L’édito de Abdo CHAKHTOURA

Une vengeance piégée...

Le bloc-notes de Abdo Chakhtoura
22/05/2012

Évidemment qu’on a été les chercher, ces sunnites, modérés et extrémistes confondus, pour les pousser à la faute.
Évidemment qu’on les a trouvés, et facilement, tellement tant de feux couvaient sous tant de cendre. Et évidemment, ce sont les séides libanais du pouvoir damascène, cachés ou affichés et fiers de l’être, qui se sont chargés de la sale besogne, déterminés à les punir pour avoir pris activement fait et cause pour leurs coreligionnaires, allègrement massacrés de l’autre côté de la frontière dans l’indifférence et la complicité quasi générales.
Mais le vrai piège est ailleurs et la ficelle tellement grosse et évidente que personne ne veut ou n’a envie de la voir. Tout comme la lettre de Poe. Ivres de haine contenue, les instincts se sont libérés et les sunnites, tous les sunnites, salafistes, islamistes, haririens et même, dit-on, des Tripolitains pro-Mikati, ont foncé tête baissée dans le panneau.
Un magnifique cadeau à Assad, manœuvrier à la petite semaine, qui cherchait désespérément un nouveau front, une bienvenue bulle d’oxygène.


Faut-il autant de cécité intellectuelle et politique pour ne pas se rendre compte que la mini bataille de Tarik Jdidé  au cœur de la capitale ne représente que les prémices de cette  fitna  intercommunautaire, catastrophe annoncée et surtout tant redoutée ?   Des Libanais qui s’entretuent encore une fois pour le compte des autres, livrant de nouveau, en offrande sanglante, leur pays plusieurs fois meurtri au bourreau de toujours.
Et dans quel objectif! Laver l’affront fait à Beyrouth en 2008 par les hordes hezbollahies et leurs alliés prosyriens ? Piètre et petite revanche lourde de ces représailles espérées, souhaitées et calculées par les maîtres d’œuvre syro-iraniens qui veulent faire tomber définitivement le Liban dans leur escarcelle, bâillonner enfin tous les amis d’un peuple martyrisé depuis mars 2011...


À ceux qui pourraient taxer ces colonnes de défaitistes, une seule réponse : du pragmatisme, celui de savoir éviter au pays le pire, et de l’intelligence, celle de savoir résister aux chants des sirènes américaines et surtout arabes, qui voudraient nous embarquer dans des guerres intestines et livrer bataille au camp adverse sur notre sol, encore et toujours par Libanais interposés.


Et surtout ne pas prêter le flanc, céder aux vieux démons de la vengeance au risque de se laisser déborder par les salafistes et autres extrémistes. Misérable chimère...
Et l’armée dans tout ceci ? Une troupe dont le principal réservoir, cruelle ironie, se trouve être ce Akkar tellement pauvre et tellement oublié ; une armée ballottée, comme dans un mauvais remake, entre des seigneurs de guerre encore omniprésents et des politiciens aux ordres qui lui imposent, avant quelle n’intervienne pour restaurer l’ordre public, cette notion idiote et criminelle de « sécurité à l’amiable ». Exactement de quoi démotiver la troupe et la décrédibiliser.
Faudrait-il souffrir d’autant d’amnésie profonde et totale pour oublier à ce point sa propre histoire ? Ramassons tous un moment nos billes, prenons le temps de réfléchir et surtout de fouiller minutieusement nos mémoires. Réveillons-nous donc de cet alzheimer collectif et souvenons-nous de l’irréparable : c’est quand l’armée a été chassée du Sud, par les Palestiniens d’abord puis par le Hezbollah, que des guerres y ont éclaté, et c’est depuis qu’elle y est revenue, grâce à la communauté internationale il faut le reconnaître, qu’une relative mais salutaire stabilité a repointé son nez.
Ce triste rappel de catastrophes répétées, qui ont déjà à moitié détruit le Liban et hypothéqué son avenir pour des décennies, suffira-t-il à réfréner l’ardeur guerrière de nos compatriotes à Tripoli et au Akkar, et bientôt à grande échelle à Beyrouth ? Rien n’est moins sûr.
Si tel est malheureusement le cas comme d’habitude, irrémédiablement maudit est donc ce pays et ses pauvres habitants.
Jusqu’à la fin des temps ?

--------------

P.-S. Une bouteille à la mer, lancée de manière désabusée, complètement naïve et sans illusion aucune, à l’adresse du Hezbollah et de ses acolytes, qu’ils soient présidentiables comme le député-général Michel Aoun, simples boutiquiers comme Berjaoui, ou même hommes de main chez les idéologues du PSNS.
À travers notre histoire libanaise contemporaine, chacune des principales confessions libanaises a essayé vainement, par la force des armes, d’imposer son diktat à ses autres compatriotes. Les sunnites et les druzes s’y sont dramatiquement cassé les dents, malgré l’appoint des Palestiniens surarmés. Les chrétiens ont également fait chou blanc (ou plutôt rouge sang), en dépit de la toute-puissance de l’armée israélienne « amie » de l’époque.
Serait-il tellement honteux d’en prendre de la graine, de penser Liban d’abord (ce label n’est pas une exclusivité haririenne) et se défaire de l’axe syro-iranien pour le bien de tous ? Y a-t-il une seule vérité divine ? Le pouvoir absolu mériterait-il tellement de sang et de souffrances ?
Question de civilisation sans doute !

