X

À La Une

Et si Europe était sidonienne ?

Archéologie La découverte sur le site de l’ancienne école américaine de Saïda d’une monnaie représentant Europe relance le débat autour de l’origine de la déesse : Tyr ou Saïda ?
11/07/2012

Pour la quatorzième année consécutive, la mission archéologique du British Museum continue ses fouilles sur le site de l’ancienne école américaine de Saïda, où un haut lieu de culte funéraire, assoupi depuis des millénaires, ne finit pas de révéler ses trésors. Une minicaverne d’Ali Baba avant l’heure : entre la 123e tombe du site, des mandibules, des sceaux cylindres et des céramiques attiques et crétoises presque intactes, et, surtout, une monnaie représentant la déesse Europe, le clou de la saison, les scientifiques sont au paradis.
Financées par la Cimenterie nationale SAL et la Fondation Hariri, les excavations menées à Saïda sous la direction de l’archéologue Claude Doumet Serhal ont encore apporté leur moisson de découvertes. Concentrant leurs recherches au nord du site, à l’emplacement du futur musée dont les travaux d’infrastructure vont débuter en septembre, les spécialistes ont exploré les différentes couches stratigraphiques jusqu’au niveau du rocher, daté de la fin du IVe-début du IIIe millénaire.

Ourson et daim
Les opérations de fouilles menées à ce niveau ont dévoilé le prolongement du quartier économico-religieux dégagé au cours des années précédentes. Dans cette zone polyvalente, on trouve, accolés à des sépultures, de petits foyers pour faire la cuisine, des unités de rangements pour la conservation des graminées (quelque 160 kilos de résidus de blés carbonisés avaient été trouvés), une sècherie de poissons et des dépôts de produits de chasse qui ont fourni une quantité d’os appartenant à des espèces animales, notamment des hippopotames, des ours, des gazelles et des lions. Cet été, signale Claude Doumet Serhal, une autre quantité de résidus d’orge et d’une nouvelle espèce de blé ainsi que les restes d’os d’animaux sauvages (dont ceux d’un aurochs) ont été recueillis sur le lieu. De même, trois mandibules-trophées ont été exhumées. « Une découverte assez bizarre, puisqu’il s’agit d’un ourson et d’un daim. Cela n’est pas un acte de bravoure pour les chasseurs. De plus, et très curieusement, la troisième mandibule est celle d’un jeune garçon âgé de neuf à douze ans. S’agit-il d’un rituel funéraire spécial ?
Nous cherchons encore à comprendre et à analyser cette trouvaille. » Un vrai thriller !

Lama en intercession
Et puis on se retrouve en plein dans le IIe millénaire. À cette époque où s’était posée une nécropole construite en pierre ou en brique, pareille à celles qu’on trouve tout au long de la côte, de la Syrie à la Palestine, la 123e tombe a été mise au jour. Elle renferme « un sceau cylindre en serpentine, de facture mésopotamienne avec influence syrienne, et fabriqué au Liban ». Il représente la déesse Lama, les deux bras levés dans l’attitude de l’intercession, recevant un orant en habit syrien et, derrière eux, le dieu des flots faisant émerger les eaux d’une seule épaule. « Les expressions des visages et la minutie des détails sont d’une perfection étonnante », s’émerveille la directrice des fouilles, ajoutant qu’un sceau scarabée égyptisant, une boucle d’oreille en bronze et une quantité de poteries très bien conservées et dignes de musées ont été également dégagés.
Par ailleurs, la présence de traces de trous de poteaux remontant à 1700 avant J.-C. indique que les anciens qui venaient enterrer leur mort, ou le commémorer, plantaient une sorte de tente sous laquelle ils s’installaient pour cuisiner, manger et boire. Les traces de pois chiches, de lentilles, de blé, d’orge, et de quelques fruits et légumes pas encore identifiés ont été relevées.

Et soudain, à l’âge du fer...
À l’âge du bronze moyen ou époque cananéenne, les célébrations – qui se sont déplacées vers un grand temple d’une quarantaine de mètres de long construit autour de 1650 avant J.-C. – se déroulaient dans une des pièces où se dresse « un magnifique podium recouvert d’une couche épaisse de plâtre blanc autour duquel on festoyait ».
Au niveau de l’âge du fer, le site révèle à travers des temples rectangulaires « les deux techniques de construction attribuées aux Phéniciens, et qu’on retrouve sur toute la côte autour du Xe siècle avant J.-C. ». C’est-à-dire le type de bâtiment construit avec de gros blocs rectangulaires bien taillés et étroitement assemblés sans liant ou alors avec crépi de mortier. C’est ce qu’on appelle la maçonnerie Ashlar.
De plus, ces couches de l’âge du fer ont livré de belles céramiques importées de la Grèce antique, dont une amphore attique avec deux cavaliers en tunique blanche portant des lances et allant à la guerre. Une autre représente un intercesseur posant devant le dieu Hermès aux sandales ailées. Claude Doumet Serhal est épatée par la qualité de ces « pièces de musée très bien conservées ». Mais c’est la découverte d’une monnaie sur laquelle est gravée Europe chevauchant le taureau, et son voile qui vole tout au-dessus comme un arc(-en-ciel) qui l’a fait chavirer de joie.
Surtout que cet hiver, au cours de certaines conférences tenues en Europe, de nombreux spécialistes se sont demandé si Europe ne serait pas sidonienne ! Car, qu’est-ce qui prouve qu’elle est tyrienne ? La mosaïque découverte à Tyr ? Le site de Saïda renferme lui aussi une masse d’objets importés de Crète, d’autant que la monnaie retrouvée tout récemment rend encore plus légitime le débat autour de l’origine d’Europe. Claude Doumet Serhal en est convaincue. Elle précise d’ailleurs qu’au niveau de l’âge du fer, les excavations ne font que commencer et pourraient encore révéler de nouveaux éléments...

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

E.T. go home !

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.