Rechercher
Rechercher

À La Une - Révolte

L’émissaire Brahimi quitte la Syrie bredouille

Les violences reprennent de plus belle, au moins 93 morts.

Un hélicoptère a bombardé à Chaar. Des habitants et des membres de l’ASL cherchent des coprs sous les décombres. Zain Karam/Reuters

L’émissaire international Lakhdar Brahimi a quitté la Syrie hier après des entretiens avec des chefs rebelles, selon qui sa mission est vouée à l’échec, en raison de la poursuite des violences. « Nous sommes convaincus qu’il va échouer parce que la communauté internationale ne veut pas en réalité aider le peuple syrien », a ainsi affirmé le colonel Abdel Jabbar al-Oqaidi, chef du conseil militaire rebelle à Alep. « Nous ne voulons pas être tenus responsables de cet échec », a-t-il déclaré après s’être entretenu via Skype, comme d’autres chefs rebelles, avec le médiateur de l’ONU et de la Ligue arabe.
L’émissaire Brahimi, qui a pris ses fonctions le 1er septembre, avait rencontré M. Assad samedi à Damas et estimé lors de cette première visite en Syrie que la crise « s’aggrave et représente une menace pour le peuple syrien, pour la région et pour le monde ».


La communauté internationale, paralysée par ses divisions, ne parvient pas à sanctionner le régime de Damas et aucune solution n’est en vue pour le conflit qui a fait plus de 27 000 morts en 18 mois selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). La communauté internationale est divisée entre la Russie, l’Iran et la Chine qui refusent toute ingérence dans ce pays, alors que les Occidentaux, Arabes et Turcs veulent le départ de M. Assad. Le ministère syrien des Affaires étrangères a accusé hier la Turquie voisine de soutenir des « terroristes » semant le chaos en Syrie, dans des messages au secrétaire général de l’ONU et au président du Conseil de sécurité. « Le gouvernement turc a autorisé des milliers de terroristes du réseau el-Qaëda et des wahhabites de pénétrer pour qu’ils commettent leurs crimes en assassinant des Syriens innocents », selon un texte publié par l’agence officielle SANA.


Par ailleurs, le vice-président irakien Tarek Hachémi a déclaré que l’Iran utilise l’espace aérien de l’Irak pour approvisionner en armes les forces de Bachar el-Assad. De confession sunnite, ce dernier a fui l’Irak en décembre et s’est installé en Turquie après l’émission d’un mandat d’arrêt à son encontre. Il a été condamné à mort le 9 septembre pour avoir dirigé des escadrons de la mort, une accusation qu’il rejette. Un conseiller de Nouri al-Maliki a rejeté ces affirmations et déclaré que l’Irak restait fidèle à sa position de neutralité au sujet de la crise en Syrie.
Les violences ont d’ailleurs repris de plus belle hier avec des bombardements intensifs des bastions rebelles et des combats sur plusieurs fronts. Dès le matin, des secteurs de la province de Damas, de Deraa, d’Alep, de Hama, de Homs et de Deir ez-Zor étaient la cible de raids aériens ou de l’artillerie lourde du régime, selon l’OSDH. Des combats faisaient également rage à la périphérie de Damas et en province, a précisé l’ONG qui s’appuie sur un réseau de militants sur place.


Les violences ont fait au moins 93 morts à travers le pays, dont 15 tués à Alep, notamment lors d’un bombardement de l’armée à Chaar, dans l’est de cette métropole, qui a fait onze morts et des dizaines de blessés parmi les civils selon un bilan de la chaîne satellitaire al-Arabiya.
Dans la province d’Idelb, dix personnes ont été tuées à Kfar Aweid, dont au moins cinq enfants et une femme, par des raids d’hélicoptères selon l’OSDH, qui a mis en ligne une vidéo amateur montrant le corps désarticulé d’une fillette décapitée par les tirs.


La ville d’al-Bab, tenue par les rebelles de l’Armée syrienne libre (ASL), a aussi été la cible de nouveaux raids de l’aviation du régime. Vers 16h30, un chasseur-bombardier a lâché deux bombes visant le QG d’un chef rebelle, avant de mitrailler à plusieurs reprises rues et avenues.

 

(Lire aussi : Comment la mort est tombée du ciel à al-Bab)


Concernant les réfugiés, l’actrice américaine Angelina Jolie est allée hier à leur rencontre dans le camp de Domiz, au Kurdistan irakien, d’où elle a exhorté les voisins de la Syrie à laisser leurs frontières ouvertes. L’actrice, envoyée spéciale du chef du Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), a salué la « bienveillance du gouvernement (de la région autonome) du Kurdistan et de son peuple envers les réfugiés syriens », lors de sa visite au camp de Domiz, où elle a été acclamée par les résidents. Ce camp accueille le plus grand nombre de réfugiés syriens sur le sol irakien.

 

Lire aussi

Rentrée scolaire largement perturbée à cause de la violence


L’émissaire international Lakhdar Brahimi a quitté la Syrie hier après des entretiens avec des chefs rebelles, selon qui sa mission est vouée à l’échec, en raison de la poursuite des violences. « Nous sommes convaincus qu’il va échouer parce que la communauté internationale ne veut pas en réalité aider le peuple syrien », a ainsi affirmé le colonel Abdel Jabbar al-Oqaidi,...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut