Nos Lecteurs ont la Parole

Antisémitisme et antisionisme : les confusions et tabous de l’Occident

Par Pierre PICCININ
OLJ
01/10/2010
Peut-on parler ouvertement du sionisme en Belgique, en France, en Allemagne ?... Il semblerait que non, pas plus que des travers de la politique menée en Palestine par l'État d'Israël, pas du moins sans que ses inconditionnels ne vous renvoient la Shoah en pleine figure et ne vous stigmatise comme antisémite.
Antisémite ? C'est le mot magique, celui qui fait peur, celui qui fait taire ceux qui voudraient produire, ouvertement, une analyse claire et précise de la politique expansionniste entreprise par Israël depuis 1948 et systématiquement mise en œuvre, avec l'annexion de la majeure partie des terres palestiniennes, et, après la guerre de juin 1967, de la Cisjordanie et du Golan syrien.
Une politique antérieure, même, à l'indépendance d'Israël, intrinsèque au mouvement créé à la fin du XIXe siècle par Théodore Herzl, le théoricien de l'État juif, et qui a connu son point d'orgue, aux origines de l'État hébreux, avec le massacre des habitants du village palestinien de Deir Yassine, un massacre destiné à effrayer et chasser les populations arabes de Palestine et à « libérer » ainsi les terres pour l'immigration juive.
Et une politique qui se poursuit aujourd'hui encore, par l'étouffement économique des enclaves palestiniennes, régulièrement bouclées par les forces armées israéliennes, et les bombardements fréquents, visant même les écoles, hôpitaux et centres de l'ONU et de la Croix-Rouge, et qui ajoutent l'insécurité permanente à la ruine des populations palestiniennes, lesquelles tentent dès lors de trouver des conditions de vie plus acceptables en émigrant vers l'Égypte, la Jordanie, les États de la péninsule Arabique...
Que pourrait donc bien attendre, en effet, un père de famille, quand il ne peut ni travailler pour nourrir les siens ni assurer la protection de ses enfants ?
Autre point d'orgue : les effroyables bombardements sur Gaza, en décembre 2008.
Cette politique, c'est le « sionisme ».
Il ne laisse aucune chance aux négociations de paix, relancées épisodiquement entre Israéliens et Palestiniens, au gré des aléas et de l'agenda de tel ou tel président des États-Unis.
Aucune chance car, s'il est tenu par les pressions de la communauté internationale de faire bonne figure et de s'asseoir à la table des négociations, le gouvernement israélien, qui poursuit sa politique d'expansion vers le « Grand Israël », n'a bien évidemment aucune intention d'aboutir à la création d'un État palestinien et se ménage toujours une bonne raison pour faire capoter le processus de paix.
Le fait de parler du sionisme, de cette politique-là, dérange les inconditionnels d'Israël, car cela ne met pas cet État à son meilleur avantage.
Le fait de s'opposer à cette politique-là, c'est de
« l'antisionisme ».
C'est pour cette raison que les milieux sionistes tentent de plus en plus, leitmotiv du moment, de créer l'amalgame entre « antisionisme » et « antisémitisme » et de provoquer la confusion dans les esprits.
L'antisionisme ne saurait cependant être confondu avec l'antisémitisme, qui procède quant à lui d'une attitude raciste, qui ne repose sur aucun fondement scientifique ou historique et relève donc d'un comportement bête et méchant, entretenu par l'ignorance.
Après plus de soixante ans d'occupation israélienne en Palestine, ne serait-il pas temps de briser la loi du silence et de pouvoir parler ouvertement, sans prendre le risque d'être assimilé au racisme et à l'extrême droite ? Sans prendre le risque de subir les pressions, de la part des sionistes, mais aussi de la part de ceux qui en ont peur et qui, pour leur plaire, cèdent à leurs instances ?
Ne serait-il pas temps de pouvoir dénoncer le sionisme et, enfin, de mettre à bas ce grand tabou ?

Pierre PICCININ
Professeur d'histoire et de sciences politiques (École européenne de Bruxelles I)
Maître de stages - Histoire (Université libre de Bruxelles)


À la une

Retour à la page "Nos Lecteurs ont la Parole"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué