Rechercher
Rechercher

Politique - Banque du Liban

Succession de Salamé : Berry et Mikati défient alliés et adversaires

Le Conseil des ministres se réunira jeudi pour désigner un successeur au gouverneur, à la suite d’un accord entre le président de la Chambre et le chef du gouvernement.

Succession de Salamé : Berry et Mikati défient alliés et adversaires

Le Premier ministre sortant, Nagib Mikati, s’entretenant avec le président de la Chambre, Nabih Berry, à Aïn el-Tiné, le 25 juillet 2023. Hassan Ibrahim/Parlement libanais

Encore un pied de nez de Nagib Mikati et Nabih Berry au reste des protagonistes politiques. Moins d’une semaine avant l’expiration du mandat de Riad Salamé à la tête de la Banque du Liban, le président de la Chambre et le Premier ministre sortant se sont entendus pour que le Conseil des ministres se réunisse dans les prochains jours afin de nommer son successeur. « J’ai demandé au Premier ministre de convoquer une séance gouvernementale consacrée à la nomination d’un nouveau gouverneur de la banque centrale, car nécessité fait loi. Et il a accepté », affirme à L’Orient-Le Jour le président de la Chambre. « Elle aura lieu jeudi », précise-t-il, quelques minutes après une réunion avec le Premier ministre sortant. « Durant cet entretien, j’ai informé le président du Parlement de mon intention de nommer un nouveau gouverneur », déclare pour sa part à L’OLJ M. Mikati. Deux heures seulement après ce tête-à-tête, la présidence du Conseil a convoqué les ministres à une séance jeudi à 11 heures au Sérail. Le tandem Berry-Mikati vient ainsi d’inaugurer une nouvelle phase de la confrontation avec les partis chrétiens majoritaires, mais aussi avec Bkerké, qui voient tous d’un mauvais œil le responsable chiite et son « protégé » sunnite gérer le pays comme si de rien n’était en l’absence d’un chef de l’État. Un défi est également lancé au Hezbollah qui, tout en étant un des principaux parrains du cabinet sortant, s’oppose à toute nomination du futur gouverneur. L'objectif étant pour le parti de Hassan Nasrallah de se rabibocher avec son turbulent allié chrétien, le Courant patriotique libre, avec qui il vient de reprendre langue après des mois de froid. 

Pour mémoire

Mikati règne en maître absolu : derrière les entorses, les messages politiques

Mais telle n’est pas la seule conclusion à tirer de l’épisode de mardi. Il y a aussi et surtout le fait que le président de la Chambre n’en démord pas. Pour remplir son objectif déclaré d’épargner à Wassim Mansouri, premier vice-gouverneur censé prendre la relève après le départ de Riad Salamé, cette tâche difficile, Nabih Berry est prêt à tout, y compris se mettre à dos les protagonistes chrétiens. « L’option Mansouri n’est plus sur la table », affirme M. Berry à notre journal. Comme pour mettre un terme aux spéculations portant sur la question d’une démission de ce dernier et de ses trois collègues vice-gouverneurs, qui avaient menacé de jeter l'éponge si un successeur à M. Salamé n'était pas nommé avant le 31 juillet. 

Si les quatre vice-gouverneurs passent à l'acte, leur démarche pourrait entraîner un recours à des sanctions à caractère pénal. Dans son article 340, le code pénal stipule en effet que « les fonctionnaires liés à l’État par un contrat peuvent être déchus de leurs droits civiques s’ils démissionnent collectivement ou décident de suspendre leur travail dans des circonstances dans le cadre desquelles le service public serait entravé ». « À la lumière de cet article, c’est surtout la légalité d’une éventuelle démission des quatre vice-gouverneurs qui est actuellement à l’étude », explique une source ministérielle, au lendemain de la réunion, lundi, entre Nagib Mikati et les quatre vice-gouverneurs. De source proche du dossier, on indique que lors de cet entretien (organisé à la suite d’une rencontre entre les vice-gouverneurs et la commission parlementaire de l’Administration et de la Justice), les hauts responsables financiers ont demandé une couverture légale pour leur accession à la tête de la BDL et pour les politiques qu’ils y mettront en œuvre.

« J’étais prêt à tenir une séance législative dans les plus brefs délais. Mais la commission de l’Administration et de la Justice a rejeté toutes les demandes des vice-gouverneurs », a déclaré Nabih Berry mardi dans la soirée à la chaîne al-Hurra. « Les quatre vice-gouverneurs voulaient des lois qui leur permettraient de piocher dans les réserves obligatoires de la BDL », révèle un des parlementaires de la commission.  « L’heure est actuellement aux négociations. Et les réunions entre Nagib Mikati et les quatre adjoints se poursuivent en vue de trouver une solution applicable », affirme une source proche du dossier. C’est d’ailleurs dans ce but que M. Mikati avait demandé un délai de deux ou trois jours avant de prendre une décision sur ce plan. « Sauf que Nabih Berry l’a pris de court et l’a pressé de réunir le cabinet en vue d’une nomination », déplore un député opposant.

Oui, mais… « les conditions ne sont pas réunies »
Il reste que la convocation à la séance ne suffit pas à elle seule pour affirmer que le futur gouverneur de la BDL sera nommé jeudi par le cabinet Mikati. Une telle décision requiert une entente élargie, difficile dans un contexte de polarisation politique. « Le gouvernement libanais démissionnaire n’est pas en mesure de nommer un successeur à Riad Salamé », a reconnu mardi le vice-Premier ministre Saadé Chami dans un entretien avec l’AFP. « Les circonstances ne sont pas réunies pour désigner un nouveau gouverneur dans un délai d’une semaine », a-t-il dit. Une thèse d’autant plus réaliste que dans leur nouvelle épreuve de force, MM. Berry et Mikati ne pourront pas compter sur le Hezbollah. « Nous n’assurerons pas le quorum à une telle séance », assure le porte-parole du Hezbollah, Mohammad Afif Naboulsi, avouant « ne pas comprendre les raisons derrière le forcing de Nabih Berry sur ce plan ». « Nous sommes en désaccord avec le chef du législatif à ce sujet, parce que nous sommes convaincus de l’inconstitutionnalité de nominations approuvées par un cabinet sortant », dit-il, tout en laissant la porte entrouverte à un éventuel changement de cap si le vide à la tête de l’État s’éternise, sachant que c’est le camp piloté par le parti de Dieu qui empêche depuis longtemps l’élection d’un nouveau président.

Sans le moindre doute, ce niet du parti de Hassan Nasrallah s’explique par sa volonté de ne pas secouer les rapports fraîchement rétablis avec un CPL qui se veut intraitable dans ce dossier et ne compte pas briser son boycottage des séances ministérielles, même si Nabih Berry y voit « la seule solution » qui permettrait la nomination d’un nouveau gouverneur. Quelques jours après un discours du chef du parti Gebran Bassil largement consacré à la question de la BDL, le conseil politique du courant aouniste est revenu à la charge mardi, mettant en garde le gouvernement contre « une atteinte au pacte national et à la Constitution. Car le vide à la tête de la BDL devrait être réglé conformément à la loi de la monnaie et du crédit », selon un communiqué publié mardi par le courant aouniste. Une façon d’appeler à ce que le premier vice-gouverneur succède à M. Salamé. « Et si certains ne veulent pas s’acquitter de leurs responsabilités, la solution serait de nommer un tuteur légal », poursuit le texte. Et d’exprimer le veto orange contre tout maintien de Riad Salamé à son poste. Un point sur lequel les aounistes convergent avec les Forces libanaises, dont le chef Samir Geagea avait pourtant, dans un premier temps, créé la surprise en accordant au gouvernement son feu vert pour nommer un gouverneur « dans les circonstances exceptionnelles actuelles ». Aujourd’hui, il semble avoir fait marche arrière. « Nous sommes pour le respect de la loi, loin des diktats des uns et des autres », affirme Pierre Bou Assi, député FL de Baabda, dans une critique évidente à Nabih Berry. 

Lire aussi

Semaine fatidique pour les vice-gouverneurs de la Banque du Liban

« Les chrétiens sont contre la nomination et le Hezbollah ne veut pas couvrir le gouvernement dans cette démarche. Le Conseil des ministres ne se tiendra donc pas. Et MM. Berry et Mikati sortiront un nouveau lapin de leur chapeau : la prorogation du mandat de M. Salamé à la dernière minute », résume un député opposant sur un ton réprobateur. 

Encore un pied de nez de Nagib Mikati et Nabih Berry au reste des protagonistes politiques. Moins d’une semaine avant l’expiration du mandat de Riad Salamé à la tête de la Banque du Liban, le président de la Chambre et le Premier ministre sortant se sont entendus pour que le Conseil des ministres se réunisse dans les prochains jours afin de nommer son successeur. « J’ai demandé au...

commentaires (9)

Où sont les milliards de dollars entrés au Liban cet été ?

Fallah Jean

17 h 02, le 26 juillet 2023

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Où sont les milliards de dollars entrés au Liban cet été ?

    Fallah Jean

    17 h 02, le 26 juillet 2023

  • Pour résumer : seul un président doit nommer un gouverneur. Le Hezbollah refuse que le gouvernement sortant ne le fasse. Il faut un président. Sauf que le Hezbollah et alliés bloquent aussi l’élection d’un président du fait de leur obstruction au parlement et en se retirant de l’hémicycle pour empêcher un 2e tour. Donc pas de président à cause du camp Hezbollah et compagnie…. Et donc pas de gouverneur faute de président… A partir de là, tout le monde ( censé) sait où se trouve le noeud du problème. Faut-il faire un dessin ?

    LE FRANCOPHONE

    15 h 14, le 26 juillet 2023

  • BERRY : « J’ai demandé au Premier ministre de convoquer une séance gouvernementale consacrée à la nomination d’un nouveau gouverneur de la banque centrale, ET IL A ACCEPTE ! - MIKO : « Durant cet entretien, j’ai informé le président du Parlement de mon intention de nommer un nouveau gouverneur », déclare pour sa part à L’OLJ M. Mikati. * LE CORBEAU ET LA CORNEILLE *

    LA LIBRE EXPRESSION

    11 h 10, le 26 juillet 2023

  • Allons donc. Berry et HN sont en parfait accord sur tout ce qui se joue et font monter les enchères afin d’arriver à leur but de placer leur président contre un gouverneur de la banque. C’est un scénario rodé et mille fois joué pour faire croire que le HB ne veut pas transgresser la constitution qu’il a mille fois foulée et qu’il essaie à chaque fois de se montrer blanc comme neige alors que c’est son projet de jouer à la mésentente avec Berry pour arriver tous les deux à leur fin en faisant croire que le HB a cède sur point alors qu’il n’a qu’un idée fixe en tête, nommé un président de son choix point. Ils nous prennent pour de cruches et certains rampent pour exécuter leur complot dans l’espoir de continuer d’exister dans le paysage politique même pour servir de tremplin ou de serpillière pour les usurpateurs

    Sissi zayyat

    10 h 41, le 26 juillet 2023

  • « Je te tiens par la barbichette, tu me tiens par la barbichette ». Tout ce beau monde se tient par la barbichette ! Aucun intérêt de trouver des solutions car les réformes exigées par la communauté internationale risquent de leur causer des ennuis ! Donc la meilleure logique pour le moment c’est la fuite en avant ! Pauvres libanais, vous prétendez connaître vos intérêts, mais vous ne comprenez rien à la politique ! Pardon, exceptée celle qui a une échéance aussi longue que le bout du nez !

    Olivier DAHER

    09 h 04, le 26 juillet 2023

  • Que c’est dégoûtant! Nos politiciens continuent comme si de rien n'était, le peuple étant occupe soit a survivre soit a faire la fete… on a bien mérité tout ce qui nous arrive

    CW

    09 h 01, le 26 juillet 2023

  • Et voilà, Uncle Riad va prendre sa retraite comme si rien ne s'était passé, et sans l'ombre d'une poursuite.

    Ca va mieux en le disant

    01 h 33, le 26 juillet 2023

  • Vous n’avez pas honte…

    Mohamed Melhem

    21 h 45, le 25 juillet 2023

  • On s’enfout

    Abdallah Barakat

    21 h 14, le 25 juillet 2023

Retour en haut