Rechercher
Rechercher

Idées - Commentaire

Diplomatie française : un « moment 1956 » ?

Diplomatie française : un « moment 1956 » ?

Photo d'illustration : À la suite du coup d'État de juillet au Niger, des manifestants ont arraché le panneau de l'ambassade de France dans la capitale, Niamey. Archives AFP

L’allocution du Président de la République française devant la conférence des Ambassadeurs, fin août, marque traditionnellement ce que l’on pourrait appeler la « rentrée diplomatique » - par analogie avec la rentrée politique ou la rentrée littéraire. Les rites de rentrée pour les diplomates comportent aussi en général un discours du chef de l’État à l’Assemblée Générale des Nations-Unies dans la seconde moitié du mois de septembre. Le président Macron a cette année dérogé à ces rites en ne se rendant pas à l’Assemblée Générale des Nations-Unies, où la délégation française était dirigée par la ministre des Affaires étrangères, Catherine Colonna. Choix discutable peut-être car l’enceinte des Nations-Unies reste la seule où l’ensemble des États est représenté sur un pied d’égalité ; contrairement aux formats « élitistes » tels que le G7 ou le G20 ou les « formats ad hoc », convoqués en fonction de thèmes particuliers.

C’est l’allocution présidentielle télévisée du 24 septembre, bien que centrée sur les questions écologiques, qui a en quelque sorte conclu cette année la rentrée diplomatique de la France. Le Président Macron a annoncé à cette occasion le rappel à Paris de l’ambassadeur de France au Niger et le retrait progressif des forces armées stationnées dans ce pays. Et cela contrairement à la détermination à résister aux autorités putschistes de Niamey qu’il avait affichée avec force devant les Ambassadeurs le 28 août. Si rentrée diplomatique il y a, il faut reconnaître qu’elle s’effectue dans des conditions difficiles pour la France, qui vient de connaître, avec « l’épidémie de putschs », pour reprendre la formule de M. Macron, une série de revers en Afrique (le Niger et le Gabon s’ajoutant cet été au Mali, à la Guinée et au Burkina-Faso). Par ailleurs, la guerre en Ukraine se prolonge, la contre-offensive ukrainienne n’étant pas parvenue jusqu’ici à obtenir de percée décisive.

La Russie marque même des points dans la partie d’échecs engagée à l’échelon international, comme on l’a vu avec l’élargissement des Brics et l’absence de consensus au G20 de New-Delhi sur une condamnation de l’agression russe . De nouveaux foyers de crise s’allument comme l’agression de l’Azerbaïdjan au Haut-Karabakh et peut-être demain de nouvelles tensions entre la Serbie et le Kosovo. Au Proche-Orient, Paris ne pèse guère dans les recompositions en cours.

Enfin, la sourde oreille opposée par les autorités marocaines aux offres de secours de la France à la suite du tremblement de terre dans la région de Marrakech témoigne de la dégradation de la relation bilatérale avec un partenaire historique.

Quelle réponse ?

Face à ce contexte d’adversité, quelle réponse esquisse le président de la République ? Si l’on s’en tient au discours aux Ambassadeurs et à l’allocution du 24 septembre, on peut retenir quatre points majeurs.

D’abord l’aggiornamento de la politique à l’égard de la Russie, formalisé notamment lors du discours de Bratislava et la position de la France au sommet de l’OTAN à Vilnius, est confirmée. « la Russie ne peut ni ne doit gagner cette guerre, parce qu’alors ce serait l’instabilité sur le sol européen, la fin de toute confiance dans les principes du droit international », a-t-il martelé. Dans la tradition française, Emmanuel Macron ne perd pas de vue la perspective d’un « après », où la Russie devra trouver sa place, mais il précise que « cela ne peut pas être un cessez-le-feu reconnaissant l’état de fait, parce que ce serait préparer la guerre de demain voire pire. C’est bien une paix durable [dont nous avons besoin], c’est-à-dire respectueuse de la souveraineté du peuple ukrainien et du droit international ». Le chef de l’État insiste beaucoup sur la nécessité d’associer à un règlement « toutes les géographies de la planète » Or les grands pays du Sud souhaitent précisément une paix rapide de compromis peu « respectueuse de la souveraineté ukrainienne ».

Le discours aux Ambassadeurs se caractérisait par ailleurs par une crispation sur le Niger, un refus net de reconnaître les autorités de fait issues du putsch et donc l’engagement d’une sorte de bras de fer avec celles-ci. Ce pari ne pouvait être gagné que si la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) mettait au pas les militaires nigériens comme elle en avait émis l’intention. Cette intention ne se matérialisant pas, Paris était contraint de corriger le tir, comme l’a fait Emmanuel Macron le 24 septembre. On peut penser cependant que la marche pour le reconstruction d’une politique africaine ̄ sera longue. L’enjeu pour Paris n’est pas seulement africain : le fait par exemple que les États-Unis se dissocient au Niger est indicatif de la baisse de prestige qu’entraînent pour la diplomatie française ses déboires africains.S’agissant du diagnostic d’ensemble, Emmanuel Macron fait preuve d’un ton nouveau, empreint d’une grande lucidité (« sans être excessivement pessimiste » précise-t-il). Il est conscient du risque très fort de fracturation du monde, sous l’effet conjugué de la politique russe, de la rivalité sino-américaine, de la montée en puissances des Grands du Sud. Il note dans une formule saisissante que « le contexte international se complique et fait courir le risque d’un affaiblissement de l’Occident et plus particulièrement de notre Europe ». On est loin des accents dits « gaullo-mitterandiens » des débuts de l’ère macronienne, qui semblaient poser la France dans un au-delà de la confrontation Est-Ouest 2.0. Le président de la République - et au-delà de lui, les dirigeants français - en tirent-ils toutes les conséquences ? Sans doute pas encore, bien sûr, la réponse française consistant souvent à articuler que les évolutions du monde confortent « l’agenda de souveraineté » qu’il ambitionne pour l’Union Européenne ou une politique de « troisième voie » en Asie-Pacifique.

Enfin, le multilatéralisme - c'est-à-dire le traitement par la concertation internationale des enjeux globaux tels que le changement climatique, le développement et désormais beaucoup d’autres sujets allant des océans à l’intelligence artificielle - reste un axe majeur de l’action internationale française. Emmanuel Macron note avec lucidité que la coopération internationale est plus que jamais nécessaire pour relever de tels défis à un moment où elle apparaît très difficile à faire émerger en raison justement des divisions du monde. Il multiplie les initiatives sur ce terrain, tel le récent sommet en juin, sur un nouveau pacte financier international, qui vise à rendre les institutions financières internationales (IFI) plus aptes à aider les pays les plus vulnérables. Juge-t-il que ces initiatives seront insuffisantes pour relancer les IFI telles qu’elles existent ? Et donc pour éviter un affaissement supplémentaire des structures de gouvernance mondiale ? Dans son allocution aux Ambassadeurs, il va très loin dans sa disponibilité à réformer la gouvernance des institutions financières internationales, au risque de perdre la place privilégiée que l’Europe et la France y détiennent encore : « le FMI et la Banque mondiale, nous devons en réformer la gouvernance. Ce n’est plus possible qu’il y ait autour de la table des systèmes qui soient essentiellement déterminés par les adhérents au bureau et que ce ne soient que des pays riches. » C’est une approche que les États-Unis ne paraissent pas prêts à rejoindre, alors pourtant qu’ils partagent la préoccupation française de réorienter et de doper les IFI (cf. la décision du président Biden de doter la Banque mondiale de 20 milliards de dollars supplémentaires).

Heure de vérité

Dans une interview croisée avec Hubert Védrine sur France-Inter, Dominique de Villepin estime que nous nous trouvons dans une sorte de « moment 1956 » (en référence à l’affaire de Suez, qui a marqué le point le plus bas de la politique étrangère de la IVe République), obligeant Paris à revoir beaucoup de choses dans sa politique.

L’image est peut-être un peu forte mais il est vrai que de proche en proche - de la guerre en Ukraine au rejet de la France au Sahel, des nouvelles frontières de l’Europe à définir à l’affirmation de nouvelles puissances dans le Sud - c’est l’ensemble de ses options de politique étrangère qui sont soumises à une heure de vérité.

Entre autres pistes à explorer, notons la nécessité, comme l’a observé le Président Macron, d’inventer de nouveaux formats de coopération entre l’UE et les Grands émergents. Le renforcement de tels ou tels liens bilatéraux ne suffiront pas. Au total, bien d’autres révisions que celle de la politique vis-à-vis de la Russie et de la présence militaire en Afrique attendent les responsables français dans les années à venir.

Ce texte est aussi disponible sur le site de l’Institut Montaigne.

Par Michel DUCLOS

Conseiller spécial à l’Institut Montaigne (Paris) et ancien ambassadeur de France en Syrie. Dernier ouvrage : « Guerre en Ukraine et nouvel ordre du monde » (dir.) (L’Observatoire, 2023).


L’allocution du Président de la République française devant la conférence des Ambassadeurs, fin août, marque traditionnellement ce que l’on pourrait appeler la « rentrée diplomatique » - par analogie avec la rentrée politique ou la rentrée littéraire. Les rites de rentrée pour les diplomates comportent aussi en général un discours du chef de l’État à l’Assemblée...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut