Rechercher
Rechercher

Société - Santé

La CNSS libanaise revoit une nouvelle fois à la hausse les tarifs de la dialyse

La CNSS libanaise revoit une nouvelle fois à la hausse les tarifs de la dialyse

L'entrée de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) à Beyrouth. Photo Ani

Le directeur général de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), Mohammad Karaki, a approuvé vendredi une nouvelle augmentation du tarif officiel des séances de dialyse et des honoraires des médecins.

Relevés en octobre dernier à 5 530 000 livres libanaises (LL), après l’appel des syndicats des hôpitaux privés pour que les tarifs de la dialyse remboursés par la CNSS s’alignent à 100 % sur ceux fixés par le ministère de la Santé, ces séances coûtent désormais 6 093 000 LL, tandis que les médecins touchent dorénavant 896 000 livres par consultation au lieu de 839 000 LL consenti depuis octobre.

Ces nouveaux tarifs, effectifs à partir du 8 février 2024, ont été adoptés dans l'objectif de prendre en compte la situation financière actuelle et le coût des équipements médicaux en devises dans un contexte d’effondrement de la monnaie nationale depuis 2019, qui s’échange désormais à 89 500 livres environ pour un dollar. Vendredi dernier, M. Karaki avait précisé que le calcul des montants des cotisations sociales prélevées sur les salaires payés partiellement ou totalement en dollars se fera, lui aussi, en fonction du « taux de change le plus élevé approuvé par la Banque du Liban (BDL) », à savoir « 89 500 LL pour un dollar ».

Cette décision, appliquée, elle, à partir du 1er février, concerne les cotisations devant financer les indemnités de fin de service (8,5 % payés par l’employeur à chaque salaire versé et jusqu’à ce que le nouveau système de retraite soit mis en place) ; l’assurance maladie - qui rembourse les séances de dialyse - (8 % payés par l’employeur et 3 % par l’employé, avec certains plafonds) ; et les allocations familiales (6 % payés par l’employeur, là aussi avec certains plafonds).

L'ajustement de ces taux a lieu alors que le Liban se dirige vraisemblablement vers une unification graduelle des différents taux de change prévalents sur le marché, préconisée par différentes organisations internationales, dont notamment le Fonds monétaire international (FMI).

Le directeur général de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), Mohammad Karaki, a approuvé vendredi une nouvelle augmentation du tarif officiel des séances de dialyse et des honoraires des médecins. Relevés en octobre dernier à 5 530 000 livres libanaises (LL), après l’appel des syndicats des hôpitaux privés pour que les tarifs de la dialyse remboursés par la CNSS...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut