Rechercher
Rechercher

Au fil de nos 100 ans - Édito

Une certaine idée de « L'Orient »

Quiconque y a déjà passé de (très) longues heures vous le dira : L’Orient-Le Jour ne ressemble à aucun autre journal. En y entrant, on embrasse une grande famille que l’on ne connaît pas, une histoire qui nous dépasse, une vision de la presse, du Liban et du Moyen-Orient qui nous fédère.

Cet héritage nous honore et nous oblige. Un siècle, cela a quelque chose de vertigineux. Il y a d’abord ces deux géants, Georges Naccache et Michel Chiha, qui ont respectivement posé les fondations de L’Orient et du Jour. Ils ont incarné deux projets politiques longtemps concurrentiels, mais dont la complémentarité saute aujourd’hui aux yeux.

Il y a ensuite toutes ces plumes qui ont fait la réputation du journal, parmi lesquelles : Charles Hélou, René Aggiouri, Édouard Saab, Amine Aboukhaled, Marwan Hamadé, Lucien George, Samir Frangié, Nagib Aoun, ou encore Issa Goraieb, que nous avons la chance d’avoir encore parmi nous. Et plus récemment, Michel Touma et Ziyad Makhoul.

Il y a enfin tous ces moments d’histoire, du mandat français au soulèvement d’octobre 2019, de la conquête du Hedjaz par ibn Saoud aux printemps arabes, qui ont façonné le Liban et le Moyen-Orient et donné une voix des plus singulières à notre journal.

Il est essentiel pour nous de ne pas oublier d’où l’on vient et d’où l’on écrit. C’est notre ADN. Mais il n’est pas question pour autant de sombrer dans une nostalgie passive, voire même paralysante.

Nous avons cent ans, mais nous n’avons jamais été aussi jeunes. À l’occasion de cet anniversaire, nous voulons regarder vers l’avenir et non seulement vers le passé.

Pourquoi L’Orient-Le Jour existe-t-il ? Pourquoi continue-t-il d’exister dans un pays en plein délitement, où la langue française perd chaque jour du terrain, et dans un contexte international où la presse traverse une crise sans précédent ? Voilà les questions qui nous animent au quotidien. Se définir, et déterminer par conséquent ses missions, est l’un des exercices les plus compliqués. Mais aussi les plus essentiels.

Cent ans après sa création, L’Orient-Le Jour est un média en deux langues, présent sur de multiples plateformes, et un outil indispensable pour faire vivre le lien qui unit le Liban et sa diaspora. Mais nous pensons que nous sommes aussi beaucoup plus que cela.

L’Orient-Le Jour, c’est avant tout un espace de liberté quasi unique non seulement au Liban mais dans toute la région. Cette liberté d’esprit et de ton, cette indépendance vis-à-vis de tous les bords politiques, de toutes les puissances régionales et/ou internationales n’a pas de prix. C’est notre bien le plus précieux.

Voilà un siècle que nous nous battons pour une certaine idée du Liban, du Moyen-Orient et du journalisme, et nous allons continuer de le faire. Un Liban libre, pluriel et souverain. Un Moyen-Orient démocratique, allergique à tous les fanatismes, qu’ils prennent la forme du khomeynisme, du wahhabisme, de l’islamisme des frères musulmans, du jihadisme, du baasisme, ou même du suprémacisme juif. Un journalisme de rigueur et de nuances, au service d’une vision humaniste. L’Orient-Le Jour est à ce titre l’un des derniers refuges d’un certain esprit levantin qui a quasiment disparu partout ailleurs.

Nous voulons continuer de grandir, de peser, d'influencer, d’apporter un autre regard, à vos côtés. Sans vous, L’Orient-Le Jour n’existerait pas. En route pour le bicentenaire !

Quiconque y a déjà passé de (très) longues heures vous le dira : L’Orient-Le Jour ne ressemble à aucun autre journal. En y entrant, on embrasse une grande famille que l’on ne connaît pas, une histoire qui nous dépasse, une vision de la presse, du Liban et du Moyen-Orient qui nous fédère. Cet héritage nous honore et nous oblige. Un siècle, cela a quelque chose de vertigineux....

commentaires (5)

Bravo, nous sommes là pour vous soutenir. Excellent journal, un des derniers liens de la diaspora à la libanité.

Matlock Michèle

15 h 57, le 07 mars 2024

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Bravo, nous sommes là pour vous soutenir. Excellent journal, un des derniers liens de la diaspora à la libanité.

    Matlock Michèle

    15 h 57, le 07 mars 2024

  • Je ne pose souvent la question suivante: est-ce que c'est votre racine chrétienne qui rend possible cette liberté exceptionelle que je reconnais à votre journalisme? C'est pas par hasard, j'imagine, que vos fondateurs étaient (sont) des maronites... C'est pas woke le dire?

    claudio mésoniat

    01 h 45, le 29 février 2024

  • Merci d’exister et de nous offrir un pays au clair de vos plumes

    Noha Baz

    22 h 19, le 28 février 2024

  • Je vous écris pour féliciter tous les journalistes pour l’excellent travail qu’ils ont fourni, et qui est à la hauteur de cette occasion. Je me suis régalée en lisant tous vos articles qui sont d’une richesse historique et culturelle inégalable qui me font dire que le prix « entre autre chose de la francophonie » que ce journal a obtenu n’a pas été volé. BRAVO À VOUS TOUS et espérons que ce journal fêtera son bicentenaire avec nos petits enfants. Bon vent et surtout bon courage, vous en avez grandement besoin.

    Sissi zayyat

    15 h 15, le 28 février 2024

  • Longue vie à l'Orient le Jour. Avant Internet et habitant en France j'ai trouvé une librairie qui le vendait et pendant la guerre les arrivages n'étaient pas réguliers. C'était et c'est toujours aujourd'hui mon lien avec le Liban tel que je l'ai aimé. Aujourd'hui Internet nous simplifie la vie, cela me permet tous les matins au réveil d'ouvrir le journal. Le Liban est en danger et j'espère que des des journaux comme le vôtre seront le grain de sable dans les rouages de l'arrogance de la mafia politique qui gouverne ce pays.

    Zeidan

    09 h 26, le 28 février 2024

Retour en haut