Liban

Le TSL, c’est l’alpha et l’oméga du conflit libanais

Le commentaire
27/08/2011
L’affaire de l’électricité a tout l’air d’emprunter la même voie que le dossier dit des faux témoins, sous Saad Hariri. Les résultats pourraient-ils être différents ? On devrait le savoir le 7.
En réalité, la dernière volée de l’interminable crise libanaise à épisodes a commencé avec le TSL et devrait ne se terminer qu’avec lui. Quand Siniora avait voulu étudier le projet de statut du tribunal, pour approbation en Conseil des ministres, les députés chiites avaient claqué la porte de son cabinet. Sous prétexte que l’on ne tenait pas compte de leur demande de report aux fins d’observations et d’objections.
À la suite de quoi, les prosyriens avaient qualifié le gouvernement d’anticonstitutionnel car il n’assurait plus les impératifs de la coexistence via la participation de toutes les communautés. Et les portes de la Chambre, dont le président Nabih Berry détenait les clés, avaient été fermées devant le cabinet qui, cependant, refusait de partir.
Résultat pratique des courses : une paralysie accentuée. Et par suite des litiges récurrents, encore à ce jour, sur la légitimité, donc la légalité et la validité, des décrets édictés à l’époque par le gouvernement Siniora et que la Chambre avait ignorés.
Quand l’enquête sur l’assassinat du président Rafic Hariri a commencé à enregistrer des progrès marquants, relatifs à l’implication d’éléments du Hezbollah, le 8 Mars avait donc soulevé le dossier dit des faux témoins. En prétendant que c’était le nucleus, le cœur même, de toute l’affaire. Et qu’il fallait donc en débattre en priorité absolue au sein du Conseil des ministres. Pour une saisine de la Cour de justice, instance suprême, sans appel, qui ne connaît que des atteintes à la sûreté de l’État ou des crimes de haute trahison. Alors que, normalement, les fausses dépositions ou les faux témoignages relèvent, au pénal, des assises, voire même de la correctionnelle. Sans compter qu’il faut encore établir, et prouver, qu’il y a bien eu de faux témoignages. Ce qu’en pratique seul le TSL, que le Hezb renie, peut faire.
Éminent juriste par excellence, le ministre de la Justice de l’époque, Ibrahim Najjar, avait rendu un avis circonstancié confirmant que le dossier dit des faux témoins était de la compétence des tribunaux ordinaires, et non pas de la Cour de justice. Mais les ministres du 8 Mars n’en avaient eu cure et avaient continué à bouder, donc à torpiller, les séances du Conseil des ministres.
Puis il y a eu le fiasco de la médiation syro-saoudienne baptisée S-S. Et, après le refus de Saad Hariri de fermer les yeux au sujet de la quête de la vérité, Damas a prié les ministres chiites de consommer le divorce pour de bon en officialisant leur démission du cabinet. Pour mieux marquer le coup, ce geste avait été accompli au moment même où Hariri était reçu par Obama à Washington.
Avec le concours inattendu du ministre-roi, Adnane Sayyed Hassan, centriste présumé censé relever du quota dévolu au chef de l’État, mais qui a décidé de rendre lui aussi son tablier, le nombre de partants avait atteint les 11 sur 33. Juste ce qu’il fallait pour que le gouvernement fût automatiquement considéré comme démissionnaire.
Des points supplémentaires ont été enregistrés par le 8 Mars du fait que, prenant les devants sans attendre le communiqué officiel d’usage, le général Michel Aoun avait annoncé la démission du cabinet à partir de sa résidence de Rabieh.
Son gendre, Bassil, avait donné lecture, le 12 janvier 2011, d’une note remerciant le roi Abdallah d’Arabie saoudite et le président Assad de Syrie pour les efforts qu’ils avaient déployés en vue de surmonter la crise découlant de la question du TSL. Il regrettait l’occasion perdue, ajoutant qu’il y avait eu torpillage délibéré. Et, pour le moins, selon ses termes, « soumission de l’autre partie aux pressions extérieures, notamment américaines ». Pour conclure que la démission avait pour but d’ouvrir la voie à la mise en place d’un nouveau gouvernement qui pourrait assumer valablement la responsabilité nationale.
Bis repetita ? La question se pose aujourd’hui au sujet du cabinet Mikati. Car jusqu’à présent, le scénario du litige sur le plan électrique est identique à celui du dossier des faux témoins. Et, encore une fois, il ne s’agirait au fond que d’un prétexte, l’objectif principal restant de neutraliser le TSL.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

CHAMSSEDINE Hassan

- - - - - - Chers Amis , sachez qu'au Liban où "gma" naquit et vécu .. Si tu vois ce que je veux dire ( pays des merveilles ) n'est-ce pas ! Il n' y aura jamais une majorité et encore moins , une minorité , pour la simple raison que nous sommes des tribus divisés communautairement , et cette division s'est accrue et accentuée , avec les accords de DOHA qui lui ont donnée toute sa noblesse, et toutes ses lettres de créances officielles .. , elle fait partie de notre Coutume et malheureusement , elles est aujourd'hui ancrée dans la tête et l'esprit de notre jeunesse , chose qui n'existait pas , avant ces accords de DOHA de dupes . Si on revient a l'article , je le dis en toute modestie que c'est un Très BEL Article, qu'il a Raison en évoquant continuellement le TRIBUNAL et cela depuis plus de 5 ans CAR à partir de Maintenant Plusieurs Arrestations Seront effectuées et même Avec Plusieurs Accusations solides et convaincantes et Avec TOUS les Moyens nécessaires qu'il FAUDRA ! La chose la Plus Importante dans cet épée de Damoclès sur "leurs têtes" aux ASSASSINS , sont les pièces maitresses qui les Rendront Caducs a Ceux-là dont certains s'accrochent encore pour pouvoir Rester au pouvoir en éliminant au passage avec l'aide de "ce Machin de Dictature" qu'ils Aiment, leurs Opposants Honorables à leurs projets, qui ont appauvris et rendu ces "pros assadistes" tributaires ingérables et si dépendants de ce "petit dictateur" !

GEDEON Christian

André....les "faux témoins",n'ont aucun rôle dans l'acte d'accusation,et tu le sais.En plus,pour être qualifiés de faux témoins ,il faudrait qu'ils soient jugés....et ....changement de majorité ou pas,toujours pas l'ombre du début d'une plainteb à l'horizon,André!Bizzare,non?Pour ce qui est de Taëf,tu connais mon point de vue,inutile d'y revenir.

JABBOUR André

- - Cher Christian , sache qu'au Liban où Alice naquit et vécu .. Si tu vois ce que je veux dire ( pays des merveilles ) n'est-ce pas ! Il n' y aura jamais une majorité et encore moins , une minorité , pour la simple raison que nous sommes des tribus divisés communautairement , et cette division s'est accrue et accentuée , avec les accords de Taef qui lui ont donnée toute sa noblesse, et toutes ses lettres de créances officielles .. , elle fait partie de notre constitution et malheureusement , elles est aujourd'hui ancrée dans la tête et l'esprit de notre jeunesse , chose qui n'existait pas , avant ces accords de dupes . Si on revient a l'article , je le dis en toute modestie que c'est du deja LU , qu'il tourne en rond en évoquant continuellement le TSL et cela depuis plus de 5 ans , sans qu'une seule arrestation ne soit effectuée a ce jour ou même une seule accusation solide et convaincante , avec d'aussi grands moyens utilisés et dépensé , au frais du contribuable et de la princesse . La seule chose sérieuse dans cet épouvantail et épée de Damoclès , sont les faux témoins qui sont leurs pièces maitresses et qui l'ont en même temps rendu risible et Caduc a ce Tribunal , dont certains s'accrochent encore pour pouvoir revenir au pouvoir en éliminant au passage avec l'aide de ce machin , les opposants a leurs projets qui ont appauvris et rendu notre pays tributaire ingérable et si endetté .

GEDEON Christian

Comparaison n'est pas forcément raison.Et le blocage n'est pas de même nature puisque ,jusqu'à nouvel ordre le gouvernement est issu de la seule majorité,et que l'acte de décès de cette "majorité" n'a pas encore été publié.A moins qu'on ne considère que le CPL soit devenu la minorité de la majorité...Il faut quand même répeter que c'est bien la "majorité" qui a refusé son aval à ce plan,l'opposition étant minoritaire.C'est une évidence purement mathématique.Mais la mathématique politique libanaise est tellement curieuse ,n'est ce pas,qu'elle reproche à la minorité de ne pas avoir pris le rôle de la majorité actuelle.C'est que voyez vous messieurs de l'actuelle majorité,l'ancienne majorité avait bien des défauts,mais au moins elle savait distinguer une majorité d'une minorité.C'est Ubu,cette histoire,non?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les dessous de la parenthèse Mohammad Safadi

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

UKAid veut augmenter ses aides aux PME libanaises

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants