Rechercher
Rechercher

À nos lecteurs - L’édito

2024 : « L’Orient-Le Jour » fête son centenaire... et se prépare pour l’avenir

2024 : « L’Orient-Le Jour » fête son centenaire... et se prépare pour l’avenir

Chères lectrices, chers lecteurs,

Cette année est, comme vous le savez déjà, l’année de notre centenaire. Il n’arrive pas tous les jours qu’un journal fête un tel anniversaire, surtout dans un pays et une région tourmentés comme les nôtres. Malgré les guerres, malgré les bouleversements politiques, malgré les affres des crises économiques, nous sommes demeurés, nous avons persévéré et avons surtout gardé notre indépendance. L’Orient-Le Jour est de ce fait le témoin d’un siècle particulièrement riche et mouvementé, depuis la naissance du Liban, pratiquement au même moment, en 1920, jusqu’à aujourd’hui où notre pays se débat et lutte, encore et toujours, face au tumulte régional. Si la célébration de notre centenaire est l’occasion de nous pencher sur notre passé dans ses plus beaux moments, elle offre donc également l’occasion de regarder le futur. Et c’est de cet avenir que nous voulons vous parler aujourd’hui, en faisant comme chaque année le bilan de notre activité.

« L’Orient-Le Jour », un média numérique à part entière

C’est un fait, L’Orient-Le Jour est entré de plain-pied dans l’ère du numérique. En développant tout d’abord un service vidéo en bonne et due forme, qui publie aujourd’hui plusieurs dizaines de contenus par mois : des reportages de terrain, des décryptages, des interventions de journalistes, ainsi que des interviews, comme celle de l’ex-Premier ministre français Dominique de Villepin, ou encore celle de Ghassan et Léa Salamé, publiée récemment dans le cadre d’un podcast pour les cent ans de notre journal. En développant ensuite une présence forte sur l’ensemble des réseaux sociaux, où L’Orient-Le Jour et son confrère anglophone L’Orient Today sont actifs sur 6 plateformes et 12 comptes différents (un pour chaque langue). Et enfin, et surtout, en faisant passer l’ensemble de notre rédaction dans le temps réel du numérique, puisque nous publions l’information (infos, analyses, décryptages, interviews) aussi bien dans le format écrit que vidéo, en continu tout le long de la journée, tout en assurant en parallèle une veille permanente sur les sujets d’actualité « chaude ».

Lors du grand tremblement de terre qui a secoué la Turquie et la Syrie en février 2023, et qui a été fortement ressenti au Liban, nous avons ainsi dépêché immédiatement une équipe de journalistes sur place pour faire des reportages, rédiger des articles et recueillir des vidéos montrant l’ampleur de la catastrophe. De même, nous maintenons une couverture continuelle sur la situation à Gaza et au Liban-Sud (et ses répercussions en mer Rouge, au Yémen et ailleurs), à travers une section « live » dédiée spécifiquement à ces événements, ouverte sur notre site depuis le 7 octobre 2023 et qui est mise à jour en permanence. Ainsi, L’Orient-Le Jour n’est plus uniquement un journal, mais est devenu aujourd’hui un média à part entière, avec une variété de formats. Le site est de ce fait en évolution continuelle, permettant à chacun de venir y trouver tout le long de la journée de nouvelles informations, des analyses et des articles dans toutes les rubriques. Ces changements n’auraient pas pu être possibles sans les efforts constants des journalistes et de la rédaction, pour mener à bien notre transition numérique et entrer pleinement dans le temps du web et de la publication en temps réel.

Le défi d’un modèle économique nouveau

Pour autant, les difficultés n’ont pas épargné le journal. Certaines d’entre elles sont communes à tous les médias du monde, comme la chute des recettes publicitaires due à la transformation de ce marché, ou encore la concurrence des géants du numérique (moteurs de recherche, réseaux sociaux). Les utilisateurs des moteurs de recherche ou des réseaux sociaux (qui sont également nos lecteurs) pourraient donc être tentés de venir chercher directement l’information sur ces canaux, ou sur les agrégateurs de nouvelles (newsfeeds), constituant ainsi pour les médias « classiques » une concurrence non négligeable.

Certains ont même été jusqu’à poser ouvertement cette question : les journaux, les médias « classiques » sont-ils encore nécessaires aujourd’hui ?

S’il est bien entendu difficile de parler de soi-même, notre réponse est pourtant claire : nous croyons fortement dans la nécessité des médias, et en particulier des médias indépendants. À la fois pour leur capacité à fournir une information crédible (a contrario des « fake news » qui pullulent sur le web), pour leur aptitude à proposer une analyse de qualité (sans superficialité ni a priori tendancieuse ou politisée), ainsi que pour leur contenu original et différencié, que le lecteur ne peut trouver ailleurs (des interviews exclusives, des enquêtes et des investigations de fond sur des sujets sensibles, des opinions et contributions par des experts, des contenus culturels, des reportages de qualité sur le patrimoine, en particulier libanais, dans ses expressions, artistiques, historiques, architecturales, culinaires…). Tandis que les médias indépendants demeurent également indispensables pour incarner la diversité et la richesse des points de vue, éléments essentiels à la démocratie.

D’autres difficultés sont, elles, directement liées aux conséquences de l’effondrement économique de 2019, qui a frappé de plein fouet l’ensemble du secteur médiatique libanais. La conséquence pour L’Orient-Le Jour a été de nous forcer à nous réinventer totalement, et à poser les bases d’un modèle économique nouveau. Si le journal papier demeure plus que jamais là et qu’il est toujours rentable (tout en constituant pour nous un symbole et un porte-drapeau irremplaçable), le développement futur passe ainsi par une diversification des revenus, notamment les abonnements numériques, pilier de la croissance, mais aussi les partenariats avec le secteur privé ou institutionnel.

La diaspora, plus que jamais présente

La diaspora demeure également un pilier central de notre développement. Elle constitue aujourd’hui 80 % du lectorat numérique de L’Orient-Le Jour et de L’Orient Today, tout en comptant pour 50 % environ des abonnements numériques totaux. Il existe un potentiel important de développement au sein de la diaspora, laquelle s’intéresse beaucoup au Liban et souhaite maintenir le lien avec ce pays, comme le montrent bien les chiffres de l’audience. Nous œuvrons ainsi pour poursuivre l’expansion du journal, en publiant un contenu diversifié, et en multipliant notamment les contenus « explainers », tant écrits que multimédias, qui donnent une vision claire et synthétique, permettant aux lecteurs, en particulier ceux de la diaspora, de se faire rapidement une idée des enjeux. Cela sans oublier nos lecteurs basés au Liban, qui nous lisent en format numérique comme en format papier.

« L’Orient Today » poursuit son développement

L’anglais constitue également l’une des dimensions-clés de notre développement, au Liban comme en diaspora. C’est pourquoi nous avons développé depuis 2020 L’Orient Today, qui incarne à la fois la présence de L’Orient-Le Jour dans le monde anglophone, tout en conservant sa propre personnalité ainsi que son public spécifique. Il poursuit son développement, tout en faisant face à une forte concurrence de la part de médias moyen-orientaux et internationaux, qui disposent souvent de moyens importants. L’Orient Today a cependant un atout et une spécificité : ceux d’incarner une voix libanaise, indépendante, crédible, anglophone, qui fournit un contenu de qualité, aussi bien écrit que multimédia, à destination de tous les publics, en particulier les jeunes. Notre média veut constituer pour son public une valeur sûre ; c’est là son ADN. Il poursuit ainsi son développement, avec une base d’abonnés solide et un lectorat en expansion. Chaque événement ou actualité notable au Liban ou dans la région engendrant de fait une véritable explosion de son audience.

La foi dans l’avenir

Le Liban et le Proche-Orient traversent aujourd’hui une phase très difficile, suite à la guerre à Gaza et au Liban-Sud, ainsi qu’à ses répercussions. Les Libanais en souffrent, en particulier les habitants du Sud, qui subissent jour après jour des pertes humaines et matérielles. Tandis que le reste du pays vit dans la crainte d’une détérioration des événements, avec leurs conséquences potentielles. Sans compter les retombées économiques, le Liban, qui tente désespérément de se sortir de la crise dans laquelle il s’est enfoncé en 2019, n’ayant pas besoin en sus d’une crise sécuritaire.

De fait, il est tentant devant cette situation de se laisser aller à la morosité. Pourtant nous gardons la foi dans le pays et dans l’avenir. Il le faut, en premier lieu parce que le contraire serait une démission, et ça nous ne pouvons l’accepter. Le Liban en vaut la peine, et il peut tellement donner, si nous gardons l’espoir. En tant que média, nous croyons que c’est maintenant plus que jamais le moment où il faut poursuivre la lutte. Continuer à lutter pour défendre nos valeurs, nationales et humaines, celles qui définissent ce pays. Lutter pour préparer l’avenir de notre journal, afin qu’il demeure l’un des porte-flambeaux de ce Liban auquel nous croyons plus que jamais. Et ce grâce à nos premiers soutiens, nos abonnés et nos lecteurs fidèles. Grâce à vous, qui nous lisez. Nous tenons donc aujourd’hui à vous remercier, pour votre suivi et votre fidélité.

Le comité de direction du groupe

L’Orient-Le Jour/L’Orient Today :

Nayla de Freige, PDG

Fouad Khoury Hélou, directeur exécutif

Élie Fayad, rédacteur en chef

Anthony Samrani, rédacteur en chef

Émilie Sueur, directrice du développement numérique

Nicole Karkour, directrice marketing

Chères lectrices, chers lecteurs,Cette année est, comme vous le savez déjà, l’année de notre centenaire. Il n’arrive pas tous les jours qu’un journal fête un tel anniversaire, surtout dans un pays et une région tourmentés comme les nôtres. Malgré les guerres, malgré les bouleversements politiques, malgré les affres des crises économiques, nous sommes demeurés, nous avons...
commentaires (1)

BONNE ROUTE ET EN AVANT. FELICITATIONS POUR VOS ACHEVEMENTS.

LA LIBRE EXPRESSION

13 h 04, le 18 mars 2024

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • BONNE ROUTE ET EN AVANT. FELICITATIONS POUR VOS ACHEVEMENTS.

    LA LIBRE EXPRESSION

    13 h 04, le 18 mars 2024

Retour en haut