ensuite, conformément au complot iranien, le régime syrien viendra donner main forte au Hezbollah et en profitera pour occuper à nouveau le pays. L'iranisation est en marche. Je me trompe ? Je l'espère de tout mon coeur !

    Robert Malek

    16 h 09, le 05 juin 2013

  • Bachar El Assad a réussi la bataille de Qoussair avec l'aide du Hezb. Il ne faut pas qu'il oublie cela un jour. Et il ne faut pas que le Hezb l'oublie non plus. Tout cela ne serait jamais arrivé si les pays du Golfe n'avaient pas fait leurs sales besognes de lancer tous ce qu'il y a d'extrémistes musulmans en Syrie contre le régime de Bachar. A cause d'eux, les pays occidentaux ont hésité à envoyé des armes aux rebelles. Il va sans dire que le Hezb a encore une fois réussi où d'autres armées arabes ont échoué. Et encore une fois Sayyed Hassan a tenu sa promesse de victoire. Mais il va sans dire, que le régime de Bachar est un régime sanguinaire et que ce président devrait se rendre à l'évidence en faisant des changements en faveur de la démocratie en Syrie, sinon l'Histoire ne le pardonnera jamais et viendra un jour où il paiera pour tout cela.

    Abdalla, Mariama

    15 h 40, le 05 juin 2013

  • Un parti libanais qui aide à la victoire de l'armée syrienne aussi puissante vraiment à méditer sur le sort de toute la région. Antoine Sabbagha

    Sabbagha Antoine

    15 h 07, le 05 juin 2013

  • ET IL EN SORTIRA... DES DRAGONS AUX LANGUES DE FEU ET DES HYDRES AUX MULTIPLES TÊTES. QOUSSEIR VA ALLUMER LES MÈCHES ET EXACERBER LES HAINES !

    SAKR LOUBNAN

    14 h 22, le 05 juin 2013

  • Quelle victoire! quelle gloire! quel courage! quel exploit! voilà le parti jaune qui confisque le nom du tout puissant a signé encore une victoire que les siécles n oublieront jamais, ils vont s attaquer à d'autres villes et villages en Syrie!! La question qui se pose est ce qu'il y aura une branche autorisée de ce parti en syrie comme il existe un baas "libanais". Le grand gagnant c est le régime syrien il a réussi à allumer une guerre réligieuse entre musulmans qui n est qu à ces débuts... Ils ont gagné la bataille de qousseir et maintenant ils vont faire quoi de cette victoire, quel avenir pour la Syrie? quel avenir pour le parti jaune? quelle relations syrolibanaises? Si le régime et le parti jaune pensent que détruire une ville, que déloger les habitants, que faire des prisonniers, que torturer des jeunes suffisent à assoir leur autorité! ils se trompent : la victoire finale appartient toujours au peuple...aucun peuple ne pardonnera et n oubliera...

    CBG

    13 h 16, le 05 juin 2013

  • Il n'y a que, les irréalistes et les émos déçus qui pouvaient croire le contraire! Par contre OLJ qui reprend ici un vidéo de Almayadeen, c'est bien, un grand pas en avant et très réaliste... c'est vrai aussi que les Télésat du golfe n'ont rien émis ce matin.. peut-être parce que leurs envoyés n'ont pas eu le temps de tourner de vidéos ce matin (!?). Je rappelle aux lecteurs que il y a un an et je l'avais écris ici, que ces Télésat démocratiques consacraient 25 mn de propagande à la Syrie (huge!) à chaque début d'heure et que ce matin ils ont consacré 2mn à l'heure où tombait un des plus important bastion de leur "révolutionnaires"... Capito??

    Ali Farhat

    12 h 34, le 05 juin 2013

  • J'en connais qui, à la vue de cette photo, vont jouir. L'Iran remercie donc ses mercenaires du Hezbollah qui ont fait le sale boulot, leur spécialité. Ils ne servent à rien d'autre que d'exposer le Liban, par leur fanatisme et leur traîtrise, au revers de la médaille.

    Robert Malek

    11 h 38, le 05 juin 2013

  • D'abord un grand respect pour ces mercenaires qui ont résisté autant qu'ils ont pu le faire. Leur bravoure pourra être utilisée contre l'état usurpateur le moment venu. On va pas se répéter mais quand le hezb résistant décide d'y aller ça rigole plus, c'est pour ça que je doute qu'il veuille aller à Alep, j'en sais rien mais il me semble que son nom suffit à faire peur aux mercenaires et pourra être utilisé au besoin, l'effet domino est certain, les résistances viennent de craquer le 1er os, le squelette ne tiendra pas debout très longtemps sans colonne vertébrale.Au contraire de ce qu'on pourrait croire, il ne pourra pas y avoir de grandes contre offensive des mercenaires qui ont compris que leurs sponsors étaient finalement plus lâches qu'eux qui se battent corps et âmes sur le terrain, ils y réfléchiront à 10 fois la prochaine fois.Et enfin, bravo les gars vos morts sont vivants parmi nous.

    Jaber Kamel

    11 h 28, le 05 juin 2013

  • JUSTE POUR Q U E L Q U E S JOURS..... ! CECI EST E F F E C T I V E M E N T UN POINT DE "F I X A T I O N" POUR CE HEZÉBBBALLÂHLÂH en sœur-syrie ! !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    11 h 04, le 05 juin 2013

  • LA BOITE DE PANDORE EST GRANDEMENT OUVERTE !

    SAKR LOUBNAN

    10 h 52, le 05 juin 2013