Rechercher
Rechercher

Société - Liban

Avec l'arrivée des touristes, l'aéroport de Beyrouth sous pression

Le nombre de passagers à l’AIB a atteint 2,5 millions à fin mai, contre 2 millions à la même période en 2022. Face à des voyageurs excédés, l'aéroport réagit.

Avec l'arrivée des touristes, l'aéroport de Beyrouth sous pression

Des voyageurs à l'Aéroport international de Beyrouth. Photo d'archives AFP

Des voyageurs qui font la queue jusqu'à la porte d'entrée de l'aéroport, un nombre de scanners insuffisant, des comptoirs fermés, des formalités qui durent... L'Aéroport international de Beyrouth (AIB) fait face à de nombreuses critiques ces derniers jours, avec l'arrivée de la haute saison touristique. La direction de l'aéroport, elle, affirme qu'elle a augmenté dernièrement ses effectifs pour faire face à l'afflux de voyageurs.

Jihad*, un homme d'affaires libanais d'une cinquantaine d'années établi aux Emirats arabes unis, fait des allers-retours à l'AIB deux fois par mois. Il déplore le "manque de personnel qui retarde chaque formalité" ainsi que "la négligence et le manque de sérieux des fonctionnaires, souvent assis à ne rien faire".

Pour mémoire

Hamiyé renonce au contrat controversé pour l’extension de l’aéroport de Beyrouth

"Les files d'attente sont interminables, elles s'étendent parfois jusqu'à la porte d'entrée de l'aéroport. Il faut au moins attendre 1h30 pour terminer les formalités à l'aller et au retour. De plus, l'aéroport n'utilise que quelques portiques de sécurité et scanners, ce qui retarde l'ensemble des passagers", déplore Jihad.

Contacté par L'Orient-Le Jour, le directeur général de l’Aviation civile par intérim, Fady el-Hassan, réfute toute lenteur au niveau des démarches administratives et assure que les effectifs ont été augmentés ces derniers jours.

Le nombre de passagers à l’AIB a atteint 2,5 millions à fin mai, contre 2 millions à la même période en 2022, soit une hausse de 25% en glissement annuel, selon les derniers chiffres officiels.

Beaucoup de monde

"Il y a certes beaucoup de monde en ce moment à l'aéroport, mais c'est normal en haute saison. D'ailleurs, le nombre d'agents des Forces de sécurité intérieure et de la Sûreté générale a récemment été revu à la hausse", ajoute Fady el-Hassan, sans plus de détails sur le nombre de nouvelles recrues.

Lire aussi

Disparition d'objets dans des valises à l'AIB : les voyageurs invités à visionner les images de surveillance

Construit en 1998, l’actuel et unique terminal de l’AIB peut accueillir 6 millions de voyageurs par an. Une capacité dépassée depuis 2013, selon les chiffres de l’aéroport, avec un pic à 8,8 millions de voyageurs en 2018 et l’attente de 7,2 millions cette année.

En mars, le ministre sortant des Transports, Ali Hamiyé, avait dû renoncer à un projet controversé d'extension de l'aéroport, face au tollé provoqué, en raison d'un accord de gré à gré avec une société irlandaise sans passer par l’Autorité de régulation des marchés publics.

La crise économique, qui sévit dans le pays depuis plus de trois ans, a eu des répercussions sur le fonctionnement de l'aéroport et la capacité de ses employés à assurer une présence à l'AIB, les salaires de ces fonctionnaires ayant subi une forte dépréciation.

Des vols "complets" cet été 

Malgré la crise, la haute saison s'annonce prometteuse cette année. Selon Rima Mekkaoui, directrice des relations publiques à la compagnie d'aviation libanaise Middle East Airlines, "tous les avions à destination du Liban (cet été) sont complets". Une situation qui risque de compliquer le travail à l'aéroport.

Lire aussi

Top 100 des leaders du tourisme du MENA en 2023 : Mohammad el-Hout, PDG de la MEA, élu 59e

Contacté par notre publication, Jean Abboud, président de l'Association des agents de voyage et de tourisme au Liban (Atall), estime que les retards rapportés par les passagers à l'AIB sont bel et bien dus au manque d'effectifs de l'aéroport. "L'AIB n'a pas assez d'employés et, par moments, il peut y avoir trois ou quatre avions qui arrivent en même temps, ce qui fait que le personnel est débordé. La direction de l'aviation civile a promis de prendre les mesures nécessaires pour désengorger l'aéroport cet été", assure-t-il.

Le Premier ministre sortant Nagib Mikati a annoncé lundi une série de mesures visant à faciliter la gestion de la saison touristique estivale.

Reste à savoir si ces mesures seront suffisamment efficaces pour l'aéroport de Beyrouth.


*Le prénom a été modifié. 

Des voyageurs qui font la queue jusqu'à la porte d'entrée de l'aéroport, un nombre de scanners insuffisant, des comptoirs fermés, des formalités qui durent... L'Aéroport international de Beyrouth (AIB) fait face à de nombreuses critiques ces derniers jours, avec l'arrivée de la haute saison touristique. La direction de l'aéroport, elle, affirme qu'elle a augmenté dernièrement ses...

commentaires (10)

- Bonjour, il fait quoi ton papa? - Il est fonctionnaire. - Et ta maman? - Elle ne fait rien non plus...

Gros Gnon

17 h 47, le 03 juillet 2023

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • - Bonjour, il fait quoi ton papa? - Il est fonctionnaire. - Et ta maman? - Elle ne fait rien non plus...

    Gros Gnon

    17 h 47, le 03 juillet 2023

  • c est pas parceque les aéroports européens sont nuls pour faire attendre les passagers que nous devons faire de même, c est une question d organisation alors vous aussi arrêtez de râler et AIB n à qu à s organiser pour recevoir les expat le lIban leur doit bien ça.

    Le juste milieu

    03 h 10, le 18 juin 2023

  • Ceux qui critiquent les aéroports d’Europe ne savent pas de quoi ils parlent. Déjà tous les aéroports européens sont équipés de fast track pour les passagers en sky priority ce qui désengorge les autres couloirs, ensuite les agents de sécurité et les autorités d’immigration demeurent courtois et calmes, on vous donne par exemple des protège pieds si vous devez faire passer vos chaussures au scanner et ne pas marcher sur un sol crasseux comme à l’AIB, les douaniers contrôlent 1 passager sur 100 et c’est souvent celui qu’il fallait contrôler. Finalement tous les aéroports modernes sont équipés de portiques automatiques de passage aux frontières pour les voyageurs possédant des passeports biométriques comme PARAFE à Paris. Alors avant de commenter, il faut mieux s’informer

    Lecteur excédé par la censure

    21 h 38, le 17 juin 2023

  • Que ce monsieur qui fait deux aller retour par mois nous donne son avis sur les aéroports en Europe et aussi surtout à Moscou. On attend des heures à l’aller et au retour et on dit merci et on ferme notre gueule. Sinon une autre possibilité allez ailleurs et arrêtez de râler bon sang !

    Marc C

    17 h 44, le 17 juin 2023

  • Il n faut pas exagérer : il y a des aéroports bien pires, et en Europe!

    Politiquement incorrect(e)

    17 h 04, le 17 juin 2023

  • Les guichets existent et sont suffisamment nombreux, il manque du personnel de toutes catégories. Que ce soit du personnel commercial au sol, des bagagistes, des agents de sécurité, des fonctionnaires de la SG… et surtout de grâce, retirez cet agent des FSI qui contrôle le passeport des voyageurs avant l’accès au guichet d’enregistrement, il ne sert absolument à rien. Il n’y a pas une seule personne compétente dans tout cet aéroport pour mieux fluidifier les débits des passagers. L’AIB est à l’image du pays, Fauda, Wasta et abadayet. Mais nous sommes heugheurs et honoghes de vous accueillir mais surtout débordés

    Lecteur excédé par la censure

    23 h 45, le 16 juin 2023

  • Il faut avouer que la désinvolture, la lenteur extrême et le manque èvident d'organisation des officiers d'immigration me surprend toujours à l'arrivèe des vols. Avec les "Ya Rafi, Tahh la hon" ou le "Raihin lal ghada", sans oublier les sempiternels grattages d'aisselles ou de coui... ca dure souvent une heure. J'y vois un avantage, inutile d'attendre ni de décharger ses bagages sur le tapis roulant... ils sont déja expulsés et prêts à emporter une fois sorti de l'enfer !

    Ca va mieux en le disant

    21 h 24, le 16 juin 2023

  • D’après les chiffres officiels l’AIB rapporte à l’État 400 millions de dollars annuels. « En revanche, en 20 ans, moins d’un million de dollars a été consacré à l’entretien de cet aéroport, alors que Mikati avait annoncé plus 20 millions en vue d’amélioration .. On n’y trouve même pas une poubelle, des canettes de soda jonchent le sol, les comptoirs et les murs sont défoncés et sales, les tapis et moquettes sont dans un état déplorable . Le ministre des transports y a t il mis les pieds une seule fois autre qu’au Cedars Lounge, hier le vol AF 564 est arrivé à 14h40, les passagers ont récupéré leurs valises à 17 h !!!

    C…

    20 h 34, le 16 juin 2023

  • Effectivement il faut relativiser comparé aux autres aéroports. Par contre ce qui est étonnant c’est que l’on parle de manque d’effectifs. Entendons-nous bien, l’aéroport perçoit une taxe sur chacun des billets d’avion, sur chaque passager. Cette taxe est en fresh dollars. De l’autre côté cous avez un manque d’effectifs et des effectifs sui sont mal payés. Où va l’argent?

    K1000

    20 h 25, le 16 juin 2023

  • N’aimant pas être l’avocat du diable, il faut bien reconnaître que seul les libanais du golfe ce plaignent de ce pauvre aéroport. Si vous survivez aux aéroports français durant l’été, l’aéroport de beyrouth vous semblera comme un havre de paix.

    Jad Haddad

    19 h 29, le 16 juin 2023

Retour en haut