 

A.C.

À la une

Retour à la page "Bloc-Notes"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Andrea Zeitounian

On ne peut pas demander aux gens de donner ce qu'ils n'ont pas, et, malheureusement, nos politiciens n'ayant ni jugeotte, ni grandeur d'âme, (savent-ils seulement ce que cela veut dire? ), ni assez de logique pour prévenir le pays d'un autre désastre, et le peuple suivant aveuglément leur leader comme un troupeau de panurge, comment leur demander alors de réagir positivement ?

Et surtout, surtout, surtout, aucun des politiciens actuellement au pouvoir n'aimant le Liban pour le sauver et le voir grandir, hélas ! car seul l'Amour peut faire des miracles !
Mais rêvons toujours, c'est gratuit et ça fait du bien !
Isabelle J.

Pierre Hadjigeorgiou

Votre analyse est sans appel et votre appel est émouvant, mais le malheur est que vous prêcher dans le désert pour la simple raison que votre prêche est adressé a toutes les parties qui, pour des raisons théologiques et dogmatiques, ne reconnaissent pas le Liban comme état souverain et indépendant. La est toute la problématique qui va totalement a l'encontre de la raison d’être du Liban. Sans vouloir être un oiseau de mauvaise augure, je me veux avant tout d’être pragmatique. Il n'y a plus de solution au Liban sans une guerre totale et finale qui déterminera une fois pour toute qui dirigera ce pays a moins que Saint Charbel, les anges et tous les saints n'illuminent Hassan Nasrallah et ses sbires pour sauver ce qui reste encore du pays. Il ne nous reste donc plus que la prière pour encore influer sur le cour des évènements.

Halim Abou Chacra

Oui, il n'y a pas d'espoir, comme le dit M Salim Kamel. Et maudits soient les chefs politiques qui en sont responsables et non le Liban, comme le dit M Joseph Akkaoui. ILs auront leur "récompense", si ce n'est pas dans ce monde, dans l'autre. Peut-être même dans les deux. J'en suis sûr.

Jean Habib Salloum

Vous avez tapé dans le mille de dire que toutes les communautés chacune à son tour ont voulu dominer les autres par les armes.A quan une seule communauté nationale libanaise basée sur le dialogue et la vie en commun?L'Orient le jour est un précurseur éclairé et un pourfendeur de la bêtise publique ,comme toujours

Joseph Akkaoui

Maudits soient plutot ces chefs de guerre et cette classe politique qui nous mènent à notre perte.Ignorant les expériences de l'Histoire ils trompent le bon peuple pour consolider leur leadership et leur fortune...Continuez à les démasquer le peuple vous remerciera

Antoine-Serge KARAMAOUN

Leur dabbkée se poursuit avec des aveugles et des paralytiques, des "bossfàRiens" agitant leur sceptre d’orangerie et des rafales de baffes et de nasardes noircies ! L’intolérable brûle la joue des Sains et vient de ce fameux déni de démocratie dénoncé à l’envi choisi par l’Agresseur "Malsain" Aigri, puisqu’une timide ouverture paraissait se faire jour suite à la débâcle de leur "frérot Assadique". Car, comment ne pas se rendre compte qu’en ces heures traumatisantes, les Sains Libanais, toutes tendances confondues, supportent mal ces "8 Malsains" et leurs simagrées ! Comme celles de celui qui, à l’évidence, est obsédé par son idée courte et fixe de Gouverner par une "Marotte" de ses meilleurs ennemis expurgée, et qui va jusqu’à l’impression donner du pire jouer sous couleur orangée, jaunie ou noircie kifkif, pour ménager à tout prix l’avenir de son toussotant "courant et de son dieu de Parti ?" ! Qu’il soit permis aux Libanais de préférer Hariri, grave mais mesuré, qui propose une méthode de base pour une réaction Saine coordonnée, à "ces 8 Malsains" comparée, qui croient bon d’une ahurissante gesticulation vociférante les gratifier, soucieux qu’ils sont de les terroriser ! Ce qui n’est pour eux, que l’expression de la vigueur de "l'identité" de leur Pathétique "fakihisme" et de leur énervement "BossfàRien éructant", qui ne sont pas synonymes de "victoire ?" ni orangée ni divine ! Ya hassérté.

Sabbagha A. Nazira

Un Pays maudit ou il nous faut un schtroumpf qui pénètre dans la fournaise des entrailles du dragon, armé du bâton magique donné par Homnibus, et ou le dragon désormais ne crachera plus que de l’eau . Ainsi nous peuple en petits schtroumpfs seront sauvés. Allez oublions la vengeance , cherchons notre Schtroumpf.



Nazira.A.Sabbagha

Houri Ziad

Merci pour cette analyse juste et precise. Par contre il ne faut pas oublier que notre societe corrompue est la consecration d'une inacceptable injustice...elle accepte l'inegalite des conditions comme une consequence inevitable de l'inegalite des cultures...
Malheureusement nos cyniques politiciens n'evoquent jamais ce probleme et ne menent qu'une politique de mensonge et de ruse..
Merci encore

SAKR LEBNAN

Prière lire : les grandes puissances. Et, mettre le pays à feu et à sang. Merci.

Nadine N

Quel triste épilogue de tant d'espoirs et de souffrances.
Est-ce là, l'avenir que l'on souhaite pour notre Liban?
Petits ou grands, faibles ou forts, modérés ou radicaux, conservateurs ou républicains, anarchistes ou subversifs, hommes ou femmes, jeunes ou vieux ; tous connaissent la « chanson », pour l’avoir vécue en direct ou du moins entendue et ce depuis plusieurs décennies.
Les décideurs nous manipulent pour leurs propres intérêts, au gré de leur changement d’humeur et de politiques comme une girouette au fort de la tempête.
Quant au citoyen, il ne lui reste plus qu’à parler, parler! en espérant qu’il en restera bien quelque chose !!!

Hamed Adel

" Penser le Liban d'abord "!
Vous avez mille fois raison ! Je supplie les " moins de 40 ans"
de se libérer de toutes ces tutelles qui utilisent les différentes
énergies libanaises pour leurs intérêts personnels et pour
s'annexer le Liban .
La Démocratie et la Justice sont un début pour construire un pays où couleraient le miel , le lait , la liberté et
tout le reste , agréablement .
Mourrai-je sans avoir goûté à ces délices républicains ?
Je le crains , hélas !

Michele Aoun

Le ton est passionne et le style excellent. Malheureusement, la passion ne rend pas objectif...

SAKR LEBNAN

Libanais ne tombez pas dans le pière. Tous les comploteurs, et en tête les grandes puissance et le voisin du Sud, rêvent de vous entraîner et d'entraîner le Hezb dans une guerre civile destructrice pour, pensent-ils, intervenir et lui porter le coup de grâce. De ça il s'agit malheureusement, quitte à mettre le pays en feu et en sang. Les Libanais, de quelle appartenance qu'ils soient, ne devraient point s'y laisser aller dans le piège. Ce serait la destruction du Pays.
Avec le Hezb, si de bonne volonté, les Libanais, de bonne volonté, ont toujours l'espoir de s'entendre un jour, fut-il tard ce jour. Mieux vaut une ENTENTE tardive que des destructions ACTUELLES. NE TOMBEZ PAS DANS LE PIEGE !

Tayyah Alain

c'est un effrayant face à face et c'est la haine qui manie le peuple.Il faut plus qu'un seul miracle pour sortir le liban de ce pétrin qui rique de ramener la guerre civile.Dieu vienne en aide aux journalistes d'un rare courage de l'orient le jour dans votre mission respectable .Merci

Celine Sahyoun

Toujours aussi brillant mon cher Abdo.Peut être tu devrais penser à être moins désabusé et nous faire le plaisir décrire davantage de tes bienvenus bloc notes.
Je t'embrasse et à un de ces jours à Paris
Céline

Afif Hamouche

article courageux de s'attaquer justement à tous ces politicards qui ne pensent q'a leur carriere et au pouvoir aux dépens de tout un peuple qu'il mène sans sourciller à l'abattoir Honni soit ceux qui se servent de nous et qui flattent nos mauvais instincts au profit de leur puissance bravo à l'auteur et à ll'Orient Le jour notre soutien indefectible
Harmouche Afif

Berbéri Antoine

Abdo Chakhtoura,alias Arnaud de la Batelière,le preux chevalier sans peur et sans reproche a de nouveau frappé et de manière magistrale.toujours aussi brilllant mais de plus en plus rare.
A bientot Antoine

afeiche samir

Tous des pourris,voilà ou ils ont mene le Liban.Au gouffre et à la pauvrete et a la guerre.Bravo de denoncer ces faux prophetes qui parlent à tort en notre noms.A la trappe de l'Histoire,la mauvaise.

Charles Merhej

Bloc note trés bien enlevé.Justesse de l'analyse et du style.Et une conclusion qui est loin d'être réjouissante mais malheureusement vraie.Bonne continuation dans votre mission necessaire

lise tannoury

Bravo monsieu Chaktoura pour cette acuité politique et cette justice dans la répartition des responsabiltés.Il ne faut jamais arreter de dénoncer les failles de ce systeme libanais pourri

Micheline Khabbaz

Malheureusement vous avez raison et c'est d'un triste pour notre pays qui a été la Suissse du Moyen Orient et le flambeau de la renaissance arabe à un moment de son histoire.

Kreidy emile

excellente autopsie d'un pays à la dérive.Quel gachis.
E.K

Salim Kamel

Un constat clair et terrible de la tragique situation du Liban.Abdo Chakhtoura analyse avec finesse la crise libanaise depuis une tentaiine d'années.mais il ny a pas d'espoir
Kamel Salim

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!