Rechercher
Rechercher

Économie - Crise

La Cour des comptes française veut une meilleure cohérence des aides de la France au Liban

Dans un pays sans président, avec un Parlement paralysé, une économie à l'agonie, la Cour des comptes a invité les autorités françaises à une très grande prudence dans la distribution des aides et des crédits au pays du Cèdre. 

Cette photographie prise à Paris le 16 février 2022 montre la façade de la Cour des comptes. Photo STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

La Cour des Comptes française a recommandé lundi à la France un suivi financier transversal et permanent de son aide au Liban afin de "vérifier sa cohérence, d'évaluer son impact et de fournir des instruments efficaces de pilotage".

Pour tenter d'enrayer la crise multiforme tant politique, qu'économique, financière et sociale qui ravage le pays du Cèdre depuis quatre ans, le président français Emmanuel Macron a lancé, après la terrible explosion du port de Beyrouth, le 5 août 2020, une série d'aides sur la durée afin de soulager la population.

La Cour des comptes française a passé au crible l'aide de l’État français au Liban sur la période 2020-2022 pour atténuer les effets de la grave crise économique, sociale et politique libanaise. 

Dans un pays sans président, avec un Parlement paralysé, une économie à l'agonie, la Cour des comptes a invité les autorités françaises à une très grande prudence dans la distribution des aides et des crédits.

Lire aussi

Jean-Yves Le Drian attendu mercredi à Beyrouth

Dans son audit rendu public lundi, cette juridiction note que "la crise libanaise s'étant installée dans la durée, il importe aujourd'hui de déployer des mécanismes permanents de consolidation des statistiques, afin de disposer des outils nécessaires pour mesurer la cohérence, l'efficacité et l'impact de l'aide publique française et optimiser l'orientation des flux financiers vers le besoins de la population libanaise".

La Cour des comptes relève que "l’État est fortement mobilisé depuis 2020 pour aider la population libanaise face à la crise qui l'affecte".

Ainsi selon l'audit, dès 2020, les crédits annuels de l’État consacrés au Liban ont été multipliés par 2,7 et entre 2020 et 2022 et 214 millions d'euros ont été dépensés sur des ressources publiques, dont 45% ont été consacrés à l’éducation et à la formation, 25% à la santé, 10% à l'alimentation et l'agriculture, 10% à la reconstruction et à l’économie et 10% à la société civile.

Pour mémoire

Les agents des FSI recevront 100 dollars par mois des États-Unis et de l'ONU

"Dans une affaire aussi sensible et complexe que l'aide au Liban, il est logique que l'approche politique domine. Toutefois, un renforcement du suivi des engagements et des décaissements au niveau central apparaît indispensable. Il s'agit de mesurer de façon plus étroite (...) la nature et l'ampleur des crédits déployés, de vérifier leur cohérence et leur phasage dans le temps, d'évaluer leur impact et de fournir des instruments de pilotage efficaces", recommande la Cour des comptes.

Le Liban est plongé dans un marasme économique. Plus de 80% de la population vit désormais sous le seuil de pauvreté, selon l'ONU.

La Cour des Comptes française a recommandé lundi à la France un suivi financier transversal et permanent de son aide au Liban afin de "vérifier sa cohérence, d'évaluer son impact et de fournir des instruments efficaces de pilotage".

Pour tenter d'enrayer la crise multiforme tant politique, qu'économique, financière et sociale qui ravage le pays...

commentaires (3)

Madame Grillo fait un travail remarquable au Liban. Rappelons que l’on ne peut différencier les actions de Madame Grillo de celles de la France. C’est une seule et même chose.

K1000

16 h 14, le 19 juin 2023

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Madame Grillo fait un travail remarquable au Liban. Rappelons que l’on ne peut différencier les actions de Madame Grillo de celles de la France. C’est une seule et même chose.

    K1000

    16 h 14, le 19 juin 2023

  • En d'autres termes, la cours des comptes demande au gouvernement français de ne plus jeter l'argent par les fenêtres au Liban car il y a des suspicions qu'il ne soit pas bien utilisé, et ce même s'il y a une bonne raison politique á cela. C'est très bien. Bravo. Il faudrait que les departements d'audit de l'UE, de la Banque Mondiale et de l UNDP et des autres agences de l'ONU fassent pareil. Arretons la mendicité qui profite en premier á la clique au pouvoir Dans un autre article de l'olj il est ecrit que le liban est le premier pays de la region par rapport au PIB pour le transfer des capitaux... Dès lors la stratégie de mendicité du gouvernememt est plus que suspicieuse. Soit ils ne savent pas prendre les decisions pour que l'argent qui rentre soit mis au service de la croissance, soit l'argent de la mendicité est dillapidé pour des considerations autres. Dans les deux cas c'est un constat negatif de la politique de ce gouvernement Que la communauté internationale fasse des économies. D autres pays ont besoin de cet argent. Ils sont surement mieux gérés que nous

    Moi

    16 h 04, le 19 juin 2023

  • Peut être que la cour des comptes, par l'entremise de l'état Français, devrait elle déléguer un responsable sur le terrain chargé de la bonne marche et de la distribution des aides , l'ambassadrice étant elle chargée de distribuer les petits fours et continuer à s'attirer les bonnes graces de Amal et le hezbollah, la paix des ménages n'ayant pas de prix.

    C…

    13 h 37, le 19 juin 2023

Retour en haut