Rechercher
Rechercher

Économie - Électricité au Liban

Le secteur public doit 70 millions de dollars à EDL, l’Unrwa et le HCR n’ont pas les moyens de payer

Le taux de collecte moyen des factures d’électricité sur le territoire libanais dépasse les 80 % et est supérieur à 90 % dans plusieurs régions.

Le secteur public doit 70 millions de dollars à EDL, l’Unrwa et le HCR n’ont pas les moyens de payer

Le siège d'Electricité du Liban à Beyrouth. Partiellement détruit par l'explosion du 4 août 2020, le bâtiment n'a toujours pas été réhabilité. Photo P.H.B.

Si la récolte des factures dans le secteur privé semble être sur la bonne voie, la situation au niveau du secteur public et des réfugiés est plus compliquée. Voilà le message qu’ont fait passer mercredi le ministre sortant de l’Énergie, Walid Fayad, et le directeur général d'Électricité du Liban (EDL), Kamal Hayek, à l’issue d’une réunion du comité ministériel formé le 18 janvier, et dont l’objectif est de s’assurer de la bonne mise en œuvre du plan d’urgence, destiné à augmenter les heures d’approvisionnement en électricité fournies par EDL.

À la suite de cette réunion, le ministre a ainsi précisé que le comité « a approuvé l’application des nouveaux tarifs d’EDL, initialement prévus pour juillet, à partir (des factures) du mois de mai », ce qui réduira les frais fixes supportés par les consommateurs, indique un communiqué. « La marge des 20 % (en plus du taux Sayrafa appliqué pour calculer ces factures, ndlr) sera annulée, alors que le nouveau taux adopté sera fixé quotidiennement par la Banque du Liban (BDL) », a-t-il ajouté. Cette parité doit ensuite servir à convertir les sommes récupérées par EDL en dollars, afin de pouvoir importer son carburant et « parvenir à augmenter l’approvisionnement de 10 à 14 heures par jour », conformément à la deuxième phase du plan d’urgence.

Lire aussi

Les factures d'EDL pourront être payées en cash en livres ou en dollars

Le ministre a aussi souligné les progrès enregistrés au niveau de la collecte des factures, alors que le taux de collecte moyen sur tout le territoire dépasse les 80 % et est supérieur à 90 % dans plusieurs régions. Il était également optimiste quant aux pertes techniques et non-techniques du réseau d’EDL qui s’avèrent « inférieures à ce qui était prévu dans le plan d’urgence ». Celles-ci se situent entre 20 et 30 % dans certaines régions et atteignent 35 % dans d’autres, selon lui.

Factures non-payées

M. Hayek a évoqué, de son coté, la possibilité d'émettre des factures en dollars et en livres libanaises, ce qui « nécessite des discussions supplémentaires ». Il a aussi indiqué que « le montant qui doit être payé par les institutions et les établissements publics, entre le 1er novembre (2022) et le 30 juin (2023), s’élève à environ 70 millions de dollars » et que des discussions sont en cours pour évaluer la façon dont le ministère des Finances pourrait assurer les fonds pour les institutions qui ne sont pas en mesure de payer, et qui représentent près de « 9 millions de dollars par mois ».

Lire aussi

EDL relance les administrations et institutions publiques qui n’ont pas payé leurs factures

En parallèle, le directeur général d’EDL a indiqué que le Haut-commissariat des réfugiés (HCR) a refusé de régler les factures des réfugiés syriens au Liban comme cela était convenu dans le plan. EDL va alors commencer à émettre des factures pour les foyers qui en bénéficient. « Nous espérons que nos frères syriens seront coopératifs », a souhaité M. Hayek, pour « leur appliquer ce que nous appliquons aux Libanais ».

S’agissant des camps palestiniens, il a relevé l’incapacité de l'office des Nations unies pour les réfugiés de Palestine (Unrwa) de payer les factures d’électricité. « Nous avons demandé l’aide des services de sécurité et de l’armée (pour la collecte des paiements). La collecte à l’intérieur des camps devra être approuvée par les forces politiques car elle pourrait être reliée à la question de la naturalisation » de ces réfugiés, a-t-il conclu.

Fin septembre, la direction d’EDL avait adressé un « dernier rappel » aux administrations et institutions publiques leur demandant de régler leurs factures de courant électrique et menaçant de le couper à celles qui n’auraient pas régularisé leur situation avant le 24 octobre, ce qui n’a finalement pas eu lieu.

Si la récolte des factures dans le secteur privé semble être sur la bonne voie, la situation au niveau du secteur public et des réfugiés est plus compliquée. Voilà le message qu’ont fait passer mercredi le ministre sortant de l’Énergie, Walid Fayad, et le directeur général d'Électricité du Liban (EDL), Kamal Hayek, à l’issue d’une réunion du comité ministériel formé le 18...
commentaires (6)

En d’autres termes seul le malheureux citoyen doit payer l’ensemble des non payés

Bersuder Jean-Louis

14 h 17, le 02 novembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • En d’autres termes seul le malheureux citoyen doit payer l’ensemble des non payés

    Bersuder Jean-Louis

    14 h 17, le 02 novembre 2023

  • Si ils ne paient pas coupez leur l'electricité comme vous nous coupez a nous!!

    ..... No comment

    11 h 11, le 02 novembre 2023

  • Que MM Fayad et Hayek commencent a controler les sous-traitants indelicats et cupides qui utilisent le reseau EDL pour leurs affaires et benefices personnels , avant de nous raconter que le HCR et l'UNRWA peinent a payer leurs factures.

    Michel Trad

    22 h 15, le 01 novembre 2023

  • 4h/24h d'électricité = 1/6e du service. Donc on paie un sixième de la partie fixe de l'abonnement !!!

    Gros Gnon

    19 h 25, le 01 novembre 2023

  • Comment peut on lier la collecte de factures d’électricité avec la naturalisation des palestiniens vivant dans ses camps ? Aberrant !

    Yazbek Ronald

    18 h 43, le 01 novembre 2023

  • Quand on veut s'ériger en moraliste et, cela va de soi, en donneur de leçons on se doit de donner l'exemple. Ces deux organismes, le HCR, pour les syriens, qui refuse de payer ses factures ou l'URNWA, pour les palestiniens, dans l'impossibilité de s'acquitter de sa dette devraient subir les conséquences de ces impayés, peut être en supprimant leur accès à l'énergie, déjà au niveau de leur siège social... Ils comprendront ce qu'endurent les Libanais depuis des lustres.

    C…

    18 h 35, le 01 novembre 2023

Retour en haut