Rechercher
Rechercher

Économie - Crise au Liban

BDL : Chami écarte une reconduction de Riad Salamé

Pas de successeur en vue pour le gouverneur de la banque centrale, reconnaît le vice-Premier ministre.

Le siège de la Banque du Liban à Beyrouth. Photo d'archives P.H.B.

Le gouvernement libanais démissionnaire n'est pas en mesure de nommer un successeur au patron contesté de la Banque du Liban, Riad Salamé, dont le mandat expire le 31 juillet, a reconnu mardi le vice-Premier ministre Saadé Chami dans un entretien avec l'AFP.

"Conformément à la loi", c'est donc le Premier vice-gouverneur qui devra assumer cette fonction, a ajouté M. Chami, écartant une éventuelle reconduction de M. Salamé évoquée dans les médias.

Le pays en plein effondrement économique est privé de président depuis près de neuf mois en raison des profondes divisions de la classe politique, et dirigé par un gouvernement démissionnaire qui ne peut pas prendre de décisions importantes. Les quatre vice-gouverneurs avaient menacé début juillet de démissionner pour faire pression sur le gouvernement afin qu'il nomme un successeur à M. Salamé, grand argentier du pays depuis 1993. Le gouverneur, suspecté de détournement massif de fonds publics, est poursuivi au Liban et dans plusieurs pays européens.

Lire aussi

L'ambitieuse recette des vice-gouverneurs pour réanimer la livre libanaise

"Le mandat du gouverneur se termine à la fin du mois (...) à mon avis, la meilleure option est de nommer un gouverneur, bien que le gouvernement soit chargé d'expédier les affaires courantes", a affirmé M. Chami. Mais il a reconnu qu'en raison des divergences qui paralysent le pays, "les circonstances ne sont pas réunies pour désigner un nouveau gouverneur dans un délai d'une semaine".

Mardi après-midi, le gouvernement a annoncé qu'il se réunirait jeudi à 11h afin d'aborder la question de la succession du gouverneur de la BDL.

Le vice-Premier ministre, qui a participé lundi à une réunion avec les quatre vice-gouverneurs, issus des différentes communautés religieuses conformément au partage confessionnel du pouvoir au Liban, a affirmé qu'ils n'avaient pas évoqué leur démission. "Ils ont certaines demandes, ils veulent l'appui du gouvernement et du Parlement pour poursuivre leur action", a-t-il dit.

Le Premier ministre Nagib Mikati "a exprimé le souhait de les voir poursuivre l'exercice de leurs fonctions, et nous aurons une réunion avec eux dans les deux prochains jours pour parvenir à une solution", a ajouté M. Chami. La  situation est tellement désastreuse que les vice-gouverneurs réclament par exemple d'avoir l'accord du gouvernement pour débourser 200 millions de dollars par mois, afin de payer les salaires de la fonction publique et financer les médicaments subventionnés, selon lui.

Réformes cruciales 

Mais les vice-gouverneurs réclament surtout l'application des réformes cruciales exigées par le Fonds Monétaire International (FMI), notamment la restructuration du secteur bancaire et une loi sur le contrôle des capitaux, a expliqué M. Chami.

Lire aussi

Riad Salamé, comme une odeur de fin de règne

Le vice-Premier ministre, en charge des négociations entre le gouvernement et le FMI, a rappelé que le Liban a conclu un accord de principe avec l'instance internationale en avril 2022. "Il est maintenant nécessaire de prendre certaines mesures pour parvenir à un accord final. Nous sommes devenus des experts de la perte de temps. Mais plus nous tardons, plus la solution sera difficile", a-t-il averti. "L'Etat et l'administration sont dans une situation lamentable, il y a des grèves, les salaires de la fonction publique sont très bas, les gens n'arrivent plus à entrer à l'hôpital ou payer l'école pour leurs enfants", a-t-il ajouté. "Il est nécessaire de prendre des décisions courageuses de la part des responsables". L'accord de principe avec le FMI porte sur une aide de trois milliards de dollars, échelonnée sur quatre ans mais conditionnée à la mise en oeuvre des réformes.

Depuis 2019, le Liban est plongé dans une profonde crise économique imputée par une grande partie de la population à la mauvaise gestion, la corruption, la négligence et l'inertie d'une classe dirigeante en place depuis des décennies. La monnaie a perdu plus de 98% de sa valeur par rapport au dollar sur le marché parallèle, tandis que des restrictions bancaires draconiennes empêchent les épargnants d'avoir librement accès à leur argent.

M. Chami a indiqué que le plan de relance pourrait garantir la restitution des dépôts "aux petits déposants ayant jusqu'à 100.000 dollars". Au-delà de cette somme, les avoirs seront "placés dans un fonds de recouvrement des dépôts, qui seront reversés avec le temps. Il est impossible de récupérer les avoirs d'un seul coup", a-t-il dit.

Le gouvernement libanais démissionnaire n'est pas en mesure de nommer un successeur au patron contesté de la Banque du Liban, Riad Salamé, dont le mandat expire le 31 juillet, a reconnu mardi le vice-Premier ministre Saadé Chami dans un entretien avec l'AFP."Conformément à la loi", c'est donc le Premier vice-gouverneur qui devra assumer cette fonction, a ajouté M. Chami, écartant une...

commentaires (3)

Si la classe politico-bancaire corrompue qui pille le pays depuis 30 ans ristournait ne serait-ce que 5% des sommes qu'elle a détournées, cela suffirait à rembourser tous les déposants et à résoudre la crise financière dans laquelle se débat le Liban! Allez Messieurs les pilleurs un petit effort! Vous n'en serez pas moins riches et vous aurez sauvé votre propre pays, le pays de vos enfants et petits-enfants qui est en danger de disparition du fait de votre impéritie, gabegie et mauvaise gouvernance!

Georges Airut

02 h 19, le 26 juillet 2023

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Si la classe politico-bancaire corrompue qui pille le pays depuis 30 ans ristournait ne serait-ce que 5% des sommes qu'elle a détournées, cela suffirait à rembourser tous les déposants et à résoudre la crise financière dans laquelle se débat le Liban! Allez Messieurs les pilleurs un petit effort! Vous n'en serez pas moins riches et vous aurez sauvé votre propre pays, le pays de vos enfants et petits-enfants qui est en danger de disparition du fait de votre impéritie, gabegie et mauvaise gouvernance!

    Georges Airut

    02 h 19, le 26 juillet 2023

  • Avec ou sans Salame, c'est la meme politique mafieuse qui sera reconduite : pots-de-vins, dessous -de-tables, delits d'inities, Et surtout, surtout, mepris total des epargnants et des salaries, vaches a lait de la canaille politichienne corrompue et des crapules bancaires. Ca suffit d'essayer d'amuser la galerie avec vos pretendues dissensions. Cassez-vous une fois pour toutes.

    Michel Trad

    19 h 47, le 25 juillet 2023

  • Que Monsieur Chami ait l’honnêteté de dévoiler publiquement son patrimoine au Liban et à l’étranger avant de proposer de voler les dépôts au delà de 100.000$. Il faut poursuivre l’Etat Libanais dans toutes ses composantes devant la cour internationale

    Lecteur excédé par la censure

    19 h 16, le 25 juillet 2023

Retour en haut