Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Monarchie

L’étrange hospitalisation de Kate prive la royauté de son couple star

Les services du couple princier ont assuré que l'opération s'était déroulée « avec succès » et ont demandé le respect de sa vie privée, réclamant « que ses informations médicales personnelles restent confidentielles ».

L’étrange hospitalisation de Kate prive la royauté de son couple star

La princesse Kate à la Royal Naval Air Station Yeovilton à Ilchester, dans le sud-ouest de l'Angleterre, le 18 septembre 2023 . Photo AFP / Adrian DENNIS

La mystérieuse opération de la princesse Kate prive la monarchie britannique d'un de ses piliers pour plusieurs mois et laisse jeudi de nombreuses questions sans réponse, surtout à un moment où le roi et son héritier sont eux-mêmes en retrait forcé. Charles III, chef d'Etat du Royaume-Uni et de 14 autres pays, à l'agenda généralement très chargé, a dû annuler plusieurs engagements ces prochains jours avant une intervention prévue la semaine prochaine pour une hypertrophie bénigne de la prostate. Si le palais de Buckingham a insisté sur le caractère routinier de cette procédure qui touche « des milliers d'hommes chaque année », il s'agit des premiers soucis de santé rendus publics du souverain de 75 ans, couronné en mai dernier, et il va devoir se plier à « une courte période » de convalescence.

Son héritier William est également hors service : il a vidé son agenda car son épouse Kate, qui n'était plus apparue en public depuis le service religieux de Noël, a été hospitalisée mardi pour une « chirurgie abdominale ».

Des policiers montent la garde devant la London Clinic où la princesse Kate a subi une intervention chirurgicale, le 18 janvier 2024 à Londres. Photo AFP / Henry NICHOLLS )

Les services du couple princier ont assuré que l'opération s'était déroulée « avec succès » et ont demandé le respect de sa vie privée, réclamant « que ses informations médicales personnelles restent confidentielles ». La situation semble peu anodine. La princesse de Galles, qui vient de fêter ses 42 ans, doit rester 10 à 14 jours dans la London Clinic, hôpital haut de gamme du quartier huppé de Marylebone où sont passés le défunt prince Philip ou le président américain John Kennedy et réputé pour ses repas préparés par des chefs et son service de réservation de spectacles.

Sa convalescence dans son domicile de Windsor, à l'ouest de Londres, durera au moins jusqu'à Pâques le 31 mars, a fait savoir le palais de Kensington. Seule information que la monarchie a laissé fuiter : il ne s'agit pas d'un cancer, laissant la place à de multiples autres hypothèses sur lesquelles spéculent les médecins interrogés par les tabloïds britanniques. En attendant, William va prendre du temps pour rester à son chevet et s'occuper de leurs trois enfants, George, 10 ans, Charlotte, 8 ans, et Louis, 5 ans.

Image de famille moderne

Si le quotidien conservateur The Telegraph y voit un signe de « modernité » pour « une institution qui est fière de placer le devoir avant tout », l'absence du couple laisse un grand vide tant il a pris une place importante dans la monarchie autrefois pléthorique et qui s'est resserrée ces dernières années au fil des crises. Harry, le frère cadet de William, est exilé en Californie, fâché avec la famille avec qui il règle ses comptes par interviews ou livres interposés. Et Andrew, frère de Charles, s'est mis en retrait en raison de ses liens avec le défunt financier pédocriminel Jeffrey Epstein, et après avoir dû lui-même régler par un accord financier des accusations d'agression sexuelle qu'il démentait.

Outre leur place dans la hiérarchie royale, le prince et la princesse de Galles bénéficient aussi de leur grande popularité, bien supérieure à celle du roi. Ils apportent aussi une certaine jeunesse dans une monarchie longtemps dirigée par une Elizabeth II déclinante jusqu'à sa mort en 2022, à 96 ans, et désormais par un roi septuagénaire. Ils s'efforcent d'afficher l'image d'une famille moderne, qui jongle avec les trajets à l'école, les devoirs et leur travail. Les tabloïds adulent Kate en qui ils voient une figure souriante, élégante et dévouée à la monarchie, un modèle aux antipodes de sa belle-soeur américaine Meghan Markle, mariée à Harry. Ils s'engagent sur des sujets appréciés de la jeunesse comme la santé mentale.

En l'absence de Charles, William et Kate, la monarchie est sur le terrain entre les mains des autres « royals » aux fonctions officielles: essentiellement la reine Camilla, la princesse royale Anne, discrète mais très active, et Edward, frère de Charles, ainsi que son épouse Sophie.

En cas d'incapacité du roi, deux des cinq membres de la famille au statut de conseillers d'Etat peuvent le remplacer de concert pour promulguer des lois ou nommer des juges. Mais le palais a assuré au Times que le roi recommencerait rapidement, une fois son intervention passée, à « lire et signer les papiers » de sa célèbre boîte rouge qu'il reçoit quotidiennement.

La mystérieuse opération de la princesse Kate prive la monarchie britannique d'un de ses piliers pour plusieurs mois et laisse jeudi de nombreuses questions sans réponse, surtout à un moment où le roi et son héritier sont eux-mêmes en retrait forcé. Charles III, chef d'Etat du Royaume-Uni et de 14 autres pays, à l'agenda généralement très chargé, a dû annuler plusieurs engagements...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut