Rechercher
Rechercher

Balade à Canossa


Longtemps droit dans ses pantoufles, le chef du parti des mille et une barbes donne la désagréable impression de vouloir soudain aller à Canossa. Alors quoi ? si lui le tirailleur impénitent, lui qui voulait tout casser pour libérer la Palestine, la Syrie, le Yémen, le Timor oriental et les îles Galapagos, commence maintenant à glaglater du dentier, on n’est pas sortis de l’auberge ! Et c’est bien dommage, pour un mec qui avait systématiquement une idée derrière la tête. Très loin derrière, toujours !

Au moment où l’on s’y attendait le moins, le Barbu flingueur a eu semble-t-il un éclair de lucidité. À la bonne heure ! Il lui a quand même fallu une bonne vingtaine d’années pour comprendre qu’il ne suffisait pas d’entasser une quincaillerie militaire qui vaut son pesant de caviar iranien, creuser des kilomètres de tunnels pour ses spadassins, leur installer la clim, l’eau chaude et le téléphone à fil… si c’est pour laisser en surface ses ouailles à loilpé se prendre des projectiles bariolés, et les villages alentour se transformer en parkings battus par les vents ! Crise de conscience et dilemme cornélien : ce n’est plus le couteau qu’on remue dans la plaie, mais plutôt la brosse dans la cuvette des WC.

Seulement, comme le rétropédalage officiel n’est pas son genre de beauté, l’Homo barbudens a discrètement rangé turban et index frétilleur pour ensuite charger Mikou-les-miquettes d’aller à la manœuvre en tapinois. Le Premier ministre sortant saisit aussitôt la baballe au bond et se met à buller des « petites phrases » énigmatiques par jets prostatiques, ressuscitant du coup les papotages diplomatiques et dépoussiérant dans la foulée l’armistice de 1949. Si la combine réussit, la prose guerrière du jovial Mohammad Raad et ses numéros d’héroïsme face caméra vont bien nous manquer.

Il reste qu’à toujours vouloir greffer leurs fantasmes sur la réalité et à prendre les vessies pour des lampes au xénon, les Libanais finissent par oublier le bouvier d’au-delà de la frontière sud et ses complices agités de la kippa. Pour Benjaminator, le concept appliqué à Gaza est d’une simplicité bambine : on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs, la totalité de la vaisselle, l’intégralité de la cuisine… et l’ensemble des occupants de la maison par la même occasion. Et là, Mikou aura beau gesticuler en faisant le joli cœur devant les diplomates, ce n’est pas lui qui a le doigt sur la gâchette.

Bref, l’Hébreu en chef attend son heure, et il est sacrément gonflé ! Cela fait des années que nos barbus maison se goinfrent de missiles pour étoffer leur bric-à-brac de suppositoires métalliques géants introduits en douce, pendant que lui sifflotait en regardant ailleurs… C’est cocasse soudain qu’une poignée de roquettes et quelques drones lui restent en travers de la gorge. Dans le genre faux-cul, difficile de faire mieux !

Alors, guerre totale ou simple raclée saisonnière ? Faudra sans doute attendre que le temps fasse son œuvre. Même s’il est vrai que le pire dans le pire, c’est l’attente du pire.

gabynasr@lorientlejour.com

Longtemps droit dans ses pantoufles, le chef du parti des mille et une barbes donne la désagréable impression de vouloir soudain aller à Canossa. Alors quoi ? si lui le tirailleur impénitent, lui qui voulait tout casser pour libérer la Palestine, la Syrie, le Yémen, le Timor oriental et les îles Galapagos, commence maintenant à glaglater du dentier, on n’est pas sortis de l’auberge !...
commentaires (7)

Ah que c'est joliment dit, tout ca!!! Bravo Gaby. Jamais, au grand jamais cet energumene enturbanne n'osera faire le pas qui lui coutera ainsi qu'a son fameux parti d'etre rase et elimine: Meme si on souhaite qu'il fasse ce mauvais pas fatal et qu'on en finisse!!! Mais, encore une fois, lui et ses parrains ne savent que brandir leurs milliers de "suppositoires metalliques" ha, ha, ha, sans jamais oser les utiliser> Qu'est-ce qu'ils sont vaillants et courageux, ces bavards impenitents et pretentieux agents a la solde des autes enturbannes fanatiques iraniens.

RAYMOND SAIDAH

19 h 24, le 12 janvier 2024

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Ah que c'est joliment dit, tout ca!!! Bravo Gaby. Jamais, au grand jamais cet energumene enturbanne n'osera faire le pas qui lui coutera ainsi qu'a son fameux parti d'etre rase et elimine: Meme si on souhaite qu'il fasse ce mauvais pas fatal et qu'on en finisse!!! Mais, encore une fois, lui et ses parrains ne savent que brandir leurs milliers de "suppositoires metalliques" ha, ha, ha, sans jamais oser les utiliser> Qu'est-ce qu'ils sont vaillants et courageux, ces bavards impenitents et pretentieux agents a la solde des autes enturbannes fanatiques iraniens.

    RAYMOND SAIDAH

    19 h 24, le 12 janvier 2024

  • "il est vrai que le pire dans le pire, c’est l’attente du pire." Que c'est vrai, malheureusement pour notre Patrie.

    Wlek Sanferlou

    13 h 42, le 12 janvier 2024

  • Excellent Editorial. Je vous cite "Dans le genre faux-cul, difficile de faire mieux !" Je pense que Benjaminator et ses collègues parlaient plutôt en suédois . Il a depuis changé de système d'exploitation: Benajminator parle maintenant dans le dialecte local

    Dorfler lazare

    13 h 21, le 12 janvier 2024

  • Excellentissime !! Merci Gaby tu nous régale ! Surtout ne change rien !!!

    Eva Younes

    12 h 38, le 12 janvier 2024

  • Tant que Hassouna braillait en menaçant d’utiliser ses missiles et ses quelques milliers de fantassins sans être contredit, il s’est mis à rêver de devenir le roi de la Palestine, du Liban, du Yémen et pourquoi pas de la région. Aussitôt que ses alliés-ennemis se sont rendus compte du danger de leur laxisme et ont réagi, il rase les murs et supplie pour qu’on arrête le bain de sang, non pas en empathie pour les civils, mais de peur que son tour arrive plus vite qu’il ne le croit. Jamais on ne l’a vu aussi conciliant et modéré, depuis que ses cadres tombent comme des mouches. A méditer.

    Sissi zayyat

    10 h 22, le 12 janvier 2024

  • Par intérêt bassement personnel , nos gouvernants minables ont durant des années laisser le champ libre au hezbollah. Malgré leurs déclarations actuelles, les opposants pourront difficilement changer le cours des choses. Le hezbollah s’arrangera encore une fois á faire son intérêt et celui de ses parrains aux dépends de celui du pays. Votre pessimisme est malheureusement à sa place.

    Goraieb Nada

    09 h 08, le 12 janvier 2024

  • Son concept est beaucoup plus élaboré ; il fait des omelettes en cassant des œufs durs ! Je dois avouer qu’on est dans un absurdistan, qu’on n’y comprend rien à cette histoire, si l’on oublie que le parrain perse, qui est au-delà de ses forces, ne peut pas aller très loin et s’engager sérieusement sur le front libanais… laissant en jachère miliciens et autres candidats au martyre. ""Même s’il est vrai que le pire dans le pire, c’est l’attente du pire"", est une leçon de vie à méditer tant que le pire est toujours possible…

    L’OLJ PRIVE SES LECTEURS DE LA VERSION "PDF"

    05 h 48, le 12 janvier 2024

Retour en haut