Rechercher
Rechercher

Politique - Focus

Attaque contre l'ambassade américaine : le mot d'ordre est à la prudence

Les milieux sécuritaires et politiques s'abstiennent de désigner un coupable, tandis que le mufti jaafarite, proche du Hezbollah, condamne l'incident. 

Attaque contre l'ambassade américaine : le mot d'ordre est à la prudence

L'entrée principale de l'ambassade des États-Unis à Aoukar, au nord de Beyrouth, qui a été visée par des tirs mercredi 20 septembre 2023. Photo Mohammad Yassine.

Le 20 septembre 1984, une voiture piégée explose devant l’ambassade des États-Unis à Aoukar, au nord de Beyrouth, faisant 23 morts et une soixantaine de blessés. Exactement 39 ans après cet attentat – imputé au Hezbollah –, un homme armé tire sur...
Le 20 septembre 1984, une voiture piégée explose devant l’ambassade des États-Unis à Aoukar, au nord de Beyrouth, faisant 23 morts et une soixantaine de blessés. Exactement 39 ans après cet attentat – imputé au Hezbollah –, un homme armé tire sur...
commentaires (6)

On fait souvent référence aux anciens officiers des Forces armées qui non seulement ne sont plus sur le terrain mais sont tous politisés. Les déclarations, comme dans tout pays qui se respecte, doivent émaner des officiers en service qui sont responsables des informations données au public. Bonjour Mr. Riffeh...

Raed Habib

11 h 27, le 22 septembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • On fait souvent référence aux anciens officiers des Forces armées qui non seulement ne sont plus sur le terrain mais sont tous politisés. Les déclarations, comme dans tout pays qui se respecte, doivent émaner des officiers en service qui sont responsables des informations données au public. Bonjour Mr. Riffeh...

    Raed Habib

    11 h 27, le 22 septembre 2023

  • Vous avez dit bizarre? Un homme armé arrive à violer le cordon infranchissable de sécurité pour tirer sur les murs de protection de l’ambassade est plus que bizarre. Cela montre que son apparence qui ne trompe personne exigeait qu’on s’interdisent de lui tirer dessus. Il y a eu des antécédents lors de la révolution libanaise avortée. Tous ces motards armés et habillés en noir étaient autorisés à percer le cordon de sécurité sans être inquiétés par peur de représailles de leurs commanditaires. Rien de nouveau sous le soleil. Voyons si les américains laisseront passer cet incident sous silence qui pourrait vite se retourner contre eux mais d’une façon plus parlante et plus nuisible. Il ne faut jamais rien leur faire passer, ils prennent le silence pour de la faiblesse. Nous savons de quoi nous parlons.

    Sissi zayyat

    10 h 53, le 22 septembre 2023

  • C'aurait ete utile de nous dire ce qu'il est advenu du tireur...

    Kaldany Antoine

    09 h 05, le 22 septembre 2023

  • C est simple, si on retrouve et on arrête le tirreur, c est que ce n'est pas le Hezbollah. Si l'enquête n'aboutit pas, et le tireur n'est pas appréhendé, c est que c'est bien le Hezbollah.

    Aboumatta

    23 h 13, le 21 septembre 2023

  • Que veut l’Iran une guerre civile?

    Eleni Caridopoulou

    21 h 29, le 21 septembre 2023

  • C’est d’une lâcheté extrême dont a fait preuve le tireur qui a pris la fuite. Il doit être retrouvé pour dénoncer ses commanditaires à moins qu’i n’ait agi en solitaire. Si c’est le cas, le Hezbollah doit le retrouver vivant plutôt que mort et le remettre aux forces de sécurité pour se dédouaner du tireur. Et que font les points de contrôles de l’armée et de la sécurité pour laisser passer cet homme en moto armé d’une kalachnikov..

    Mohamed Melhem

    21 h 11, le 21 septembre 2023

Retour en haut