Liban

Füle soulèvera à Beyrouth le dossier des projets bloqués par le Parlement

Dans les coulisses de la diplomatie
27/10/2011
Attendu aujourd’hui à Beyrouth pour une visite officielle de deux jours, le commissaire européen pour l’Élargissement et la Politique européenne de voisinage, Stefan Füle, n’est pas porteur d’une mise en garde européenne au Liban, s’il ne s’acquitte pas de sa part au financement du tribunal international qui doit juger les assassins de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, a-t-on assuré de source diplomatique européenne.
L’UE, souligne la source en question, n’envisage pas pour le moment de sanctionner Beyrouth, en cas de défaut de paiement, même si elle insiste pour que l’État honore ses engagements financiers dans leur totalité. Rappelons qu’au cours du point de presse qu’elle avait tenu mardi pour annoncer la visite de M. Füle, la chef de la Délégation européenne, Angelina Eichorst, avait affirmé : « Sans détour, nous estimons que le gouvernement doit maintenir le financement du TSL. »
Selon la même source, le principal objectif de la visite de M. Füle est de discuter avec les dirigeants libanais des réformes envisagées ainsi que du sort des projets approuvés sous le mandat du gouvernement de M. Fouad Siniora, mais que le Parlement n’a toujours pas votés, dans la mesure où le chef du législatif, Nabih Berry, considère qu’ils avaient été adoptés, à l’époque, par un gouvernement illégitime.
M. Füle doit dans le même temps informer ses interlocuteurs du fait que le Commissariat européen pour l’Élargissement et la Politique européenne de voisinage a prévu la somme de 65 millions d’euros à répartir entre les pays arabes méditerranéens. Le Liban en fait bien entendu partie, mais à condition de présenter des projets que l’UE pourrait financer. Pour l’an prochain, c’est la somme de 365 millions d’euros qui est prévue pour financer des projets de développement dans les pays arabes du bassin méditerranéen.
Le responsable européen, selon la source précitée, insistera à Beyrouth sur la nécessité de trouver une solution aux projets bloqués à la Chambre. Il compte également plaider en faveur de l’adhésion du Liban à l’Organisation internationale du commerce et s’enquérir des priorités établies par le gouvernement pour ce qui a trait à son programme d’action en 2012.
De même source, on a mis l’accent sur le fait que le Liban ne devrait pas rater cette occasion qui lui est offerte, rappelant que M. Füle voulait visiter le pays après avoir pris en charge ses nouvelles fonctions, mais cette visite a été sans cesse ajournée, pour des raisons soit liées à la situation au Liban (avec la démission du gouvernement), soit à son calendrier de travail.
Même si l’objectif principal de la visite est d’ordre technique, il n’en demeure pas moins que le commissaire européen abordera avec ses interlocuteurs libanais la situation locale, les bouleversements régionaux, ainsi que les incursions syriennes en territoire libanais et le dossier du Tribunal spécial pour le Liban.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Une semaine décisive pour le gouvernement

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants