Rechercher
Rechercher

Économie - Classement Forbes

Top 100 des leaders du tourisme du MENA en 2023 : Mohammad el-Hout, PDG de la MEA, élu 59e

Cinq autres Libanais de la diaspora font également partie de la sélection de « Forbes ».

Top 100 des leaders du tourisme du MENA en 2023 : Mohammad el-Hout, PDG de la MEA, élu 59e

Le PDG de la compagnie aérienne libanaise Middle East Airlines, Mohammad el-Hout. Photo P.H.B.

Dans sa seconde édition du classement des leaders du « voyage et du tourisme » de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA), le magazine Forbes a choisi de doubler la mise en en répertoriant 100 en 2023 et non plus 50 comme l’an dernier. Un choix qui permet au PDG de la compagnie aérienne libanaise Middle East Airlines (MEA), Mohammad el-Hout, d’y faire son entrée à la 59e position.

Une première donc pour celui dont le mandat avait été renouvelé pour trois ans par les actionnaires de la MEA en janvier 2022. Ces derniers avaient également approuvé en parallèle les bilans financiers de la compagnie, détenue à hauteur de 99 % par la Banque du Liban via la banque Intra (Intra Investment Company), de 2011 à 2020. Lors de cette période, le transporteur avait cumulé 702,7 millions de dollars de bénéfices, malgré un exercice 2020 dans le rouge (-45,05 millions de dollars) en raison de la pandémie de Covid-19.

Pour mémoire

Les Mikati, un peu moins milliardaires que l’an dernier, mais toujours premiers au Liban

Pour rappel, face à la crise économique et financière que traverse le Liban depuis la fin de l’été 2019, entraînant une dépréciation de la livre libanaise face au dollar (estimée à 98 %), la MEA avait finalement commencé à facturer intégralement ses billets en dollars frais (en espèces ou transférés de l’étranger) à partir du printemps 2021, à la suite d’un accord imposé par l’Association internationale du transport aérien (IATA).

Libanais de la diaspora

Cinq autres Libanais de la diaspora font également partie de la sélection de Forbes. Classé plus haut dans la liste, le Libano-Américain Haitham Mattar, directeur général pour l’Inde, le Moyen-Orient et l’Afrique au sein de la société IHG Hotels & Resorts, se trouve à la 29e place. Un autre compatriote libano-américain, Raki Phillips, PDG de Ras Al-Khaimah Tourism Development Authority (RAKTDA), le suit à la 30e place. Plus loin dans le classement, le Libano-Français Bani Haddad, fondateur et directeur général de l’entreprise Aleph Hospitality, siège à la 86e place. Se succèdent enfin, aux 92e et 93e places, le Libanais Richard Haddad, PDG de la société Ishraq Hospitality, et le Libano-Canadien Kamal Fakhoury, PDG de Cristal Group. Selon les auteurs de ce classement, le secteur du tourisme « a largement contribué à la croissance économique et au développement de la région », permettant à cette dernière de « s’imposer comme une destination de classe mondiale ». Cela étant, sur les 33 nationalités présentes dans ce classement, 16 leaders viennent des Émirats arabes unis (EAU), 12 d’Arabie saoudite et 10 du Royaume-Uni. En termes sectoriels, 59 de ces leaders travaillent au sein de l’hôtellerie et 31 dans le transport aérien.

Pour compiler son classement, Forbes a mis en avant l’investissement régional dans le domaine du tourisme sportif avec entre autres l’organisation du Grand Prix de Formule 1 à Bahreïn, en Arabie saoudite, au Qatar et aux EAU ; la Coupe du monde de football organisée à Doha (Qatar) à l’automne dernier et celle de basket-ball prévue dans cette même capitale en 2027, et « pour la première fois au Moyen-Orient ».

Le magazine s’est également basé sur le dernier rapport de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) qui souligne que « le Moyen-Orient a récupéré 83 % de son nombre de visiteurs d’avant la pandémie » de Covid-19 en 2020 et 2021. Quant au Conseil mondial du voyage et du tourisme, il s’attend à ce que ce marché connaisse « la croissance la plus rapide » de la région en Arabie saoudite, l’estimant en moyenne à « 11 % » au cours de la prochaine décennie, sur fond d’une certaine politique d’ouverture de ce pays dans une stratégie du prince héritier saoudien Mohammad ben Salmane de préparer l’ère post-pétrole.

Pour mémoire

Neuf Libanaises parmi les 100 femmes d’affaires les plus puissantes de la région

Enfin, toujours selon ce même rapport de l’OMT, la contribution du secteur touristique au PIB du Moyen-Orient a augmenté de 46,9 % l’an dernier en glissement annuel, pour un total de « 107 milliards de dollars », tandis que les compagnies de transport aérien de cette région ont enregistré une hausse de « 157,4 % » en 2022 par rapport à l’exercice 2021, avec une capacité en hausse de « 73,8 % », selon l’Association du transport aérien international (IATA).

Hausse du nombre de passagers à l’AIB à fin avril

Le nombre de passagers à l’Aéroport international de Beyrouth (AIB) n’a cessé d’augmenter depuis la réouverture des frontières et des aéroports après les restrictions internationales imposées en raison de la pandémie. Lors des quatre premiers mois de 2023, ce nombre a augmenté de 26,9 % en glissement annuel, avec un total de 1,9 million de passagers, contre 1,5 million lors de cette même période un an plus tôt, selon les chiffres de l’AIB relayés par le bulletin hebdomadaire Lebanon this Week de Byblos Bank.

Dans le détail, le Liban a enregistré 925 780 arrivées entre janvier et avril 2023, soit une hausse de 26,8 % en glissement annuel par rapport aux 729 965 entrées recensées à la même période en 2022. Au niveau des départs, ce sont 976 747 passagers qui ont décollé de la piste de l’AIB lors des quatre premiers mois de l’année, soit une augmentation de 28 % par rapport aux 763 619 passagers comptabilisés sur la même période l’an dernier. L’AIB a également enregistré 16 736 vols entre janvier et avril, soit une hausse de 20,7 % par rapport à la même période l’année dernière (13 870 vols). La MEA en a comptabilisé 7 449, soit 44,8 % de l’activité aérienne totale de l’aéroport.

Dans sa seconde édition du classement des leaders du « voyage et du tourisme » de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA), le magazine Forbes a choisi de doubler la mise en en répertoriant 100 en 2023 et non plus 50 comme l’an dernier. Un choix qui permet au PDG de la compagnie aérienne libanaise Middle East Airlines (MEA), Mohammad el-Hout, d’y faire son...
commentaires (7)

Et son fils est nominé en 58ème position, en tant que meilleur pilote "furtif" et fumeur de cockpit ? Sans compter les autres membres de la famille à d'autres postes clé ? C'est beau le féodalisme et la prévarication...Quant au chef de tribu, un beau produit de la méritocratie à la sauce BDL...pays iréformable, c'est trop tard.

IBN KHALDOUN

14 h 51, le 16 mai 2023

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Et son fils est nominé en 58ème position, en tant que meilleur pilote "furtif" et fumeur de cockpit ? Sans compter les autres membres de la famille à d'autres postes clé ? C'est beau le féodalisme et la prévarication...Quant au chef de tribu, un beau produit de la méritocratie à la sauce BDL...pays iréformable, c'est trop tard.

    IBN KHALDOUN

    14 h 51, le 16 mai 2023

  • Plus on vole et on massacre les institutions de ce pays et mieux on est apprécié par ses compères. Ils d’auto-congratulent et se distribuent des médailles pour leurs prouesses en fraudes et pillages de tout genre. Plus culottés tu meurs.

    Sissi zayyat

    14 h 30, le 16 mai 2023

  • vulgaire petit petit personage....

    Isabelle Cochrane

    09 h 42, le 16 mai 2023

  • Je suis sans voix !

    Moi

    09 h 07, le 16 mai 2023

  • Cela nous rappelle les trophées d’un certain Ryad…

    Rafeh alam

    07 h 37, le 16 mai 2023

  • Je me permets de Rappeler que Riad Saleme a très souvent été élue 1ier gouverneur de Banque Centrale au Moyen Orient dans plusieurs magasine Que Forbes a mis en première page et élue homme/femme de l’année Sam Bankman Fried bientôt en prison pour la mega faillite de FTX Elizabeth Holmes en prison pour la faillite de Thetanos Adam Neuman, founder et ancien patron de wework déchu après avoir causé la faillite fracassante de son entreprise Et la liste est bien plus longue … Avec tout le respect que j’ai pour Monsieur Hout, audite, quand je regarde le prix des billets, le monopole, la situation de l’aéroport de Beyrouth, les derniers incidents de la MEA et uniquement par la BDL renouvelle par une classe politique corrompue… j’ai juste un doute … mais bon si c’est Forbes qui le dit …

    EL Khoury Jony

    06 h 46, le 16 mai 2023

  • Très bien. Reste à vendre la MEA pour rembourser les déposants libanais dont l’épargne est séquestrée par les banques qui prétextent un défaut de paiement de ce qu’on appelle l’Etat libanais. Tout comme le Casino du Liban, le port, l’aéroport, les repaires de bandits situés dans le Centre Ville…

    Lecteur excédé par la censure

    06 h 36, le 16 mai 2023

Retour en haut