Liban

Nadim Gemayel met en relief les contradictions du CPL sur la loi électorale

OLJ
24/12/2012
Le député Nadim Gemayel a fustigé l’attitude du Courant patriotique libre (CPL) concernant la loi électorale, mettant en relief les contradictions flagrantes qui marquent la position du courant aouniste sur ce plan.
Le député d’Achrafieh a commencé par rappeler qu’au terme de la conférence interlibanaise de Doha, en 2008, le chef du CPL, Michel Aoun, était rentré à Beyrouth en déclarant que la loi électorale de 1960 (toujours en vigueur) « restitue aux chrétiens leurs droits ». M. Gemayel a souligné en outre que dans le cadre des derniers efforts visant à élaborer une nouvelle loi électorale, le courant aouniste a approuvé le projet de loi du gouvernement, fondé sur un découpage de treize circonscriptions et sur la proportionnelle, et dans le même temps deux parlementaires du bloc aouniste, les députés Alain Aoun et Nehmetallah Abi Nasr, ont présenté au Parlement une proposition de loi basée sur le projet du Rassemblement orthodoxe (prévoyant que chaque communauté devrait élire ses propres députés suivant le système de la proportionnelle). Dénonçant une telle dualité de la part du courant aouniste, Nadim Gemayel a déclaré : « S’il existe une volonté réelle d’aboutir à une nouvelle loi électorale, le Courant patriotique libre devrait au moins retirer l’un des deux projets qu’il a lui-même avalisés afin que l’on puisse débattre d’un seul projet de loi électorale. »
Nadim Gemayel a estimé dans ce cadre que le projet de loi électorale suggéré par le Rassemblement orthodoxe « est particulièrement mauvais car il est très réducteur ». « C’est sans doute le pire projet qui ait été présenté, d’autant que celui qui le prône est l’ancien vice-président de la Chambre, Élie Ferzli, qui est l’homme de la Syrie au Liban, et de ce fait, à quoi faudrait-il s’attendre sur ce plan ? » a déclaré le député d’Achrafieh, qui a souligné d’autre part qu’il est inconcevable d’organiser en l’espace de quatre mois des élections législatives sur base d’une nouvelle loi électorale à laquelle nul ne serait préparé.
Sur un tout autre plan, Nadim Gemayel a déploré le retard mis par la justice libanaise à trancher le cas de Michel Samaha, accusé d’avoir transporté des explosifs de Syrie au Liban afin de fomenter des attentats terroristes au Liban-Nord.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.